• D'autres oiseaux, le long de l'avenue O'Higgins

     

    Deuxième et dernier jour à Santiago du Chili. En route pour visiter la Chascona de Pablo Neruda et le quartier de Bellavista, nous longeons l'avenue Libertador General Bernardo O'Higgins (du nom d'un des principaux artisans de l'indépendance du Chili). En approchant d'un petit espace vert, je repère dans les arbres des Tourterelles oreillardes (Zenaida auriculata) et des Merles australs (Turdus falcklandii), que nous voyons ensuite au sol, où ils sont plus facile à photographier.

    Tourterelle oreillarde - Santiago

     

    Tourterelle oreillarde - Santiago

     

    Tourterelle oreillarde - Santiago

     

    D'autres oiseaux, le long de l'avenue O'Higgins

     

    Merle austral - Santiago

     

    Merle austral - Santiago

     

    D'autres oiseaux, le long de l'avenue O'Higgins

     

    Merle austral - Santiago

     

    Merle austral - Santiago

     

    L'endroit est peuplé de cris d'oiseaux, bien plus puissants que ceux des tourterelles et même des Merles. En cherchant bien j'aperçois dans un palmier, bien à l'abri sous le feuillage, ce qui ressemble fort à une Perruche ! Elles finissent par sortir au grand jour, se perchent dans un immense conifère, l'une va chercher des matériaux dans un platane au bord de l'avenue, et finalement la petite troupe se retrouve au sol. Pas de doute, ce sont des Conures veuves (Myiopsitta monachus), mais ici elles ne sont pas dans leur région d'origine (même si ce n'est pas très très loin, l'espèce vivant de l'autre côté de la Cordillère des Andes, en Argentine, au Paraguay, au Brésil etc.). A Santiago, elles ont été introduites (volontairement ou échappées de cage) et une petite population férale s'y est développée. C'est au moins la 3ème fois que je rencontre cette perruche, à chaque fois hors de son environnement naturel : Athènes, Barcelone et maintenant Santiago du Chili. Plus frileuse que la Perruche à collier, elle survit dans la capitale chilienne car la température y descend rarement en dessous de zéro, on le voit à la végétation méditerranéenne. Plus d'info sur l'espèce ici : http://www.oiseaux.net/oiseaux/conure.veuve.html.

    Conure veuve - Santiago

     

    Conure veuve - Santiago

     

    Conure veuve - Santiago

     

    Conure veuve - Santiago

     

    Ce petit espace vert est décidément assez intéressant, du moins le dimanche matin. D'autres oiseaux, moins bruyants et moins nombreux, se nourrissent sur les pelouses. Ce sont des oiseaux sombres que j'identifie comme appartenant à la famille des "Blackbirds" américains. Il y a 2 espèces. Les plus petits sont des Vachers luisants (Molothrus bonariensis). On peut facilement différencier les femelles, brunes, des mâles, noirs avec des reflets irisés dans les tons violets. Comme le Vacher à tête brune rencontré aux Etats-Unis, le Vacher luisant pond ses œufs dans les nids d'autres oiseaux. Le Vacher luisant est une espèce répandue dans une grande partie de l'Amérique du Sud et dans les Antilles.

    Vacher luisant - Santiago

     

    Vacher luisant - Santiago

     

    Vacher luisant - Santiago

     

    Vacher luisant - Santiago

     

    Vacher luisant - Santiago

     

    Vacher luisant - Santiago

     

    Plus grand, tout noir et sans différence visible entre mâle et femelle, voici le Quiscale austral (Curaeus curaeus). On en reverra un peu plus tard dans la matinée au Parque Forestal le long du Rio Mapocho. Le Quiscale austral est une espèce qu'on ne trouve qu'au Chili et en Argentine. Il vit en petite troupe bruyante.

    Quiscale austral - Santiago

     

    Quiscale austral - Santiago

     

    Quiscale austral - Santiago

     

    Ici se termine la série des oiseaux vus à Santiago. Rassurez-vous on n'en n'a pas fini avec le Chili. Je vous donne rendez-vous prochainement pour la suite du voyage, en route pour l'Île de Pâques et ses mystères.


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Nath
    Vendredi 9 Août à 22:01
    Coucou Régine.
    Suite intéressante. Ces petites conures sont très mignonnes. Quelle jolie bouille. Le mâle vacher est magnifique. J'aime ce merle austral qui a un semblant de Merle abyssinien.
    L'herbe n'est pas verte partout et certaines feuilles sont mortes, quelle était la saison ?
    Un espace vert est toujours un coin à oiseaux !
    Bon weekend et bonne soirée.
      • Jeudi 15 Août à 23:21

        Coucou Nath,

        Et bien c'était l'hiver, le 14 juillet je crois. Le climat de Santiago est méditerranéen, c'est pourquoi les Aloes et Palmiers s'en sortent, mais les Platanes font comme chez nous ils perdent leurs feuilles. On a eu le droit à un beau zéro °C un matin quand même. La polaire + le coupe-vent c'était un peu juste ;-).

        Pour les vachers je préfère la femelle elle est plus facile à prendre en photo (j'ai toujours du mal avec les oiseaux noirs à reflets, manque de technique ...).

        Bises.

    2
    Samedi 10 Août à 17:50

    Bonjour Régine, très belle suite dans votre visite... j'apprécie tous les oiseaux présentés ainsi que leur identification, un grand bravo et merci du partage. A bientôt pour la suite smile

    3
    Dimanche 11 Août à 11:04

    BONJOUR

    Encore une très belle série sur les oiseaux ,avec des jolies photos

    passe un bon dimanche bises

    4
    Dimanche 11 Août à 18:26

    Coucou Régine,
    Ce second et dernier jour a été très prolifique en belles rencontres.
    Tes photos sont vraiment jolies, la seule chose que je regrette, c'est qu'elles ne soient pas plus grandes et non cliquables pour encore mieux les apprécier.
    Tous ces oiseaux sont très beaux, cependant je remarque les superbes teintes du Quiscale austral et ses nuances de bleu dans le soleil, c'est magnifique.
    Bises et bonne fin de journée à toi

    5
    Mercredi 14 Août à 09:39

    bonjour Régine

    encore un magnifique florilège de plumes....certains nous paraissent plus familiers que d'autres, mais la différence existe bien....c'est du beau  travail de partage...merci a toi.

    passe une bonne journée, bises, maurice

    6
    Vendredi 16 Août à 10:27

    Bonjour Régine,

    Tu les as entendues avant de les voir ces bruyantes perruches vertes affairées dans les arbres... Il y avait aussi ce jour-là la tourterelle oreillarde, le vacher à tête brune et le quiscale austral... Merci de partager avec nous tes connaissances ornithologiques et toutes tes belles photos venues d'horizons lointains !! J'ai hâte de découvrir celles de l'île de Pâques !! Sans doute pas mal d'espèces endémiques sur cette île tellement isolée de toute autre terre... 

    Bonne journée à toi :-)

     

      • Vendredi 16 Août à 14:28

        Bonjour Cécile,

        L'Île de Pâques, une civilisation mystérieuse qui a disparu probablement à cause de la destruction de l'environnement et l'épuisement des ressources ... alors pour les espèces endémiques, et bien il ne reste plus grand chose. Ça donne à réfléchir sur notre propre civilisation ...

        A bientôt.

    7
    Vendredi 16 Août à 12:13

    bonjour régine

    une belle brochette d'oiseaux parfois méconnus pour moi

    et d'intéressants descriptifs

    amitié et belle journée à toi

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :