• Le Chien de l'Ahu Tepeu

     

    Notre visite du secteur de l'Ahu Tepeu (à l'ouest de l'Île de Pâques, non loin de l'Ahu Akivi) a commencé par une superbe rencontre avec un Tinamou perdrix. Mais ce n'est pas le seul intérêt de l'endroit. Au début de la piste, on observe quelques vestiges de maison-bateau, ces pierres allongées percées de trous qui permettaient de fixer les armatures de la toiture. Un indice que ce lieu était autrefois habité.
     

    Le chien de l'Ahu Tepeu

     

    Le chien de l'Ahu Tepeu

     

    Le chien de l'Ahu Tepeu

     

    Au bout de quelques centaines de mètres, on arrive à la grotte Ana Te Pahu, une des plus vastes grottes de l'île. Les grottes se sont formées lors des éruptions volcaniques qui ont secoué l'île au début de son histoire géologique. Ces abris étaient très précieux pour le peuple Rapa Nui : ils ont non seulement servi de refuges pendant les périodes troubles (guerres tribales, razzia des esclavagistes etc.) mais certains comme Ahu Te Pahu constituait aussi des réservoirs d'eau douce et les parties à ciel ouvert permettaient de cultiver des bananiers et autres arbustes à l'abri du vent. Pour explorer la grotte, il vaut mieux prévoir une lampe et des chaussures étanches !

    Le chien de l'Ahu Tepeu

     

    Le chien de l'Ahu Tepeu

     

    La piste continue ensuite sur près d'un kilomètres dans des paysages dénudés seulement peuplés de quelques bovins. On arrive enfin sur le site de l'Ahu Tepeu, un site archéologique laissé en l'état depuis son abandon par ses anciens habitants, où l'on observera tous les éléments qui constituaient un village Rapa Nui : restes de maison-bateau, manavai (ou jardin de pierre), poulaillers en pierre, et enfin, dos à la mer, 2 ahus et leur moaïs renversés. Dans ce paysage d'une beauté sauvage, quelques chevaux et de furtifs tinamous.

    Le chien de l'Ahu Tepeu

     

    Le chien de l'Ahu Tepeu

     

    Le chien de l'Ahu Tepeu

     

    Le chien de l'Ahu Tepeu

     

    Je crois que nous étions seules sur le site de l'Ahu Tepeu en cette fin d'après-midi, accompagnées de notre guide, un magnifique chien rencontré en chemin. Sur le chemin du retour, j'ai fini par comprendre de quoi se nourissent ces chiens qui semblent n'appartenir à personne : nous sommes ici à 3000 km de toute terre habitée, il n'y a pas de service d'équarissage, alors ce sont les chiens qui s'en occupent. 

    Le chien de l'Ahu Tepeu

     

    Le chien de l'Ahu Tepeu

     

    Ici se termine cette série sur Rapa Nui encore appelée Isla de Pascua. Un endroit unique sur notre belle planète, qui restera à jamais gravé dans nos souvenirs.

    On se retrouve bientôt pour la suite de notre voyage, de retour sur le continent, dans la région de Valaparaiso au Chili. Et si vous voulez continuer à explorer l'Île de Pâques, en ce moment à la Rochelle, il y a une très belle exposition (que je n'ai pas encore visitée) : Ile de Pâques, le nombril du monde ?.

     


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 5 Novembre 2019 à 10:11

    Tout cela est vraiment très intéressant Régine ! j'aime la balade en cet endroit, le peu de monde me convient parfaitement… on apprécie davantage la beauté et l'histoire de l'endroit. Très belle journée, à bientôt.

    2
    Mardi 5 Novembre 2019 à 12:34

    Coucou Régine,

    Belle fin que cet article pour clore ta visite sur l'Île de Pâques. Les bananiers sont encore présents dis donc ! Font-ils encore des bananes ? 

    Ce peuple avait tout compris, de la pierre et du bois. Aucun grillage, aucune barbelé, les vestiges sont quand même plus beaux ! Les caracaras ne finissent pas les carcasses qui jonchent le sol ? 

    Même livrés à eux même, les chiens sont très beaux.

    Bises et bonne semaine à toi aussi.

      • Mardi 5 Novembre 2019 à 14:05

        Pour les bananes, je pense que oui. Le long du chemin il y avait aussi de goyaviers nains, avec des fruits. Sinon les Pascuans cultivent l'ananas en plein champ, pour vendre aux touristes, la plante n'a pas besoin de beaucoup d'eau. Je n'ai pas vu de Caracara dans ce secteur, peut-être viennent-ils après les chiens ?

        bises

    3
    Mardi 5 Novembre 2019 à 13:02
    David Gascoigne

    What a fabulous area, and great shots. We are so fortunate to be able to visit these far-flung corners of the world. 

    4
    Mardi 5 Novembre 2019 à 13:22

    Un magnifique lieu, de belles photos.

    Super le guide, il me plaît bien, il ou elle est adorable.

    Il y a quelques jours, j'ai pensé à toi, avec un joli reportage sur l'île de Pâques.

      • Mardi 5 Novembre 2019 à 14:01

        Et oui, notre guide ressemblait un peu à Tara, mais en version "blonde".

    5
    Mardi 5 Novembre 2019 à 20:05

    Bonsoir Régine,

    Au cours de ces dernières semaines, nous avons suivi tes pas à la découverte de l'île de Pâques. Destination rare. Et voilà que le voyage se termine... Tu as partagé ton expérience avec beaucoup de générosité, donnant à tes lecteurs (sans copiés/collés d'articles du Web) quantités d'infos archéologiques, historiques, géographiques, botaniques et zoologiques, partageant tes impressions, le tout accompagné de magnifiques photos !! J'ai pris beaucoup de plaisir à te suivre dans cette aventure. Grand merci pour tous ces articles de qualité !! 

    Bonne soirée à toi et à bientôt :-)

    6
    Jeudi 7 Novembre 2019 à 19:55

    Bon soir Régine,
    Magnifique ce site, un vrai régal de te suivre dans cette superbe balade.
    Et splendide aussi ce chien.
    Ben oui, quand on laisse des prédateurs, ils nettoient très bien la nature.
    Une belle série photographique, merci.
    Bises et bonne soirée

    7
    Mardi 3 Décembre 2019 à 16:37
    Jet-lag-trips

    Ca a l'air magnifique... Très bel article..

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :