• Les Moaïs qui regardaient la mer

     

    La carrière de Puna Pau est un site unique sur l'Île de Pâques : en effet c'est ici qu'était extraite la pierre rouge si particulière qui servait à fabriquer les pukao (ou chapeau des moaïs). Les blocs extraits étaient beaucoup plus gros que les pukao définitifs, et étaient taillés très sommairement. En effet la pierre tendre s'usait pendant le transport jusqu'aux sites où étaient érigés les moaïs. On donnait donc au pukao sa forme définitive seulement au moment de coiffer son propriétaire. Ici, de nombreux blocs de pierre semblent avoir été abandonnés, comme les moaïs de la carrière de Rano Raraku. Certains sont ornés de pétroglyphes.

    Les Moaïs qui regardaient la mer

     

    Puna Pau se trouve au centre de l'Île de Pâques. Pour s'y rendre depuis Hanga Roa, prendre la route menant à la plage d'Anakena, et tourner à gauche en direction de Ahu Akivi et Puna Pau. Le billet du parc national est nécessaire pour accéder à la carrière. C'est un site qui vaut le détour car c'est vraiment différent de ce que l'on voit ailleurs sur l'île.

    Les Moaïs qui regardaient la mer

     

    Les Moaïs qui regardaient la mer

     

    Par la même route, en continuant vers le centre de l'île, on arrive au site de l'Ahu Akivi, une plate-forme cérémonielle avec 7 moaïs. Ce site est important à double titre. Tout d'abord, le site est exceptionnel car contrairement aux autres ahu, ici les moaïs se trouvent dans les terres et ont le regard dirigé vers la mer, située à quelques kilomètres de là vers l'ouest. Ensuite, les statues de l'Ahu Akivi ont été les premières à être redressées, après le moaï solitaire remis sur pied par l'équipe de Thor Heyerdahl sur la plage d'Anakena. C'est l'archéologue américain William Mulloy qui supervisa le chantier de restauration de l'Ahu Akivi, démarré en 1960. Les moaïs une fois debout reçurent la bénédiction du père Sebastian Englert lors d'une émouvante cérémonie d'inauguration. Cet événement fut le véritable point de départ de la renaissance du patrimoine du peuple Rapa Nui.

    Les Moaïs qui regardaient la mer

     

    La légende raconte que les 7 statues de l'Ahu Akivi représentent les 7 navigateurs polynésiens envoyés en repérage par le roi Hotu Matu’a avant la colonisation de l'île. Mais peut-être leur rôle était-il le même que celui dévolu à tous les moaïs : protéger les habitants du village situé en face de la plate-forme. En effet les archéologues ont montré que ce site, situé au pied du Mont Terevaka, était occupé de façon permanente.

    Une autre légende, celle-ci répandue par les guides touristiques, explique que les statues de l'Ahu Akivi sont les seules qui ne sont pas situées en bord de mer (à part celles de la carrière de Rano Raraku bien sûr). J'ai découvert en rentrant de notre voyage que ce n'était pas vrai, au moins un autre moaï se dresse à l'intérieur des terres, non loin d'Hanga Roa. Peu connu car situé sur un terrain privé, il a comme caractéristique d'avoir 4 mains. Celui que j'appelle "le moaï que nous avons raté" se nomme en réalité Ahu Huri a Urenga. 25 autres plates-formes cérémonielles ont été répertoriées à l'intérieur des terres.

    Ceci n'enlève en rien la majesté des statues de l'Ahu Akivi, dont l'orientation suggère qu'elles servaient aussi d'observatoire astronomique : en effet leur regard est dirigé exactement vers le point où le soleil se couche lors de l'équinoxe de printemps.

    Les Moaïs qui regardaient la mer

     

    Nous profitons de notre visite à l'Ahu Akivi pour nous renseigner sur les randonnées vers le plus haut sommet de l'île, le volcan Terevaka. De là haut, la vue est paraît-il sublime : on voit toute l'île, et autour, à perte de vue, l'immensité de l'Océan Pacifique sur 360 degrés.

    Nous entreprenons la randonnée le lendemain matin, notre dernier jour complet à Rapa Nui. On peut laisser son véhicule sur le parking de l'Ahu Akivi. Compter 3 à 4 h pour l'aller-retour. Les paysages sont sauvages, on croise quelques chevaux, mais pour la vue à 360° depuis le sommet on n'a pas été gâté : 360° de brouillard, alors oui pour se sentir seules au monde c'était pas mal réussi ! Heureusement que le GPS de mon téléphone fonctionne sans réseau téléphonique sinon on n'aurait jamais trouvé le sommet ! A retenir, si le volcan est couvert de nuages ce n'est pas la peine de tenter l'aventure (et ça doit arriver souvent, vu que c'est le plus haut sommet à 3000 km à la ronde, c'est d'ailleurs grâce aux nuages accumulés sur les sommets que les navigateurs polynésiens repéraient les îles bien avant de voir la terre). J'ai quand même ramené quelques belles images, prises à la montée et à la descente.

    Les Moaïs qui regardaient la mer

     

    Les Moaïs qui regardaient la mer

     

    Les Moaïs qui regardaient la mer

     

    Les Moaïs qui regardaient la mer

     

    Les Moaïs qui regardaient la mer

     

    Les Moaïs qui regardaient la mer


    Je sais que certains d'entres vous viennent ici pour voir des oiseaux, alors c'est promis, je vous en montre la prochaine fois. En attendant je vous laisse deviner de quelle espèce il s'agit !


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 24 Octobre 2019 à 09:45

    Coucou Régine,

    Les trois dernières photos sont très belles, l'herbe est bien jaune là aussi par rapport aux plaines du littoral bien vertes. D'ailleurs je viens de me faire une réflexion. L'herbe est tondue autour des Moaïs. J'imagine que les gestionnaires du parc sont à l'origine de cet entretient. Je n'avais pas réalisé jusqu'à cet article où tu montres des plaines d’herbes hautes.

    Ce point de vu à 360 me rappelle notre ascension du Mont Choungy sur Mayotte. La vue là-haut sur tout le lagon était somptueuse.

    Alors dis moi, aurais-tu retrouvé ton ami le tinamou ? ;-) Mon petit doigt me dit que oui !

    Bonne journée et belle fin de semaine. Bises

     

    2
    Jeudi 24 Octobre 2019 à 10:05

    Coucou Régine,
    J'aime beaucoup la dernière partie de ton article avec ces paysages charmants.
    Sympa aussi ces pukao et leur histoire.
    Bonne journée Régine. Bises

    3
    Vendredi 25 Octobre 2019 à 09:55

    Bonjour Régine

    j'avoue que je pensais qu'il y avait plus de statues que cela......c'est une île quand même particulièrement desertique, la vie ne doit pasêtre facile !!!

    bonne journée, bises, maurice

    4
    Vendredi 25 Octobre 2019 à 14:48

    Salut, oh que j'aime cette série d'articles sur ce lieu magique et pleine de mystères, un régal pour les yeux, beaucoup d'infos en bonus.

    Non, je ne regrette pas tes magnifiques photos d'oiseaux, ils reviendront juste un peu plus tard.

    Bien dommage que ta dernière randonnée que la météo n'était pas au rendez-vous, mais c'est quand même magnifique, sublime des paysages, je me régale avec tes photos.

     

    5
    Samedi 26 Octobre 2019 à 18:54

    Bonsoir Régine, je rejoins l'avis de Nathalie et Pascale : les paysages que tu nous présente ici sont très beaux avec un coup de coeur pour l'arbre penché... merci aussi pour toutes les informations pratiques que tu continues à renseigner pour la découverte de cette île Chilienne. Bon week-end, bises.

    6
    Dimanche 27 Octobre 2019 à 19:28

    Même si c'est dommage pour les 360°... de brouillard, nimbées d'une lumière douce un peu laiteuse, les photos que tu ramènes de ta randonnée au Terevaka sont superbes !! J'ai bien aimé aussi les photos de la carrière de Puna Pau, aux couleurs beaucoup plus vives, notamment la 2e où tout n'est qu'arrondis : terrain, collines et blocs de pierre. Explications passionnantes sur la plateforme cérémonielle d'Ahu Akivi, avec ses moaïs tournés vers la mer.

    J'ai cherché sur le Net le moaï d'Ahu Huri A Urenga, pour voir à quoi il ressemblait : sur le site Alamy, on trouve une vue tournante à 360° du moaï solitaire qui vaut le coup.

    Nous apprenons à connaître cette île lointaine à travers tes sublimes photos et les infos dont tu les enrichis. Encore merci, Régine, pour la qualité de tes articles !! 

    Bonne soirée à toi :-)

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :