• Les Corbeaux freux de Grand-Rozoy

     

    De mémoire d'homme, notre Refuge LPO a toujours abrité une colonie de reproduction de Corbeaux freux (Corvus frugilegus). Quoi de mieux en effet pour élever tranquillement ses petits qu'un parc arboré privé situé en bordure de village ? Il y a bien des peupleraies dans la région, fréquemment colonisées par les Corbeaux freux, mais lorsque les peupliers sont abattus il faut déménager. De plus, il plus simple pour une commune ou un propriétaire d'obtenir une autorisation de tirer sur les corbeaux, voir de les détruire discrètement sans autorisation, lorsque la colonie se trouve en pleine campagne à l'écart des habitations.

    Corbeau freux - Grand-Rozoy

     

    Lorsque nous sommes arrivés fin 2011, la colonie comptait près d'une centaine de nids (91 au printemps 2012 pour être précis). Depuis la colonie s'est réduite et se stabilise à environ 65 nids (2014 : 60, 2015 : 70, 2016 : 70, 2017 : 65). Pourquoi cette diminution alors que nous ne sommes pas intervenus pour "réguler" la colonie ? En réfléchissant un peu, je pense en avoir trouvé la raison : du temps du propriétaire précédent, la propriété était inoccupée pendant les mois d'hiver, les corbeaux étaient tranquilles pour construire leur nid. Alors qu'en 2013-2014 il y avait beaucoup de passage (travaux sur la maison y compris toiture) et depuis nous sommes là très régulièrement y compris l'hiver. D'ailleurs les nids les plus proches de la maison ont disparu.

    Chez nous, les corbeaux construisent leur nid dans une vingtaine d'arbres de 20 à 30 m de haut, essentiellement des frênes, marronniers, pins, platanes et tilleuls, dont certains sont plus que centenaires.

    Nids de corbeau freux dans un frêne

     

    Les corbeaux réutilisent d'année en année les mêmes sites pour se reproduire, mais peu de nids résistent aux tempêtes hivernales dans nos régions : le 4 mars 2012, il restait 20 nids. Cette année, il n'en restait que 3, probablement à cause de la tempête Egon qui a traversé le nord de la France dans la nuit du 12 au 13 janvier 2017. Cette tempête très puissante a occasionné de nombreux dégâts, parmi lesquels l'explosion spectaculaire de la rosace de la cathédrale de Soissons, qui en tombant a également gravement endommagé l'orgue.

    La construction des nids commencent la première semaine de mars. Le nid est assez volumineux, constitué de branchages et garni de rameaux plus souple (type saule) et de mousse. La femelle pond 3 à 5 œufs dès que le nid est terminé, et les couve seule pendant que le mâle s'occupe de consolider le nid et de nourrir sa femelle.

    Chaque année, les premières éclosions ont lieu fin mars ou début avril. A cette période, on trouve parfois sur le sol des coquilles d’œuf vert tacheté de brun. Nos arbres étant très haut, la seule façon de savoir ce qui se passe au niveau des nids est le drone. Les corbeaux en on peur, mais ils reviennent s'occuper de leurs bébés dès qu'il n'est plus là.

    Nid corbeau freux

     

    Corbeau freux Grand Rozoy

     

    Les jeunes restent au nid pendant environ 35 jours, les premiers envols ont donc lieu dans la première quinzaine de mai. Mais les jeunes restent dépendant des parents pendant encore 2 mois minimum. Parfois des jeunes tombent du nid avant de savoir bien voler, soit à cause du vent (qui peut même faire tomber un nid complet avec les poussins à l'intérieur) soit parce qu'ils ont faim et que les parents ne sont plus là (piégé ou mort). La meilleure chose à faire dans ce cas est de placer l'oisillon en hauteur dans un arbre. Si les parents sont en vie, ils reviendront le nourrir. Essayer d'élever soi-même un bébé corbeau est très compliqué et demande une très grande disponibilité pendant 2 à 3 mois, de plus cela peut rendre difficile l'adaptation de l'oiseau à la vie sauvage. Vous trouverez plus de conseils sur ce sujet sur le site de l'association LADel : http://www.ladel.fr/oisillon-trouve/.

    Quelques photos de jeunes corbeaux sortis un peu tôt du nid :

    Bébé corbeau freux

     

    Bébé corbeau freux

     

    Corbeau freux juvénile

     

    Corbeau freux juvénile

    De juillet jusqu'à février, la colonie devient beaucoup plus calme, puisque les corbeaux n'y reviennent qu'au coucher du soleil et la quitte dès l'aube. L'hiver, les Corbeaux freux locaux sont rejoints par des congénères d’Europe de l'Est, et le dortoir abrite aussi de nombreux Choucas des tours (une autre espèce qui niche au refuge, dans des cavités d'arbres ou dans les cheminées).

    La vie des Corbeaux freux, comme celle de toute espèce sauvage, n'est pas de tout repos. Certains vous diront qu'ils "prolifèrent" parce qu'ils n'ont plus de prédateurs en France. S'il est exact que les principaux prédateurs du Corbeau freux adulte, l'Autour des palombes (sorte de gros épervier) et le Grand-duc d'Europe sont devenus très rares en France (quoique le Grand-duc revient dans l'Aisne : il a niché avec succès dans le nord du département l'an dernier), la prédation sur les nids et les jeunes oiseaux est par contre considérable : 80% des oisillons n'atteindront pas l'âge d'un an. Les rats, les écureuils et les autres corvidés (pie ou corneille) pillent les nids lorsque les parents partent en quête de nourriture ; les fouines, les renards, les rapaces et probablement les chats domestiques capturent les juvéniles au sol dès qu'ils quittent le nid pour apprendre à voler.

    Comme on l'a vu au début de l'article, la colonie de Corbeaux freux de notre refuge LPO est stable, et s'est même réduite de 30% depuis que le parc est fréquenté par les humains l'hiver. Pourquoi le maire de la commune de Grand-Rozoy parle-t-il alors d'invasion et de la nécessité de réguler ? Que reproche-t-on à ces oiseaux ?

    - De faire du bruit : en dehors de la période de reproduction, le bruit se limite à une dizaine de minutes matin et soir, lors du départ des corbeaux à l'aube, et lorsqu'il rentre au dortoir après le coucher du soleil. De mars à mai, le bruit est plus important et peu durer toute la journée, pourquoi ? Tout d'abord, le corbeau étant un oiseau très bavard et sociable, au début du printemps les discussions vont bon train sur le choix de l'emplacement des nids. Puis lorsque les petits sont nés, comme tous les bébés du monde, ils crient pour réclamer de la nourriture à leur parents. Le moment le plus bruyant est le mois de mai, car lorsque les jeunes sortent des nids pour apprendre à voler, ils ne savent pas encore se nourrir tout seul. Il faut donc qu'ils appellent leurs parents pour que ces derniers les retrouvent et les nourrissent.

    - De manger les oisillons : cette croyance est totalement fausse. Si certains corvidés (Pie bavarde, Corneille noire, Geai des chênes) pillent les nids d'autres espèces d'oiseaux ce n'est pas le cas du Corbeau freux, qui se nourrit essentiellement d'insectes, de larves et d'invertébrés divers, de végétaux et occasionnellement de charogne et de micromammifères (rongeurs, musaraignes etc.).

    - De ravager les cultures : le Corbeau freux apprécie en effet les grains de maïs en train de lever, ainsi que les cerises. Cependant des solutions existent pour limiter les dégâts de manière très importante, sans en venir au massacre systématique des oiseaux : attendre quelques jours entre le labour et les semailles et semer plus profond, puis au moment de la levée, mettre en place des dispositifs d'effarouchement (véhicules, ballons, morceaux de sac plastique noir suspendu à des piquets etc.). Des associations comme LADeL, Les Amis de Lazare peuvent conseiller les agriculteurs pour mettre en place de telles mesures. En dehors de cette période, le Corbeau freux est un auxiliaire de l'agriculture, consommant des insectes, larves et rongeurs.

    Pourquoi est-ce inefficace de tenter "réguler" la population de Corbeaux freux, en général et en particulier au niveau de la colonie de Grand-Rozoy ?

    - Tout d'abord, si on prend des mesures pour encourager les corbeaux à aller nicher ailleurs (par exemple : effarouchement en février avant la construction des nids, élagage des branches où se trouvent les nids) la colonie pourrait se déplacer sur les autres arbres du refuge ou ailleurs dans le village, plus près des maisons, et gêner davantage le voisinage. D'ailleurs les soit-disant plaintes pour le bruit généré par la colonie de Grand-Rozoy ne sont pas avérées : tous les voisins qui nous en ont parlé nous ont indiqué que ça ne les dérangeait pas plus que ça, nous avons même des preuves écrites. Pour les impacts sur les cultures, cela ne changera rien car les corbeaux peuvent parcourir chaque jour plusieurs kilomètres pour aller se nourrir. Rien ne prouve d'ailleurs que ce sont les corbeaux qui nichent chez nous qui se nourrissent dans les parcelles de l'agriculteur qui se plaint à la mairie. En effet dans le village de Beugneux à 2 km d'ici il y a aussi une colonie de corbeaux de plusieurs dizaine de nids.

    - Ensuite "réguler" par des tirs au sein de la colonie ne servirait pas à faire diminuer sa taille : la population de corbeaux sur un site donné dépend du nombre d'emplacements adaptés à la construction des nids et de la nourriture disponible. Dans une colonie, les plus jeunes couples ne se reproduisent pas faute de place, et s'ils sont trop nombreux, ils perturbent les couples reproducteurs ce qui entraîne une moindre réussite des nichées. La nature se régule toute seule. Par contre si les corbeaux reproducteurs sont éliminés par piégeage ou par campagne de tirs, les plus jeunes prendront leur place l'année suivante, et les nichées auront un meilleur taux de succès. Il y aura autant de nid, et probablement plus de jeunes à l'envol. Pour en savoir plus consulter la page : http://www.ladel.fr/regulation-corvides/.

    - D'autre part, la suppression des parents pendant la période de reproduction est extrêmement cruelle : en effet, les bébés agoniseront pendant plusieurs jours et finiront par mourir de faim dans les nids. Les plus forts se jetteront dans le vide et une fois au sol se feront dévorer par des prédateurs.

    C'est en particulier pour mieux faire connaître à notre voisinage ces animaux mal aimés mais si attachants que nous avons décidé d'ouvrir notre refuge pour la Fête de la Nature les 20 et 21 mai prochain. Pour cette année 2017, le thème choisi  est : "Les super pouvoir de la Nature".

    Quels sont donc les super pouvoirs du Corbeau freux ?

    Les Corbeaux freux, comme les autres corvidés, se distinguent par leur formidable intelligence, leur capacité d’apprentissage quasiment sans limite et leur organisation sociale particulière : la vie en colonie est très hiérarchisée (les couples les plus expérimentés occupent les meilleurs emplacements pour les nids), ils ont un sens de la famille très développé (les couples restent unis d’année en année et n’abandonnent jamais leurs petits quitte à risquer la mort en cas de persécution).

    Je tiens particulièrement à remercier Véronique et Lazare de l'Association LADeL pour tous leurs conseils, pour les informations disponibles sur leur site (qui m'ont été bien utiles pour rédiger cet article), et pour leur combat pour réhabiliter les Corvidés et trouver des solutions permettant une cohabitation pacifique avec les humains, ainsi que l'ASPAS : Association pour la Protection des Animaux Sauvages, pour ses conseils en particulier sur le plan juridique.

    Nous vous attendons nombreux pour les Portes Ouvertes du Refuge LPO de Grand-Rozoy samedi 20 et dimanche 21 mai de 10 h à 18 h. Vous pourrez découvrir les Corbeaux freux mais aussi toutes les autres espèces qui vivent chez nous.

    Bon week-end à tous, et n'oubliez pas d'aller voter demain.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 6 Mai à 23:33

    Bonsoir Régine,

    Un seul mot: merci. Merci pour cet article complet et qui me permet de découvrir cet oiseau si mal aimé. En fin de compte, tu dis tout dans "la nature sait très bien se réguler toute seule", mais j'apprécie beaucoup te lire car tu m'apprends beaucoup de choses.

    Bonne soirée. 

    2
    Dimanche 7 Mai à 10:09

    Bonjour Régine,

    Article fabuleux, bravo pour ton implication dans cette rédaction. Ce n'est pas courant d'avoir une colonie de Corbeaux freux chez soi, tu m'étonnes ^^. En tant que refuge et sur une espèce protégée tu n'auras, je pense, aucun mal à faire valoir les droits de cette espèce au près de ta commune avec le soutien des assos en faveur de la nature. Malheureusement il y a des "trucs" ou des "machins choses " comme tu veux, qui existent en France et qui se nomment .... préfets (de mes cou*****) qui se croient au-dessus de tout. Mais avec le temps, on fini par leur fermer leur clapet et pour certains, ce n'est pas un mal quand on regarde celui qu'ils font. 

    Les drones sont également utilisés à Mayotte pour suivre les colonies nicheuses de crabiers blancs dans les mangroves inaccessibles, mais en effet ce n'est pas anodin pour les adultes. Je pense qu'à l'avenir nous aurons des problèmes avec ce genre d'engins et les espèces d'oiseaux. À La Réunion, les Busards de Maillard mais aussi autre petits passereaux tel que la Veuve dominicaine sont effarouchés sur leur site de reproduction à cause des maquettistes et autres machins volants. 

    Je trouve très étrange que les gens supportent les bruits de camions, de scooters ou motos non réglementés au niveau des pots et qu'ils ne supportent pas certains oiseaux. Je ne me gène pas d'ailleurs pour leur faire remarquer ;-)

    Bon, tes photos maintenant lol. Magnifique le p'tit freux hi hi hi, quelle ouverture !!!! Trop mignon. Les adultes sont très beaux quand on les regarde bien. En ce moment je me bats avec les pies du coin. Elles ont bien compris qu'il y avait des petits partout. C'est pas simple et elles sont tenaces ! Alors je passe mon temps à faire l'épouvantail dehors mdrr.

    Je t'embrasse et te souhaite un bon WE et bonne continuation avec tes locataires. (je fais un partage sur G+)

      • Dimanche 7 Mai à 19:47

        Bonjour Nath,

        Merci pour ton long commentaire. Ah ben non ce n'est pas si simple que ça, car le Corbeau freux n'est pas protégé. Il est même classé "nuisible" (ou comme on dit maintenant "animaux susceptibles d'occasionner des dégâts" mais ça veux dire la même chose en fait), chassable de l'ouverture au 31 mars, puis peuvent être "tirés à poste fixe" sur autorisation préfectorale jusqu'au 10 juin voire jusqu'au 31 juillet. Seul le tir dans les nids est interdit. Le piégeage (à l'aide de cages spéciales) est lui autorisé toute l'année. Notre maire nous harcèle pour qu'on débarrasse le village des corbeaux, pourtant d'après l'ancien propriétaire ils avaient conclus qu'un autorisation préfectorale de tirs serait très compliqué à obtenir, et que la seule solution pour les faire déménager serait d'abattre tous les arbres (on peut aussi faire venir quelques toupies à béton pour recouvrir le terrain tant qu'on y est). Bref le problème est conflictuel.

        Bonne soirée.

      • Dimanche 7 Mai à 21:59

        Et bien je tombe des nues. Je pensais pourtant que le Corbeau freux faisait partie des espèces protégées. Pourtant j'ai bien lu dans le passé des textes faisant allusions aux tirs et aux délocalisation de colonie, alors pourquoi je me suis mis ça en tête. Sans doute parce que je voudrai qu'il soit protégé ! 

        Oui bétonne tout, tu gagneras du temps, c'est ce que je dis à mes voisins qui tondent toutes les semaines ! Pourquoi s’embêter avec tout ça. ppfff

        Bonne soirée. Je t'embrasse.

      • Dimanche 7 Mai à 22:30

        Des fois on se demande pourquoi certains vivent à la campagne. Ils ne supportent ni le bruit des animaux (sauvages ou domestiques), ni le bruit des travaux agricoles, ni même une feuille morte qui tombent sur leur pelouse !

    3
    Bob
    Dimanche 7 Mai à 23:18

    Beautiful birds and their chicks, excellent photos.

    4
    Lundi 8 Mai à 17:08

    Merci pour cet article très intéressant qui m'a appris beaucoup de choses sur le corbeau freux. Quant aux photos, gros coup de cœur pour le petit freux au bec ouvert!! Belle fin d'après-midi.

    5
    Lundi 8 Mai à 17:49

    Bonjour Régine. J'ai appris beaucoup de chose en lisant cet article. Ici nous avons des corbeaux (je ne sais pas lesquels...), je ne pense pas qu'on les chasse, et je n'ai jamais entendu quelqu'un se plaindre de leur bavardage.

    L'homme est décidément et de loin le plus toxique des prédateurs !

    Bravo pour ces photos très réussies !

    Bonne soirée

    6
    Mardi 9 Mai à 20:58

    Bonsoir Régine,

    Un article que j'ai lu avec beaucoup d'intérêt. Je n'ai jamais vu de corbeaux en Île de France, que des corneilles, c'est bien dommage ... 
    Bonne soirée, bises, Véronique

    7
    Jeudi 11 Mai à 07:54

    Bon jour Régine,
    Très beau reportage en tous points de vue.
    Je n'avais jamais vu les jeunes, et ils sont vraiment excellents. Superbes tes photos, comma d'hab ;-)
    Bises et bonne journée à toi

    8
    Mercredi 24 Mai à 10:16
    Daniel

    Bonjour Régine
    Article complet sur le corbeau freux
    J'aime les observer en forêt lorsqu'ils déménagent avec leur bec les feuilles mortes
    pour déterrer des vers de terre
    Une fois, j'en ai vu deux qui mangeaient un orvet
    Une autre fois un qui avait un bon morceau de pain dans le bec...il s'est posé sur un arbre mort pour le déchiqueter
    Merci et bonne semaine ! biggrin
    Daniel

    9
    Vendredi 26 Mai à 10:01

    bonjour Régine

    une petite visite pour te passer le bonjour

    une très belle série avec des plans rapprochés superbes...j'aime particulièrement les 4 dernières

    bonne journée, bises, maurice

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :