• Chili et Île de Pâques

  •  

    Avant de reprendre la route pour notre dernière soirée à Valparaiso, nous cherchons un endroit pour déjeuner près de la Laguna El Peral, où nous avons passé la matinée voir plus. Au Chili le déjeuner se prend très tard, vers 14h-15h aussi nous n'avons pas de mal à trouver un restaurant ouvert même si nous avons pris notre temps sur les observatoires. Nous optons pour la terrasse du Bellavista, situé à Las Cruces, avec une vue imprenable sur l'Océan Pacifique. Cuisine chilienne copieuse et très bonne en particulier le poisson, un des meilleurs que nous ayons mangé durant le séjour. Et la vue était vraiment parfaite.

    Dernières images du Chili

     

    En attendant nos plats, je n'ai pas résisté à la tentation de photographier les volatiles perchés sur les rochers : des Cormorans vigua (Phalacrocorax brasilianus), dont un en plumage plus ou moins nuptial (celui avec un peu de blanc sur la tête), et puis au moment du café des Goélands dominicains (Larus dominicanus) accompagnés de gracieuses Aigrettes neigeuses (Egretta thula). Aucune nouvelle espèce mais une dernière occasion de voir celles-ci avant de rentrer en Europe. La petite plage attenante par contre était déserte.

    Dernières images du Chili

     

    Dernières images du Chili

     

    Dernières images du Chili

     

    Dernières images du Chili

     

    Le soir, une fois rentrée à Valparaiso, nous partons faire un petit tour du côté du Cerro Bellavista, tout aussi coloré que ses voisins les Cerros Alegre et Concepcion. Et puis il est temps de boucler la valise, pour repartir le lendemain matin à l'aéroport de Santiago du Chili, rendre la voiture de location et embarquer pour le vol de retour vers Paris où nous arriverons 14 heures plus tard ...

    Dernières images du Chili

     

    Dernières images du Chili

     

    Dernières images du Chili

     

    Dernières images du Chili

     

    Ici s'achève donc le récit de ce voyage au Chili, un pays qui a tant à offrir et dont nous n'avons exploré en fin de compte qu'une toute petite partie. Peut-être une autre fois aurai-je l'occasion d'explorer le désert de l'Atacama au nord ou la Patagonie et la Terre de Feu à l'extrême sud ?


    7 commentaires
  •  

    Le sanctuaire de la Laguna el Peral est surtout connu pour les oiseaux d'eau. Mais il serait dommage de ne pas prêter attention à ce qui se passe dans les buissons et les roseaux qui bordent la lagune et les sentiers qui mènent aux observatoires. Tout d'abord on repère le bourdonnement strident des Colibris du Chili, sur lesquels je ne me suis pas attardée car je les avais déjà photographiés au Cerro Santa Lucia à Santiago du Chili.

    Le Taurillon mésange (Anairetes parulus) est un des passereaux les plus abondants ce jour là autour de la lagune. Il y en avait tous le long du parcours. Ce petit passereau à l'allure amusante, nerveux comme une mésange, fait partie de la famille des Tyrannidés (les gobemouches du Nouveau Monde) ce qui n'est pas évident à première vue ...

    Les passereaux de la Laguna El Peral

     

    Les passereaux de la Laguna El Peral

     

    Les passereaux de la Laguna El Peral

     

    Les passereaux de la Laguna El Peral

     

    Les passereaux de la Laguna El Peral

     

    Après cette nouvelle espèce, on croise quelques connaissances plus ou moins récentes : un Bruant chingolo (Zonotrichia capensis), notre fidèle compagnon au Pérou en 2015, puis une femelle de Carouge galonné (Agelasticus thilius), espèce déjà observée à l'embouchure du Rio Aconcagua.

    Les passereaux de la Laguna El Peral

     

    Les passereaux de la Laguna El Peral

     

    Même si nous somme officiellement en plein hiver, certains passereaux se postent au sommet des buissons pour chanter. De la taille d'un Étourneau, le Rara à queue rousse (Phytotoma rara) appartient à la même famille que le magnifique Coq-de-Roche péruvien. Le plumage du Rara à queue rousse est bien plus discret, surtout chez cet immature en plumage de transition.

    Les passereaux de la Laguna El Peral

     

    Les passereaux de la Laguna El Peral

     

    On reste sur les oiseaux aux yeux rouges avec ce Pépoaza oeil-de-feu (Xolmis pyrope), à peu près de la même taille que le précédent, mais appartenant à la famille des Tyrannidés comme le Taurillon mésange présenté plus haut.

    Les passereaux de la Laguna El Peral

     

    Les passereaux de la Laguna El Peral

     

    En général j'ai beaucoup de mal avec les Hirondelles, cette fois j'ai quand même une photo presque présentable de l'hirondelle locale, je veux parler de l'Hirondelle du Chili (Tachycineta leucopyga), reconnaissable à son large croupion blanc, qui permet de la différencier à coup sûr des autres hirondelles observables dans la région.

    Les passereaux de la Laguna El Peral

     

    Le petit dernier m'a donné du fil à retordre au niveau identification. Après discussion sur le forum d'oiseaux.net on a fini par conclure à une femelle de Phrygile à tête grise (Phrygilus gayi), surtout à cause du milieu où je l'ai observé. L'autre espèce possible était le Phrygile de Patagonie.

    Les passereaux de la Laguna El Peral

     

    Les passereaux de la Laguna El Peral

     

    Ici se termine cette matinée à la Laguna El Peral. On se retrouve très vite pour les dernières photos de notre voyage au Chili, du bord de mer aux collines de Valparaiso.


    5 commentaires
  •  

    Les observatoires de la Laguna el Peral possèdent chacun leur nom, généralement en rapport avec les oiseaux que l'on peut y observer. L'observatoire "Los Pompillos" est nommé d'après le nom espagnol d'un petit grèbe, le Grèbe de Rolland, que nous avions aperçu au lac Titicaca lors de notre voyage au Pérou en 2015. A certaines période de l'année, les Pompillos sont ici en assez grand nombre, pourtant ils sont en général largement battus par les Blanquillos, je veux parler des Grèbes aux belles joues (Podiceps occipitalis), la version blanche et argentée du mini-grèbe sud-américain. Je pense n'avoir jamais vu autant de Grèbes rassemblés au même endroit. Sur la photo ci-dessous il y en a au moins 60 mais ce n'est qu'une partie du groupe. Le record enregistré pour l'espèce à El Peral est de 300 d'après le site eBird.
                             

    L'observatoire de "Los Pimpollos"

      

    Dans le groupe, quelques oiseaux se distinguent : un Grèbe à bec bigarré (qui n'est pas sur les photos, j'en ai fait de bien meilleures à San Francisco) et de petits canards à l'allure plutôt rigolote, avec leur queue formée de quelques plumes raides dressées vers le haut. Il s'agit d'Erismatures ornées (Oxyura vittata). Le mâle arbore un magnifique bec bleu rehaussant son plumage roux foncé. Il y en avait un ou deux mais ceux qui se sont rapprochés étaient des femelles ou des immatures, au plumage brun foncé et au bec sombre.

    L'observatoire de "Los Pimpollos"

     

    L'observatoire de "Los Pimpollos"

     

    Le groupe de Grèbes aux belles joues évoluaient tranquillement sur le plan d'eau sans direction précise. Il a fallu s'armer de patience pour obtenir quelques plans rapprochés exploitables, le contre-jour ne facilitant pas les choses.

    L'observatoire de "Los Pimpollos"

     

    L'observatoire de "Los Pimpollos"

     

    L'observatoire de "Los Pimpollos"

     

    En attendant le moment favorable pour photographier les grèbes, j'ai pu faire connaissance avec les foulques locales, qui elles évoluaient assez près du rivage. Au Chili, à basse altitude, coexistent 3 espèces de Foulques. J'ai pu en observer 2 à El Peral. La première est la Foulque à jarretières (Fulica armillata) que l'on reconnaît à son bec tricolore, marqué par un motif pourpre à la base de la plaque frontale.

    L'observatoire de "Los Pimpollos"

     

    L'observatoire de "Los Pimpollos"

     

    L'observatoire de "Los Pimpollos"

     

    L'observatoire de "Los Pimpollos"

     

    Plus petite, la Foulque leucoptère (Fulica leucoptera) a elle le bec tout jaune, et une plaque frontale en général peu développée, arrondie et de d'une couleur proche de celle du bec. Sur le coup je n'avais pas trop remarqué la différence, cependant en examinant de près les photos je me suis bien rendue compte qu'il y avait 2 espèces.

    L'observatoire de "Los Pimpollos"

     

    L'observatoire de "Los Pimpollos"

     

    A El Peral il y a le plan d'eau, mais aussi tous les buissons environnants, plutôt riches en passereaux. C'est ce que nous découvriront dans le prochain épisode.


    3 commentaires
  •  

    Le sanctuaire de Laguna el Peral se trouve à un peu moins de 100 km au sud de Valparaiso par la route. Les mystères du réseau routier chilien nous imposent de reprendre l'autoroute vers Santiago puis d'autres portions d'autoroute repartant vers la côte moyennant plusieurs péages non compris dans le télépéage de notre voiture de location (il est conseillé de prévoir de la monnaie en petites coupures). La Laguna el Peral est un espace classé d'environ 25 ha dont le centre est occupé par un vaste plan d'eau. La visite est gratuite, mais il est nécessaire de s'inscrire sur un registre avant de pouvoir accéder aux sentiers et aux différents observatoires. El Peral est connu pour être un des sites de nidification les plus septentrionaux du Cygne à cou noir. Nous en verrons d'ailleurs un sur la pancarte en bois indiquant l'entrée de la réserve. Mais comme pour les Manchots à l'île de Cachagua, l'hiver les Cygnes ne sont pas ici ...

    Nous observerons cependant une belle quantité d'espèces dont beaucoup seront des nouveautés, certaines dans de très bonnes conditions de proximité et d'autres de plus loin.

    Les Canards à queue pointue (Anas georgica) font partie de ceux qui nous accompagneront d'un observatoire à l'autre. C'est un canard de taille moyenne, sans dimorphisme sexuel marqué (mâle et femelle sont semblables), au plumage identique toute l'année. On le reconnait à son bec jaune vif surmonté d'une bande longitudinale noire et à sa tête bien ronde.

    Le sanctuaire de Laguna el Peral

     

    Le sanctuaire de Laguna el Peral

      

    Le sanctuaire de Laguna el Peral

     

    Le sanctuaire de Laguna el Peral

     

    Les limicoles sont assez peu nombreux sur le sites : seulement quelques Vanneaux tero, espèce observée dans de meilleures conditions à Lago Peñuelas, et puis ces Échasses ressemblant à nos Échasses blanches, et dont l'identification n'est pas aisée car tous les auteurs ne sont pas d'accord : le genre Himantopus est divisé en 5 espèces selon certains, et ne forme qu'une espèce divisée en autant de sous-espèces pour d'autres. Si l'on suit le site Oiseaux.net et sa référence Avibase, et aussi le guide Birds of Chile, l'espèce présente ici est l’Échasse à queue noire (Himantopus melanurus), que l'on trouve en Amérique du Sud. L'individu photographié est un immature, les adultes ont le front et la calotte blanche, ainsi qu'une bande blanche séparant le noir du dos et celui du cou. 

    Le sanctuaire de Laguna el Peral

     

    Le sanctuaire de Laguna el Peral

     

    Beaucoup plus nombreux que les Canards à queue pointue, mais très loin des observatoires, voici le Canard spatule (Spatula platalea), un proche cousin de notre Canard souchet. Les photos ci-dessous sont médiocres, mais je n'ai pas mieux à vous présenter, malgré le temps passé sur le dernier observatoire dans l'espoir qu'ils se rapprochent. Un très beau canard que j'aurai bien aimé voir de plus près.

    Le sanctuaire de Laguna el Peral

     

    Le sanctuaire de Laguna el Peral

     

    Faute de Cygne à cou noir, j'ai quand même réussi à ramener une photo de Coscoroba blanc (Coscoroba coscoroba), un anatidés intermédiaire entre le cygne et le canard, tout blanc avec un joli bec rose. Lui non plus n'a pas voulu se rapprocher des observatoires.
     

    Le sanctuaire de Laguna el Peral

     

    Alors que je désespérais de voir de près un Canard spatule, et que l'on s’apprêtait à quitter la réserve, tout à coup j'aperçois à quelques mètres du rivage, passant furtivement derrière les roseaux, ce que je crois d'abord être un Canard spatule mâle. En fait il s'agissait d'une Sarcelle cannelle (Spatula cyanoptera) mâle, dont le roux est beaucoup plus soutenu que celui du Canard spatule, et qui a les yeux rouges au lieu de blancs chez le Canard Spatule. Une belle surprise, que je parviens à photographier en compagnie de Canards à queue pointue.

    Le sanctuaire de Laguna el Peral

     

    Le sanctuaire de Laguna el Peral

     

    Ici se termine cette première série sur les oiseaux de la Laguna el Peral. Dans le prochain article nous nous attarderons à l'observatoire appelé "Los Pimpollos".  


    9 commentaires
  •  

    On se retrouve pour la suite de l'exploration des Cerros Alegre et Concepcion dans la vieille ville de Valparaiso. Nous sommes cette fois au sud-est de Templeman, où nous nous étions arrêtées la dernière fois. Ici, moins de street art, mais plutôt des maisons colorées de style anglais, dont certaines datent du XIXe siècle. Au hasard de nos déambulations, on aperçoit tantôt la Baie, tantôt le Cerro Bellavista tout proche, on croise quelques touristes (assez peu nombreux, nous sommes en hiver) et les inévitables chiens ... 

    Dans les Cerros de Valparaiso

     

    Dans les Cerros de Valparaiso

     

    Dans les Cerros de Valparaiso

     

    Dans les Cerros de Valparaiso

     

    Dans les Cerros de Valparaiso

     

    Dans les Cerros de Valparaiso

     

    Dans les Cerros de Valparaiso

     

    Dans les Cerros de Valparaiso

     

    Dans les Cerros de Valparaiso

     

    Dans les Cerros de Valparaiso

     

    Dans les Cerros de Valparaiso

     

    Dans les Cerros de Valparaiso

     

    Dans les Cerros de Valparaiso

     

    Dans les Cerros de Valparaiso

     

    J'espère que vous aurez apprécié cette balade urbaine. Nous n'avons pas tout exploré à Valparaiso, loin de là, il aurait fallu rester plus longtemps, et ne pas être irrésistiblement attirée par les réserves naturelles situées dans la région ! Cependant quelques heures permettent d'avoir un bon aperçu des Cerros les plus renommés et de plonger dans l'atmosphère de la Perle du Pacifique, qui n'a pas volé son nom.

    Prochaine et dernière étape du voyage : la Laguna El Peral, connue pour la nidification du Cygne à cou noir ...


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique