• Le Vacher à tête brune

     

    Aujourd'hui je voudrais vous présenter un oiseau un peu particulier : le Vacher à tête brune (Molothrus ater). En été, il n'est pas rare de rencontrer de jeunes passereaux que l'on a bien du mal à identifier, car leur plumage moucheté est très différent de celui de leur parents. Un exemple bien de chez nous est le Rougegorge familier. La similitude de comportement, d'attitude, et le fait de voir les juvéniles dans des groupes d'oiseaux comportant des adultes de la même espèce donne souvent des pistes, que l'on confirmera en consultant par exemple notre site ornithologique préféré Oiseaux.net.

    La première fois que nous avons croisé ce juvénile, c'était en 2010 dans le parc de Yellowstone, si mes souvenirs sont bon du côté du célèbre geyser Old Faithfull. Un oiseau peu farouche, accro aux touristes susceptibles de lui fournir sa pitance journalière ... Aucun adulte à l'horizon et un vrai casse-tête à identifier au retour en triant les photos.

    Le Vacher à tête brune

     

    Cet été, en attendant le bateau qui allait nous mener au Golden Gate, sur le port de San Francisco, qui est-ce qu'on retrouve, en train de se disputer avec les pigeons ? Sans aucun doute, c'est à nouveau un juvénile de cette espèce, le Vacher à tête brune. Toujours peu farouche, et même plutôt agressif avec les pigeons et très possessif envers les restes des touristes. Mais toujours pas d'oiseaux adultes ...

    Le Vacher à tête brune

     

    Le Vacher à tête brune

     

    Pourquoi donc ces juvéniles ne sont-ils pas près de leur parents ? La raison en est probablement le mode de reproduction de l'espèce : le Vacher à tête brune, comme notre Coucou gris, parasite les nids d'autres espèces en y pondant un ou parfois plusieurs oeufs. Les jeunes sont donc élevés par des parents adoptifs (parfois avec des frères et soeurs de l'espèce hôte si cette dernière est d'assez grande taille). Plus de 200 espèces d'oiseaux peuvent être parasitées par le Vacher à tête brune, des parulines aux grives en passant par les cardinaux. Le jeune Vacher grossit très vite, il réclame plus fort que les autres oisillons, ce qui compromet souvent la réussite du reste de la nichée.

    C'est à Central Park, dans la ville de New York, que j'ai eu l'opportunité d'observer les Vachers à tête brune adultes, lors d'un séjour début mai 2013. Cette espèce appartient à la famille des Ictéridés, que les américains appellent plus simplement "Backbirds" parce que la plupart d'entre eux sont noirs. Le mâle est effectivement noir, avec de beaux reflets verts, et comme son nom l'indique, il a la tête brune.

    Le Vacher à tête brune

     

    Le Vacher à tête brune

     

    Le Vacher à tête brune

     

    La femelle quand à elle est gris-brun clair. La forme conique et épaisse du bec permet de la différencier des femelles d'autres espèces de blackbird, qui en général ont le bec plus long et plus fin. Sur la 2ème photo, on voit que le Vacher à tête brune ne dédaigne pas les mangeoires. A tout les niveaux, cet oiseau est opportuniste.

    Le Vacher à tête brune

     

    Le Vacher à tête brune

     

    Les chercheurs ne savent pas vraiment pourquoi le Vacher à tête brune a développé cette stratégie de reproduction basée sur le parasitisme. L'espèce, avant de squatter les mangeoires et les parkings, suivait les troupeaux de bisons dans les grandes plaines, et se nourissait des insectes délogés par les sabots des bovidés (d'où son nom de vacher). Le parasitisme, libérant les adultes de leur tâche de parents, leur a-t-il permis de suivre plus facilement les troupeaux, ou est-ce l'inverse ?

    Pour conclure, je partage avec vous un article (en anglais) fort intéressant sur l'espèce : Brown-headed Cowbirds.


  • Commentaires

    1
    Jeudi 13 Septembre à 07:46

    Coucou Régine,
    Je confirme, l'identification n'est déjà pas simple, alors, les juvéniles... 
    Superbes tes photos. Les adultes sont vraiment très différents des jeunes.
    En voilà un qui a aussi la stratégie des Coucous, faut dire que ces petiots sont vraiment épuisants hihihi
    J'ai vu un reportage récemment qui parlait d'une stratégie de survie pour les Coucous.
    Merci pour ce nouvel article super complet.
    Bises et bonne journée

    2
    Jeudi 13 Septembre à 08:57

    Bonjour régine

    outre tes photos qui sont très belles

    j'ai appris beaucoup de part ton article

    je ne savais pas que certains oiseaux sont parfois élevés par des parents adoptifs issus d'un autre nid

    amitié et belle journée à toi

     

    3
    Jeudi 13 Septembre à 09:01

    bonjour Régine

    voici un excellent article et une découverte pour moi, je n'en connaissais pas l'existence, et pour l'identification pas facile du tout !!!!

    bonne journée, bises, maurice

    4
    Jeudi 13 Septembre à 11:30

    Magnifique article sur un oiseau dont j'ignorai le nom... excellente journée Régine.

    5
    Dimanche 16 Septembre à 10:03

    Encore une bien belle série à mettre a ton actif ! Merci Régine 

    6
    Dimanche 16 Septembre à 22:19

    Bonsoir Régine,

    Superbe cet article, je me suis régalée. Juvénile, mâle ou femelle, tous sont magnifiques. Bon d'accord le mâle est vraiment superbe. 

    Il faudrait que je regarde dans le dernier livre que j'ai lu, Le génie des oiseaux, où l'auteur parle de l'intelligence de nombreux oiseaux faisant partie des Pinsons de Darwin. Je me demande s'il n'y a pas une espèce de vacher dans le groupe.

    Un livre que je te conseille, mais attention, très scientifique et parfois qui donne mal à la tête, à tel point que j'ai du repartir du début deux fois hi hi. Merci pour l'article, j'y vais de ce pas !

    Je t'embrasse. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :