• Bretagne

  •  

    La plage du Sillon à Saint-Malo, une des plus belle de France, est le prolongement idéal d'une visite de la cité corsaire. Face au Fort National construit par Vauban, cette plage de sable fin longe la digue qui relie la ville close à la terre ferme. Un vendredi ensoleillé, début octobre 2014. Quelques baigneurs profitent encore de l'été qui semble hésiter à s'en aller. La plage est moins fréquentée à cette saison, une belle occasion pour une promenade ornithologique sur le sable.

    Fort National - Saint-Malo

    Le Fort National de Vauban, qui ne se visite qu'à marée basse.

     

    Ici les hommes ont dû apprendre à vivre avec les colères de la mer : au début du XIXème siècle, alors que la digue n'était encore qu'une flèche de sable surmontée d'une chaussée, un ingénieur a l'idée de planter des brises-lames en bois de chêne sur toute la longueur de la plage. Ces poteaux d'une belle hauteur, s'enfoncent à une profondeur équivalente dans le sable. Par beau temps, ils servent aussi de perchoir aux oiseaux.

    Les premières espèces rencontrées sont les Goélands et les Mouettes, espèces qui ne brillent pas par leur discrétion. La présence de promeneurs est pour eux une garantie d'améliorer l'ordinaire, les Laridés se nourrissant d'à peu près n'importe quoi. Les principales espèces observées ce jour là sont le Goéland brun (Larus fuscus), le Goéland argenté (Larus argentatus) et la Mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus).

    Brise-lame et Goéland - Saint Malo

    Goéland juvénile perché sur un brise-lame.

     

    Goéland brun - Saint-Malo

    Goéland brun adulte, reconnaissable à son dos gris foncé et ses pattes jaunes.

     

    Goéland brun - Saint-Malo

    En dehors de la saison de reproduction le Goéland brun adulte a la tête striée de gris,
    alors que l'été elle est entièrement blanche.

     

    Mouette rieuse - Saint-Malo

    Une mouette rieuse, elle aussi déjà en plumage inter-nuptial.

     

    Moins exubérant que Mouettes et Goélands , le Pipit maritime (Anthus petrosus) demande de la patience pour se laisser observer. Ce petit passereau au plumage mimétique passe facilement inaperçu lorsqu'il recherche sa nourriture parmi les algues. Comme son nom l'indique, le Pipit maritime vit exclusivement sur le littoral. Il s'est spécialisé dans la capture de petits invertébrés. Les populations bretonnes sont majoritairement sédentaires, alors que les Pipit maritimes scandinaves migrent jusqu'en Afrique du Nord pour passer l'hiver.

    Pipit maritime - Saint-Malo

     

    Pipit maritime - Saint-Malo

     

    Pipit maritime - Saint-Malo

     

    Pipit Maritime - Saint-Malo

     

    Pipit maritime - Saint-Malo

     

    Parfois, c'est au retour, en triant les photos sur l'ordinateur, que l'on a la surprise d'y découvrir une espèce que l'on ne pensait pas avoir observée. Cela m'était arrivé en Islande avec la Mouette tridactyle, voir ici : 17 août 2014 : Escapade à Viðey. A Saint-Malo, ce sont deux Mouettes mélanocéphales (Ichthyaetus melanocephalus) qui m'ont fait ce cadeau, d'autant plus apprécié que c'était la première fois que je photographiais l'espèce. Coïncidence, à chaque fois ce sont des mouettes ... 

    La Mouette mélanocéphale est une espèce méditerranéenne, qui nous vient au départ de la Mer Noire. Elle est actuellement en expansion vers l'ouest, et il n'est pas rare d'en rencontrer en Bretagne.

    En plumage hivernal, la Mouette mélanocéphale se distingue de la Mouette rieuse par l'absence de plumes noires à l'extrémité de ses ailes. On le voir bien sur la photo ci-dessous (en bas à gauche, une Mouette rieuse fait la sieste).

    Mouette mélanocéphale - Saint-Malo

     

    Mouette mélanocéphale - Saint-Malo

     

    Au pied de la Ville close, le sable laisse la place à des rochers recouverts d'algues, un paradis pour les Tournepierres à collier (Arenaria interpres), qui arborent comme le Pipit maritime un plumage parfaitement mimétique. 

    Tournepierre à collier - Saint-Malo

    Ce Tournepierre à collier solitaire a laissé ses nombreux congénères attendre la marée basse sur les rochers en compagnie des Cormorans huppés.

     

    Un petit tour en haut des remparts me permet de photographier un Goéland argenté sur fond de ciel bleu, et de repérer des Aigrettes garzettes (Egretta garzetta) en contrebas, en plus des Tournepierres à collier et des Cormorans huppés (Phalacrocorax aristotelis). Me revoilà donc sur la plage pour tenter de photographier tout ce petit monde. La mer descend, les aigrettes en profitent pour explorer les mares entre les rochers, alors que les cormorans huppés juvéniles n'ont pas l'air décidé à quitter leur perchoir.

    Goéland argenté - Saint-Malo

     

    Aigrette garzette - Saint-Malo

     

    Aigrette garzette -Saint-Malo

     

    Aigrette garzette - Saint-Malo

     

    Cormoran huppé - Saint-Malo

     

    Cormoran huppé - Saint-Malo

     

    Le soleil descend en cette fin d'après-midi. Alors que le Fort national devient accessible au promeneur, les Sternes caugek (Thalasseus sandvicensis) se font remarquer par leur cris stridents.

    Sterne caugek - Saint-Malo

     

    Un dernier portrait de Goéland argenté, le lendemain matin avant la tempête et le retour à Paris. Un bref séjour dans une ville qui invite au voyage, avec Jacques Cartier, un des premiers européens à atteindre le Canada, et les corsaires Dugai-Trouin et Surcouf pour ne citer qu'eux. Et pour moi, Saint-Malo c'est aussi le souvenir inoubliable de mon premier voyage en train, depuis Landerneau dans le Finistère, lors d'une sortie scolaire, il y a de cela ... pas mal d'années.

    Goéland argenté - Saint-Malo

    A bientôt pour d'autres aventures. Prochaines étapes en Bretagne : Santec et Roscoff ...


    4 commentaires
  •  

    En cette période de fêtes, je vous propose de visionner le dernier court-métrage de Pixar, qui met en scène un adorable bébé Bécasseau nommé Piper. Une jolie façon de faire découvrir le monde des limicoles aux enfants (petits et grands).

    Film disponible gratuitement sur Internet par exemple ici : 
    http://www.ipnoze.com/2016/11/04/piper-pixar-court-metrage/

     

    Piper est un Bécasseau sanderling (Calidris alba), une espèce de petit limicole que l'on observe assez facilement sur les plages de Bretagne, au moment des migrations et pendant l'hiver.  

    Le Bécasseau sanderling niche dans la toundra du haut Arctique (nord du Canada, Groenland, Sibérie) qu'il rejoint courant mai. Dès le mois d'août, on le voit revenir sur nos plages. A son arrivée sur les côtes bretonnes, il a déjà revêtu son plumage inter-nuptial,  gris clair sur le dessus et blanc dessous, ce qui permet de le distinguer assez facilement des autres espèces de bécasseau commun en France. Autres caractéristiques de l'espèces : les pattes noires et le bec court, de même couleur que les pattes.

    Comme dans le film, le Bécasseau sanderling recherche sa nourriture dans le sable ameubli par les vagues. Mollusques et invertébrés divers composent le menu.

    Ci-dessous quelques photos prises fin août 2012, à Santec dans le Finistère, plage du Dossen :

    Bécasseau sanderling - Santec

     

    Bécasseau sanderling - Santec

     

    Bécasseau sanderling - Santec

     

    Si beaucoup de Bécasseaux sanderling restent passer l'hiver sur nos plages de sable, essentiellement sur la façade Atlantique, ils sont encore plus nombreux à continuer leur route vers les côtes africaines. C'est ainsi que nous avons pu en photographier sur une plage de Praslin aux Seychelles,  lors d'un séjour en famille en avril 2012. Quoi de mieux que de parcourir la plage avec l'appareil photo après le petit déjeuner ?

    Bécasseau sanderling - Seychelles

     

    Bécasseau sanderling - Seychelles

     

    Avril, bientôt le moment de remonter vers le nord pour se reproduire. En attendant on profite encore de la douceur des plages du Morbihan, comme ci-dessous à Saint-Jacques en Sarzeau. Photos prises fin avril 2016. Un joli groupe de plus de 70 oiseaux. Certains commencent à arborer les plumes brun-roux et noirs caractéristiques du plumage nuptial. Parmi eux, quelques Tournepierres à collier (Arenaria interpres). Ces derniers préfèrent rechercher leur nourriture sur les rochers et parmi les algues, pendant que nos petits bécasseaux font la course avec les vagues.
     

    Becasseau sanderling - Saint Jacques

     

    Becasseau sanderling - Saint Jacques

     

    Becasseau sanderling - Saint Jacques

      

    Becasseau sanderling - Saint Jacques

     

    Becasseau sanderling - Saint Jacques

     

    Limicoles - Saint Jacques

     

    Ouvrez l’œil si vous avez l'occasion de vous promener sur les plages en cette fin d'année, vous y rencontrerez peut être Piper et ses nombreux cousins.


    3 commentaires
  •  

    Plusieurs compagnies maritimes proposent des croisières sur le Golfe du Morbihan, avec ou sans escale sur l’Île aux Moines et sur l’Île d'Arz, les 2 principales îles du Golfe. En cette fin avril 2016, notre choix s'est portée sur la Compagnie du Golfe, au départ de Vannes. Très bon choix, avec une escale sur chaque île et un guide à bord qui nous donnait des explications passionnantes tout au long des traversées.

    Croisière sur le Golfe du Morbihan

     

    Les voiliers traditionnels sont de sortie. Ces bateaux de pêche aux voiles teintes en rouge, que l'on appelle les sinagots, sont parfaitement adapté à la navigation sur le Golfe, mais ne sont pas fait pour s'aventurer en haute mer. Avant de quitter la rivière de Vannes pour entrer dans le Golfe, nous sommes passé devant leur port d’attache, Port-Anna, sur la commune de Séné.

    Après vérification, le bateau ci-dessous, photographié en passant au large de Locmariaquer, n'est pas un sinagot, mais un coquiller de la Rade de Brest, l'Indomptable, construite en 1947, entièrement restauré pour la plaisance, et actuellement basé au port de Saint-Goustan à Auray.

    Croisière sur le Golfe du Morbihan

     

    Les nombreux rochers et îlots inhabités servent de refuge aux oiseaux marins. Ici un petit groupe de Sternes pierregarin  (Sterna hirundo) se repose.

    Croisière sur le Golfe du Morbihan

     

    Notre embarcation nous emmène jusqu'au goulet qui donne sur l'Océan Atlantique. Au fond à droite on distingue la presqu'île de Quiberon. Au premier plan, Port Navalo et son phare, à l'extrémité de la presqu'île de Rhuys.
     

    Croisière sur le Golfe du Morbihan

     

    Le Golfe du Morbihan est également connu pour ses mégalithes. Nous passons tout près de la petite île d'Er Lannic, célèbre pour sa double enceinte de menhirs, dont l'une est de nos jours complètement immergée. Elle fut construite par les hommes du néolithique, à une époque où le niveau de la mer était plus bas qu'aujourd'hui, probablement vers 3500 avant J.-C..
     

    Croisière sur le Golfe du Morbihan

     

    Notre première escale est l'Île aux Moines, la plus peuplée des îles du Golfe. Après un déjeuner rapide dans un restaurant du port, nous partons pour une ballade sur le sentier en bord de mer. La météo en cette fin avril 2016 est très fraîche, même les Aigrettes garzettes (Egretta garzetta) semblent frigorifiées. 

    Croisière sur le Golfe du Morbihan

     

    Nous décidons de revenir au port par la route à l'intérieur de l'île, afin de nous abriter du vent. Cet itinéraire permet aussi de belles découvertes, comme cette Grive musicienne (Turdus philomelos) en train de déguster un bigorneau (on aperçoit la coquille derrière les pattes de la grive). Où l'on voit que les oiseaux savent s'adapter à la nourriture locale ...

    Croisière sur le Golfe du Morbihan

     

    Un peu plus loin, on peut visiter un autre site mégalithique, le cromlech de  Kergonan, dont il reste 34 menhirs. Derrière, une longère typique de l'architecture locale.

    Croisière sur le Golfe du Morbihan

     

    En flânant dans les ruelles près de la mairie, nous tombons sur cet arbre magnifique, un pin centenaire. Un panneau indique qu'un programme immobilier d'une dizaine de maisons est prévu sur ce terrain, l'arbre sera-t-il préservé ? Rien n'est moins sûr, surtout qu'il s'agit d'un Pin de Monterey, une essence originaire de la côte ouest des Etats-Unis, abondamment plantée sur l'île au moment où celle-ci devint une destination touristique, dès la fin du 19ème siècle.
     

    Croisière sur le Golfe du Morbihan

     

    De retour sur le port, en attendant le bateau, je photographie les Sternes pierregarin (Sterna hirundo). Ces oiseaux élégants, aussi appelés "hirondelle de mer", se nourrissent de poissons pêchés à vue : c'est toujours impressionnant de voir une sterne faire du sur-place quelques mètres au dessus de l'eau et brutalement plonger en piqué pour attraper un petit poisson.
     

    Croisière sur le Golfe du Morbihan

     

    Puis c'est le départ pour l’Île d'Arz, une traversée d'une trentaine de minutes. En quittant l’Île aux Moines, on passe près d'un îlot rocheux où se repose quelques Grands Cormorans (Phalacrocorax carbo).

    Croisière sur le Golfe du Morbihan

     

    Je n'ai pas de photo de l'Ile d'Arz à vous montrer pour cette fois, car nous avions tellement froid que nous nous sommes réfugiés dans une crêperie pour nous réchauffer ... 

    Sur le chemin du retour vers Vannes, nous laissons à bâbord un Goéland marin (Larus marinus) immature posé sur une balise rouge. L'identification des goélands juvéniles est loin d'être aisée. Pour le Goéland marin, on peut noter la grande taille (cette espèce est plus grande que la plupart des autres goélands européens) et le bec épais et fort, tant chez l'adulte que chez le juvénile. Par ailleurs, chez le Goéland marin juvénile, le motif des plumes du dessus est plus clair et plus complexe que chez les autres grands goélands européens, et la tête devient claire dès le 1er hiver. Le bec de l'individu ci-dessous commençant à s'éclaircir, il doit s'agir d'un immature de 2ème hiver.

    Croisière sur le Golfe du Morbihan

     

    Un peu plus loin, un autre goéland, adulte cette fois. En France on rencontre essentiellement 4 espèces de grands goélands, assez  faciles à identifier lorsqu'il s'agit d'individus adultes :

    • Le Goéland argenté (Larus argentatus) a le dos gris clair et les pattes couleur chair. On le rencontre en bord de mer (côtes atlantique) mais aussi dans les décharges, les champs, et il niche parfois en ville (par exemple à Paris).
    • Le Goéland leucophée (Larus michahellis) a le dos gris clair comme le Goéland argenté mais ses pattes sont jaune vif. Commun sur les côtes méditerranéennes, il remonte de plus en plus vers le nord et les côtes atlantiques.
    • Le Goéland marin (Larus marinus), dont on a parlé ci-dessus, a le dos sombre et les pattes couleur chair. Il est plus grand que les autres espèces de goéland. On le rencontre presque exclusivement en bord de mer.
    • Le Goéland brun (Larus fuscus) a le dos sombre comme le Goéland marin, mais ses pattes sont jaune vif comme celle du Goéland leucophée. On le rencontre en bord de mer mais aussi dans les terres, surtout en hiver. Vous aurez tous deviné que l'individu ci-dessous appartient à cette dernière espèce.

    Croisière sur le Golfe du Morbihan

     

    Ici se termine cette croisière sur le Golfe du Morbihan, que je vous conseille de faire si vous séjournez dans la région. Quelle que soit la compagnie choisie, pensez à réserver votre traversée, surtout l'été.

    A bientôt pour d'autres découvertes.

     


    2 commentaires
  •  

    Cet article est le dernier consacré aux oiseaux du Marais de Suscinio, que nous avons visité en avril dernier. Il est entièrement dédié à l'Aigrette garzette (Egretta garzetta), ce petit héron blanc que l'on rencontre couramment de nos jours le long de presque toute les côtes de France, mais aussi au bord des grands fleuves comme la Loire ou le Rhône.

    Cela n'a pas toujours été le cas : si l'on prend l'exemple de la Bretagne, l'Aigrette garzette en était totalement absente au début du XXème siècle. Ce n'est que vers le début des années 1960 qu'elle commence à y nicher régulièrement, d'abord au lac de Grand-Lieu en Loire Atlantique, puis à Guérande dans les années 1980, avant de coloniser le Morbihan dans la foulée, et plus récemment le Finistère et toute la côte nord de la Bretagne (source  : Ornithologie en Bretagne de Yvon Guermeur).

    L'Aigrette garzette est l'exemple d'une espèce qui se porte bien, au niveau de toute l'Europe, suite à une forte croissance de sa population jusqu'aux années 1990, alors qu'elle avait quasiment disparu d'Europe occidentale à la fin du XIXème siècle, victime de l'industrie de la plumasserie. 

    Aigrette garzette - Suscinio

     

    En plumage nuptial, deux fines plumes orne l'arrière de la tête,  et de longues aigrettes vaporeuses descendent des épaules jusqu'à la queue (ce qui a valu à l'Aigrette garzette une bien sombre période, heureusement révolue de nos jours). Généralement les lores (c'est ainsi qu'on appelle chez les oiseaux la partie située entre les yeux et le bec) sont bleus, mais ils virent au mauve lors de la parade nuptiale. Ces différentes caractéristiques sont plus ou moins visibles sur les photos ci-dessous. Par contre nous n'avons pas observé de parade ni de colonie de nidification, les spécimens observés étant plutôt à la recherche de nourriture.

    Aigrette garzette - Suscinio

     

    Aigrette garzette - Suscinio

     

    Aigrette garzette - Suscinio

     

    Aigrette garzette - Suscinio

     

    Aigrette garzette - Suscinio

     

    Aigrette garzette - Suscinio

     

    Aigrette garzette - Suscinio

     

    Aigrette garzette - Suscinio

     

    Aigrette garzette - Suscinio


    Dans un prochain article, nous irons faire un tour sur le Golfe du Morbihan. A bientôt pour d'autres découvertes, en Bretagne ou ailleurs. 


    2 commentaires
  •  

    Lors d'un précédent article (Le marais de Suscinio) je vous avais promis une série sur les Échasses blanches, espèce que nous avons beaucoup observée et photographiée lors de nos ballades au marais de Suscinio en avril dernier.

    L'Echasse blanche (Himantopus himantopus) est un oiseau nicheur assez commun au marais de Suscinio, et plutôt facile à observer : perchée sur ses pattes rouges démesurées, son plumage contrasté noir et blanc ressort bien sur l'eau, contrairement aux petits limicoles gris tels que les Chevaliers gambettes ou aboyeurs.

    L’Échasse blanche est arrivée relativement récemment en Bretagne. Au XIXème siècle cette espèce était cantonnée à la Camargue. Petit à petit, le pourtour méditerranéen et la façade atlantique sont conquis, mais ce n'est qu'à partir des années 1960 que l'espèce est notée nicheuse en Bretagne.  Au début des années 2000, on comptait 275 couples nicheurs sur la région, les sites de prédilection de l'espèce étant les marais de la presqu'île de Guérande et ceux des alentours du Golfe du Morbihan (source : Ornithologie en Bretagne de Yvon Guermeur).

    Après ce petit historique, place aux photos. Vous remarquerez que selon les individus, il y a plus ou moins de noir au niveau de la tête. C'est en général les mâles qui ont le plus de noir, mais ce n'est pas une règle absolue. On se demande d'ailleurs pourquoi cet oiseau s'appelle Échasse "blanche", personnellement je le trouve plutôt tricolore !

    Echasse blanche - Suscinio

     

    Echasse blanche - Suscinio

     

    Echasse blanche - Suscinio

     

    Echasse blanche - Suscinio

     

    Echasse blanche - Suscinio

     

    Echasse blanche - Suscinio

     

    Echasse blanche - Suscinio

     

    Echasse blanche - Suscinio

     

    Echasse blanche - Suscinio

     

    Echasse blanche - Suscinio

     

    Je vous dis à bientôt pour une dernière série sur les oiseaux du marais, qui sera consacrée à l'Aigrette garzette. Profitez bien du soleil si vous en avez dans votre région ! 


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique