• Premières rencontres à Central Park

     

    Central Park est un espace vert de 341 hectares situés au nord de l'île de Manhattan à New-York. En comparaison, nos parcs parisiens, même les plus grands comme le Parc des Buttes-Chaumont ou le Jardin des Tuileries, font figure de confettis.

    Si vous venez souvent sur ce blog, vous avez certainement remarqué mon goût prononcé pour l'ornithologie urbaine. Je trouve assez fascinant de traquer la vie sauvage jusqu'au cœur des métropoles, avec un avantage non négligeable, les oiseaux y sont beaucoup moins farouche qu'à la campagne.

    Ainsi, Central Park est le lieu idéal pour apprendre à connaître les oiseaux les plus communs de la moitié est de l'Amérique du Nord. New-York est de plus une des villes américaines les plus faciles d'accès depuis l'Europe (en temps normal bien sûr). Voici donc mes premières rencontres à Central Park.

    Tout d'abord, le Merle d'Amérique (Turdus migratorius), aussi commun là bas que notre Merle noir. Je vous en ai déjà montré dans mes articles sur l'ouest américain.

    Premières rencontres à Central Park

     

    Premières rencontres à Central Park

     

    Premières rencontres à Central Park

     

    Et puis, il y a les écureuils, encore plus nombreux que les merles. Après les chiens qui accompagnent leur maître au parc, c'est certainement l'animal que l'on a le plus de chance d'observer dès que l'on arrive à Central Park. Cette espèce de rongeur, nommée Ecureuil gris (Sciurus carolinensis) est l'écureuil le plus commun aux Etats-Unis, en particulier dans les villes. Sur la troisième photo, vous voyez un écureuil de couleur noire, mais c'est en fait la même espèce, chez qui il existe des variations de couleur.

    Premières rencontres à Central Park

     

    Premières rencontres à Central Park

     

    Premières rencontres à Central Park

     

    Revenons maintenant aux oiseaux. Pour apercevoir autre chose que des Merles, des Pigeons domestiques et des Etourneaux sansonnet (ces deux dernières espèces étant des oiseaux européens introduits), il vaut mieux s'aventurer au cœur du parc, au delà des terrains de sports et des pelouses les plus fréquentées, dans les zones plus boisées du côté de "The Lake".

    Voici d'abord un bel oiseau noir nommé en français Quiscale bronzé (Quiscalus quiscula). Cet oiseau tout noir fait partie de la famille des Ictéridés, des oiseaux du Nouveau Monde bien souvent de couleur noire, d'où le nom de Blackbird qui leur est donné aux Etats-Unis. Le Quiscale bronzé est assez grand pour un passereau, à peu près de la taille d'un merle. Sa plumage intégralement noir présente de beaux reflets vert, violet ou bleuté au niveau de la tête, et couleur bronze au niveau du corps. La femelle présente les mêmes irisations mais en plus terne. Les yeux sont très clair, le bec puissant est pointu comme chez la plupart des oiseaux de cette famille, la queue est assez longue. Les juvéniles ont un plumage sombre sans reflets et également les yeux sombres.

    Premières rencontres à Central Park

     

    Premières rencontres à Central Park

     

    Le continent américain compte de nombreux passereaux nommés "Bruant" en français (et "Sparrow" en anglais, ce qui signifie moineaux, il ne faut pas chercher à comprendre). Les ornithologues pensaient jusqu'il y a peu que ces Bruants faisaient partie de la même famille que nos Bruants européens, mais les analyses ADN ont montrés qu'il n'en est rien. Les Bruants américains sont maintenant regroupé dans la famille des Passerellidés, avec les Tohis, les Juncos et d'autres oiseaux granivores du nouveau monde. Je vous ai déjà parlé en particulier du Bruant à couronne blanche, que l'on ne trouve qu'à l'ouest des Montagnes Rocheuses.

    Celui qui m'accueille en chantant près du Bow Bridge est lui répandu sur tout le continent Nord-Américain. Il s'agit du bien nommé Bruant chanteur (Melospiza melodia), pas toujours évident à identifier car les nuances de gris et de brun du plumage varient énormément suivant les régions et les sous-espèces. Pour en avoir un aperçu, vous pouvez regarder ma galerie de photos de l'espèce sur Oiseaux.net !

    Premières rencontres à Central Park

     

    Premières rencontres à Central Park

     

    Revoici maintenant le Bruant à gorge blanche (Zonotrichia albicollis), aperçu à Bryant Park le matin même. Outre la gorge blanche, les tâches jaunes vifs au dessus des yeux permettent de l'identifier sans trop de problèmes. Ce Bruant niche au nord-est des Etats-Unis jusqu'à la région des Grands Lacs, ainsi qu'au Canada. Reste-t-il à Central Park pour nicher ou migre-t-il un peu plus au nord ? Je n'ai pas réussi à trouver l'information…

    Premières rencontres à Central Park

     

    Premières rencontres à Central Park

     

    Le dernier petit passereau que je vous présente dans cette série vous semblera peut-être un peu plus familier. C'est normal, il est de la même famille que nos pinsons, chardonnerets et tarins. Il se nomme Chardonneret jaune (Spinus tristis) mais malgré son nom il est plus proche du Tarin des aulnes que du Chardonneret élégant. Sur la première photo il s'agit d'une femelle, et sur la deuxième un mâle avec sa couleur jaune vif qui le rend difficile à confondre avec autre chose. Dommage il y avait une branchette devant lui, je n'ai pas de meilleure photo pour cette fois. Le Chardonneret jaune s'observe dans toute l'Amérique du Nord. 

    Premières rencontres à Central Park

     

    Premières rencontres à Central Park

     

    A Central Parc, j'ai aussi croisé des Vachers à tête brune, une espèce d'oiseau qui comme notre coucou pond dans les nids d'autres espèces. Je vous en avais déjà parlé dans un précèdent article car c'est un oiseau que nous avons aussi rencontré en Californie. Pour voir les photos et en savoir plus sur cet espèce aux mœurs particulière c'est ici

    Quand l'après-midi s'achève, il est temps de se diriger vers la sortie du parc. Cette fois là, j'ai terminé ma balade en faisant le tour du plan d'eau "The Pond" à l'extrême sud du parc, non loin du zoo. Très bonne idée car c'est l'heure où les Bihoreaux gris (Nycticorax nycticorax) se réveillent. Celui-ci avait visiblement une grande habitude des passants, je l'ai observé à moins de 2 mètres de distance. Une belle façon de finir la journée.
     

    Premières rencontres à Central Park

     

    Premières rencontres à Central Park

     

    A bientôt pour la suite. Si tout se passe comme prévu, la prochaine fois je vous emmènerai voir le monument le plus célèbre de New-York. Tout un symbole en ces temps troublés. 


  • Commentaires

    1
    Lundi 18 Janvier à 18:44

    BONJOUR

    C'est peut entre en ville ! mais il y a des beaux oiseaux

    ils ont pas l'air malheureux

    passe une bonne semaine bises

    2
    Lundi 18 Janvier à 21:05

    Mais c'est génial ! Je n'ai jamais vu ce merle et puis ce pinson femelle verdâtre qui porte le nom de chardonneret ! Le mâle est d'un  jaune ! Superbe ! 

    Merci pour la découverte. 

      • Lundi 18 Janvier à 21:14

        C'est aussi ça l'Amérique ! Plein d'oiseaux qu'on n'a jamais vus rien qu'en se promenant dans un parc urbain !

    3
    Nath
    Dimanche 21 Février à 18:09

    C'est l'Afrique là-bas ! hihihi des oiseaux partout et tous plus beaux les uns que les autres. Même si je n'en découvre aucun sur tous tes article (à part le tohi) ces couleurs me fascinent toujours autant. Ces petits yeux, ces petits becs, ces oiseaux quoi ;-) 

    Merci pour ce petit moment d'évasion et surtout d'envie d'ailleurs. J'espère que tout va bien chez vous, nous ça va. Boulot boulot avec une quarantaine de pins par terre et partis à la scierie, des feuillus qui n'attendent que le printemps pour vivre une nouvelle vie chez nous. Avec tout ça et mon temps partiel à la mairie (nouveau boulot de secrétaire depuis la nouvelle équipe) le temps pour le net manque. Mais je n'oublie pas les copines :-)

    Grosses bises et à bientôt

      • Dimanche 21 Février à 21:16

        Bravo pour ton nouveau boulot ! D'après ce que je comprends il y a de quoi faire dans les mairies. De mon côté je me suis lancée dans une formation pour me reconvertir en rédacteur web... et bonne résolution de l'année je me suis remise aux fiches oiseaux.net. Après les foulques, j'attaque les pigeons et tourterelles. Toujours outre-Atlantique. En même temps ça me fait un peu voyager ;-).

        Bises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :