• Invasifs, vous avez dit invasifs ?

     

    Union Square est la place la plus connue de San Francisco, située au centre du quartier du même nom, entre hôtels, théâtres et grands magasins. C'est un carré paysager et arboré d'environ un hectare, notre première pause dans la ville. Tout ornithologue en voyage loin de son pays espère rencontrer une espèce exotique au premier carré d'herbe, parterre de fleurs ou arbuste. Ce ne fut pas notre cas à Union Square. En ce début juillet, il y avait bien de nombreux passereaux juvéniles qui quémandaient encore de la nourriture à leur parent, mais c'était des Etourneaux sansonnets (Sturnus vulgaris) et des Moineaux domestiques (Passer domesticus) ! On retrouvera d'ailleurs ces espèces un peu partout dans la ville.

     

    Etourneau sansonnet - Union Square

     Etourneau sansonnet juvénile, Union Square

     

    Moineau domestique - San Francisco

     Moineau domestique juvénile, Union Square

     

    Moineau domestique - San Francisco

    Moineau domestique adulte, Yerba Buena Gardens, San Francisco

    Contrairement à d'autres espèces comme le Canard colvert ou le Grand Corbeau, dont l'aire de répartition recouvre tout l'hémisphère nord, Amérique comprise, l'Etourneau sansonnet et le Moineau domestique n'ont rien à faire aux Etats-Unis, et ne s'y trouvent que parce qu'elles ont été introduites par l'homme. 

    L'Etourneau sansonnet a été introduit à New York en 1890 et 1891, par un nommé Eugene Shieffelin, président d'une société d'acclimatation, qui avait eu l'idée saugrenue d’acclimater en Amérique du Nord toutes les espèces d'oiseaux citées dans l'oeuvre de William Shakespeare. Pour l'Etourneau sansonnet, le résultat a dépassé toutes les espérances, puisque les descendants des 100 oiseaux relâchés à Central Park seraient maintenant plus de 200 millions, colonisant les villes et les campagnes d'Amérique du Nord de l'Alaska au Mexique. L'espèce a atteint la Californie en 1942.

    Le Moineau domestique a lui aussi été introduit volontairement en Amérique du Nord, à plusieurs reprises et en différents endroits des Etats-Unis et du Canada. Le premier relâché semble avoir eu lieu à New York aux alentours de 1850. Certaines sources indiquent qu'il aurait été introduit pour lutter contre les chenilles (même s'il préfère se nourrir de grains et de pains sauf pendant la période de reproduction).

    Assez rapidement, ces 2 espèces ont été considérées comme invasives en Amérique du Nord. Le principal problème provient de leur opportunisme et de leur agressivité envers les autres espèces. En particulier, tant l’Etourneau sansonnet que le Moineau domestique ont la fâcheuse habitude de s’approprier les cavités de nidification d'autres espèces, allant jusqu'à tuer leurs occupants. Les Merlebleus (Bluebirds en anglais) figurent parmi les espèces les plus persécutées par les Etourneaux et les Moineaux.

    Les Merlebleus comme leur nom l'indique font partie de la famille des Merles, et sont de couleur bleue. Il existe 3 espèces différentes de Merlebleu : le Merlebleu de l'Est (Sialia sialis), qui occupe la zone allant de l'Atlantique aux Montagnes Rocheuses, le Merlebleu de l'Ouest (Sialia mexicana), que l'on trouve du Pacifique aux Montagnes Rocheuses, et le Merlebleu azuré (Sialia currucoides), que l'on rencontre dans les zones montagneuses de l'Ouest. Plus petit que le Merle noir, les Merlebleus mesurent environ 20 cm. Adulte, les deux premières espèces présentent un plumage bleu sur le dessus, alors que le dessous est orange. Le Merlebleu azuré quant à lui est tout bleu.

    Les 3 espèces construisent leur nid dans des cavités ou des nichoirs adaptés. Mais bien souvent ces nichoirs sont squattés par les Etourneaux et les Moineaux, au grand désespoir de leurs propriétaires humains qui souhaitent attirer dans leur jardin les magnifiques merlebleus. A lire les moyens utilisés pour rendre les nichoirs aux Merlebleus, on se rappelle que nous sommes ici au pays des cow-boys : certains utilisent tout simplement des armes à feu pour éliminer toute trace d'Etourneaux et de Moineaux de leur terrain, avec semble-t-il un certain succès pour la réussite des nichées de Merlebleu ...

    Pour illustrer les lignes qui précèdent, voici quelques photos de Merlebleu prises au cours de nos pérégrinations aux Etats-Unis.

    Merlebleu de l'Ouest - Bryce Canyon

    Merlebleu de l'Ouest juvénile, Bryce Canyon, Utah, août 2010

     

    Merlebleu azuré - Crater Lake

     Merlebleu azuré, Crater Lake, Oregon, juillet 2018

     

    Une partie des informations ci-dessus est issue de l'article suivant : Birdist Rule #72: It’s Okay to Hate Starlings. Si vous maîtrisez l'anglais, je vous invite aussi à parcourir les commentaires en dessous, vous y apprendrez quel type d'arme à feu est le plus approprié pour vous débarrasser des Etourneaux. 

    Ce n'est pourtant pas la haine des Etourneaux sansonnets qui pousse les Buses à queue rousse (Buteo jamaicensis) de Central Park à chasser les Etourneaux, mais plutôt l'opportunité d'un repas bon marché. L'Etourneau étant devenu en un peu plus d'un siècle le passereau le plus commun en Amérique du Nord, il figure logiquement au menu de nombreux prédateurs plusieurs fois par semaine.

    Buse à queue rousse dévorant un étourneau

    Buse à queue rousse s'apprêtant à dévorer un Etourneau, Central Park, New York, mai 2013

     

    Le Pigeon de ville ou Pigeon biset domestique (Columba livia) n'est pas non plus un oiseau très apprécié, que ce soit en Europe ou aux Etats-Unis, la preuve le surnom de rat volant que certains lui donnent. C'est pourtant là encore grâce à - ou à cause de, c'est selon le point de vue - l'homme qu'il a colonisé la plupart des villes du monde. Il fut introduit en Amérique du Nord au début du XVIIe siècle par des colons européens qui l'amenèrent avec eux comme animal domestique. Certains s’échappèrent, d'autres furent relâchés volontairement, comme dans tous les pays du monde. C'est très certainement la première espèce que nous avons croisée cette été à San Francisco.

    Invasifs, vous avez dit invasifs ?

    Pigeon biset domestique, port de San Francisco, juillet 2018

     

    Un autre colombidé bien connu des Européens a fait récemment son apparition dans l'avifaune nord-américaine, vous l'aurez deviné il s'agit de la Tourterelle turque (Streptopelia decaocto). L'invasion commença en 1974, lorsqu'une cinquantaine de Tourterelles détenues en captivité aux Bahamas s’échappèrent. De là elles colonisèrent rapidement la Floride. Depuis, l'espèce s'est répandue dans pratiquement tous les Etats-Unis, ainsi qu'au Mexique.  Comme chez nous elle vit près de l'homme, plutôt dans les campagnes et en bordure des villes. Pour l'instant il n'a pas été démontrée que la Tourterelle turque nuise aux espèces de Tourterelles locales, malgré son expansion très rapide à travers le territoire Nord-Américain.

    Tourterelle turque - Mendocino

    Tourterelle turque, Mendocino, Californie, juillet 2018

     

    Rassurez-vous, dans les parcs et jardins de San Francisco, nous avons fini par trouver des oiseaux locaux. Ce sera l'objet des prochains articles.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 23 Septembre à 14:02

    Coucou Régine,
    Un super article, bien documenté et expliqué. Très intéressant !
    Comme toujours, quand l'Homme intervient il fiche le bazar, et ensuite, ce sont les animaux qui en font les frais.
    Bon, je dois dire qu'à une certaine époque, ils ne se rendaient pas forcément compte des conséquences...
    Merci pour ce partage.
    Bises et bonne journée

    2
    Dimanche 23 Septembre à 17:03

    BONJOUR

    Voila un article très intéressent j’appends beaucoup de choses !

    le merle bleu et superbe je ne connais pas  

    passe un bon dimanche bises

    3
    Mardi 25 Septembre à 07:45

    Bonjour Régine, j'aime ces espèces que l'on peut aussi rencontrer chez nous, excepté le merlebleu qui est vraiment de toute beauté... je te souhaite une agréable journée.

    4
    Nath
    Mercredi 26 Septembre à 20:15
    Coucou Régine.
    On ne peut pas dire qu'ils ne sont pas cosmopolites eux !!!
    Si ils ont trop de moineaux ils peuvent nous en envoyer !
    Jolie série outre atlantique et pourtant bien commune ;-))
    Bonne soirée chez vous Régine.
    Bises
    5
    Dimanche 30 Septembre à 11:11

    Cc Régine ,

    Fort intéressant cet article et très joliment illustré par de très beaux clichés !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :