•  

    C'est en vol que le plumage des Flamants roses (Phoenicopterus roseus) est le plus spectaculaire : alors qu'au sol l'oiseau apparaît presque entièrement rose pâle (ce qui n'est déjà pas commun chez les oiseaux en particulier en Europe), lorsqu'il prend son vol on a la surprise de découvrir des ailes d'un rose vif presque écarlate, bordée d'une large bande noire. Ce qui se traduit en terme ornithologique par "Les rémiges primaires et secondaires sont entièrement noires et les couvertures rose vif" comme indiqué dans la fiche de l'espèce sur mon site ornithologique préféré : http://www.oiseaux.net/oiseaux/flamant.rose.html.

    L'envol des Flamants - Pont de Gau

     

    L'envol des Flamants - Pont de Gau

     

    Un Flamant rose en vol c'est magnifique, mais que dire de l'envol simultané de plusieurs dizaines de Flamants ? Tout simplement magique. 

    L'envol des Flamants - Pont de Gau 

     

    L'envol des Flamants - Pont de Gau

     

    L'envol des Flamants - Pont de Gau

     

    L'envol des Flamants - Pont de Gau

     

    C'est sur ces images hautes en couleur que s'est achevée notre visite au Parc Ornithologique du Pont de Gau en janvier dernier, et c'est aussi (pour l'instant) la fin de cette série d'articles sur la Camargue. J'espère que ça vous aura donné envie d'y aller.


    6 commentaires
  •  

    Le jardin des Grands Moulins dans le 13ème arrondissement est devenu en quelques années un des hauts lieux de l'ornithologie parisienne. D'une surface de seulement 1,2 hectare, il est petit par la taille mais grand par sa gestion écologique et sa biodiversité. C'est ainsi que des espèces inhabituelles dans la capitale y sont observées assez fréquemment. On peut citer par exemple la Fauvette grisette ou l'Hypolaïs polyglotte, sans oublier le Torcol fourmilier qui y séjourna en octobre 2014.

    Fin mars de cette année, c'est une Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica) en halte migratoire qui a fait le bonheur des observateurs et photographes, pendant une dizaine de jour. L'espèce est très rarement observée à Paris : jusqu'à l'Atlas des oiseaux nicheurs de Paris (paru en 2010) les seules mentions de l'espèce dataient du 19ème siècle. Il a fallut attendre le 21ème siècle pour la revoir. Pour ma part, c'est la 2ème fois, puisque j'avais déjà eu la chance d'observer celle qui fit un passage éclair sur le Boulevard Richard Lenoir le 1er avril 2015 (et non ce n'était pas un poisson d'avril).

    Voici donc les photos de notre Gorgebleue sur les pelouses des Grands Moulins, prises entre 2 averses, les 27 et 28 mars dernier. Il s'agit d'un mâle, reconnaissable à sa gorge d'un bleu vif qui lui a donné son nom.

    La Gorgebleue à miroir des Grands Moulins

     

    La Gorgebleue à miroir des Grands Moulins

     

    La Gorgebleue à miroir des Grands Moulins

     

    La Gorgebleue à miroir des Grands Moulins

     

    La Gorgebleue à miroir des Grands Moulins

     

    La Gorgebleue à miroir des Grands Moulins

     

    La Gorgebleue à miroir des Grands Moulins

     

    La Gorgebleue à miroir des Grands Moulins

    Depuis l'oiseau a certainement rejoint son site de nidification et trouvé une compagne. Souhaitons-lui de nombreux et vigoureux petits oisillons.


    9 commentaires
  •  

    Parfois en photo animalière on a juste de la chance : de la lumière, un cadre idyllique, pas un poil de vent, et des oiseaux beaux et élégants comme des danseuses de ballets, tout de rose vêtus (bon certains ont un peu forcé sur le maquillage quand même). Photos prises à la mi-janvier au Parc Ornithologique du Pont de Gau en Camargue.

    Le miroir aux Flamants

     

    Le miroir aux Flamants

     

    Le miroir aux Flamants

     

    Le miroir aux Flamants

     

    Le miroir aux Flamants

     

    Le miroir aux Flamants

     

    Le miroir aux Flamants

     

    Je vous dis à bientôt pour une dernière série sur les Flamants roses. En attendant profitez bien du soleil ça ne durera peut-être pas.

     


    15 commentaires
  •  

    L'hiver 2017-2018 a été marqué par une présence exceptionnelle dans notre pays d'oiseaux venus du nord, y compris dans la capitale : Grosbecs casse-noyaux, Tarins des aulnes mais aussi Sizerins flammés (Acanthis flammea). 

    Le Sizerin flammé est très rarement observé à Paris, L'Atlas des oiseaux nicheurs de Paris, paru en 2010, le cite comme occasionnel dans les années 1950, et ne mentionne aucune observation depuis. De même, sur le site http://www.faune-iledefrance.org on ne trouve des observations de l'espèce à Paris (hors Bois de Boulogne et Bois de Vincennes) que durant la saison qui vient de s'achever. On y découvre que le Sizerin flammé a été observé régulièrement cet hiver à plusieurs endroits de la capitale (13ème arrondissement, Trocadéro etc.), mais surtout au Parc Monceau où un individu a été vu dès début novembre 2017. A partir de la mi-février jusqu'à début avril, des groupes de Sizerins flammés y ont été observés pratiquement tous les jours, se nourrissant dans les Paulownias situés près de l'entrée sud du parc. Près d'une cinquantaine d'oiseaux ont été dénombrés le 3 mars 2018.

    Le Sizerin flammé est un petit passereau de la famille des Fringillidés (qui regroupe de nombreux passereaux granivores tels que les pinsons, verdiers, linottes, tarins, grosbecs, chardonnerets etc.). Légèrement plus grand qu'une mésange bleue, son plumage brun-gris strié le rend assez difficile à détecter dans les arbres où il aime se nourrir. On le reconnait cependant à son bec jaune et à sa calotte rouge. Les mâles ont la poitrine colorée de rouge carmin.

    Jusqu'à récemment les ornithologues considéraient que l'espèce Sizerin flammé comportaient plusieurs sous-espèces, la sous espèce cabaret étant nicheuse en Europe de l'Ouest (France, Grande-Bretagne etc.) alors que la sous espèce nominale flammea était plutôt nicheuse en Scandinavie, et faisait parfois quelques apparitions l'hiver dans nos contrées. Mais maintenant la plupart considère que ce sont 2 espèces différentes ... et les 2 auraient été vues en groupe mixte au Parc Monceau. Je vous avoue que je n'ai pas réussi à faire le tri dans les photos ci-dessous. Peut-être certains d'entres vous auront une idée sur la question ? Sachant que les photos ayant été prises en fin d'après midi, les teintes sont probablement un peu plus chaudes qu'en plein midi ...

     

    Les Sizerins du parc Monceau

     

    Les Sizerins du parc Monceau

     

    Les Sizerins du parc Monceau

     

    Les Sizerins du parc Monceau

     

    Les Sizerins du parc Monceau

     

    Les Sizerins du parc Monceau

     

    Les Sizerins du parc Monceau

     

    Les Sizerins du parc Monceau

     

    Les Sizerins du parc Monceau

     

    Les Sizerins du parc Monceau

     

    Les Sizerins du parc Monceau

     

    Les Sizerins du parc Monceau

     

    Les Sizerins du parc Monceau

     

    En conclusion, Sizerin cabaret ou Sizerin flammé, observer ces petits passereaux ne tenant pas en place dans un des plus beau parc de Paris a été un moment inoubliable, partagé par la communauté ornithologique parisienne, sur place et sur Internet. J'espère vous en avoir fait profiter un peu.


    9 commentaires
  •  

    Ce qui est extraordinaire avec les Flamants roses (Phoenicopterus roseus) du Pont de Gau en Camargue, c'est qu'en une seule journée on arrive à faire une variété presque infinie de photos. Pour les portraits la difficulté consiste à isoler un Flamant parmi la multitude, mais vu le nombre d'oiseaux et les différents plans d'eau plus ou moins bondés c'est tout à fait surmontable. Le Flamant met plusieurs années à acquérir son plumage et son bec rose, les individus gris ou gris-rosâtre que vous verrez dans la série ci-dessous n'ont pas encore atteint l'âge adulte. Outre leur bec à la forme unique, les Flamants ont les yeux jaunes, ce qui leur donne un regard tout à fait spécial ...

    Portraits de Flamants roses

     

    Portraits de Flamants roses

     

    Portraits de Flamants roses

     

    Portraits de Flamants roses

     

    Portraits de Flamants roses

     

    Portraits de Flamants roses

     

    Portraits de Flamants roses

     

    Portraits de Flamants roses

     

    Portraits de Flamants roses

     

    Portraits de Flamants roses

     

    Portraits de Flamants roses

     

    Portraits de Flamants roses

     

    Portraits de Flamants roses

     

    Toutes les photos de cet article ont été prises à la mi-janvier au Parc ornithologique du Pont de Gau. Les Flamants sont des oiseaux vraiment craquants, si vous n'y êtes jamais allé faites-le ça vaut le déplacement. Un peu d'exotisme sans quitter notre pays, que demander de plus ?


    8 commentaires