• Les Fantômes de Landowski

     

    Le monument des Fantômes de Landowski, aussi connu sous le nom de Monument national de la seconde bataille de la Marne, se dresse sur la commune d’Oulchy-le-Château, dans le sud du département de l’Aisne, au bord du chemin communal reliant le village de Beugneux au hameau de Wallée. C'est en voisins que nous lui rendons régulièrement visite puisqu'il n'est qu'à 3 km de chez nous.

    Les Fantômes de Landowski

     

    Dès 1919, l’Etat français commande au sculpteur Paul Landowski un projet de monument qui devra commémorer la victoire de 1918 et surtout le prix payé par les centaines de milliers de soldats qui ont donnés leur vie dans ce combat. Le modèle en plâtre, dénommé dans un premier temps « Les Morts » est primé en 1924 mais le site d’implantation n’est pas encore choisi.

    Ce n’est qu’en 1928 que le financement est bouclé, et que la construction du monument des « Fantômes » peut commencer, sur le site de la Butte Chalmont dans l’Aisne (commune d’Oulchy-le-Château). C’est probablement le maréchal Foch qui a suggéré ce site, belvédère permettant d’observer sur des dizaines de kilomètres le champ de bataille de la 2de bataille de la Marne, qui s’est déroulée en juillet 1918 et a permis de mettre fin au conflit.

    Les Fantômes de Landowski

     

    Les 8 figures de granit rose de Bretagne, de 8 m de hauteur, sont ainsi décrites par Paul Landowski : « J’ai tout simplement aligné côte à côte, comme ils l’étaient dans leur vie de soldat, comme ils le sont maintenant dans les fosses où ils dorment, les morts. Ils se redressent. Autour de ces grands spectres, la terre s’entrouvre. Ils réapparaissent debout, un peu incertains, les yeux clos. C’est tout ».

    On reconnaît dans le groupe sculpté un soldat de chaque corps d’armée : le sapeur, le mitrailleur, le grenadier, le colonial, le fantassin, l’aviateur, la jeune recrue. Au-dessus d’eux surgit un jeune homme nu, symbole de l’espoir terrassé.

    Le monument est classé au titre des monuments historique dès 1934, avant même son inauguration en 1935 par le Président de la République Albert Lebrun.

    Les Fantômes de Landowski

     

    Les Fantômes de Landowski

     

    Dans son discours d’inauguration, le Président Lebrun insista déjà sur l’ensemble que formait le monument et le paysage : « Que ce monument dû au ciseau puissant et à l’imagination compréhensive d’un grand artiste, le maître Landowski, fixe à jamais ce moment de notre histoire où s’opéra le redressement du pays ! Que, sur le bord de ce chemin champêtre qui va de Beugneux à Wallée, la France, armée de son seul bouclier, monte une garde apaisée et calme, tandis que là-haut, sur le sommet de la colline d’où la vue n’embrase plus en un large horizon que des champs fertiles et des hameaux tranquilles, les fantômes de nos enfants se dressent hors de leur tombeau, alignés comme pour une suprême revue, et qu’ils cherchent intensément de leurs yeux qui ne voient plus les promesses de l’avenir de bonheur pour lequel ils se sont immolés ! »

    Les Fantômes de Landowski

     

    Dès la conception du monument, Paul Landowski avait souligné, comme on peut le lire dans cet extrait de son journal, que les paysages environnants, qui portent la mémoire des soldats tombés au front, faisaient partie intégrante du monument : « J’ai trouvé la définitive présentation des Fantômes […] défoncer la colline, l’ouvrir comme une tranchée dont jailliraient les morts dressés […] des Fantômes à la route, des paliers, autant que les années de guerre. Et au bord de la route, marchant dans la plaine, une grande figure de La France en marche. Le paysage et la sculpture intimement mêlées, la vraie architecture du monument étant le paysage. »

    Les Fantômes de Landowski

     

    De même le Général de Gaulle, qui choisit ce lieu pour commémorer le 50e anniversaire de la victoire de 1918, y prononça les mots suivants : « Le panorama que l’on découvre du sommet de la Butte Chalmont est un panorama sacralisé par le sang et la sueur des milliers de combattants qui sont tombés sur la rive nord de l’Ourcq. Cet effort suprême des Alliés a fait perdre aux Allemands le verrou sud de Soissons et a rendu impossible pour eux de garder une tête de pont au sud de la Vesle. »
     

    Les Fantômes de Landowski

     

    Les Fantômes de Landowski

     

    Les Fantômes de Landowski

     

    Si vous passez dans l'Aisne, ne manquez pas de rendre visite à nos fantômes, le site est émouvant en toute saison. Et comme il n'est pas question de se rendre au Brésil en ce moment, à défaut du Christ du Corcovado qui domine Rio de Janeiro, vous aurez le loisir d'admirer une oeuvre majeure de Paul Landowski sans quitter notre territoire.

    Je termine cet article (fortement inspiré de celui que j'ai écrit pour Sites & Monuments en 2019) en remerciant tous ceux qui sont passé sur ce blog depuis 6 ans. En effet, aujourd'hui est un jour un peu spécial puisque le Pigeon Migrateur a atteint les 100 000 visiteurs !


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 8 Août à 10:59

    Bonjour Régine, merci pour ce nouvel article très bien documenté ! bravo pour l'originalité de tes compositions autour de ce monument aux fantômes... l'endroit (qui m'était inconnu) est vraiment de toute beauté. Bon week-end estival, bise.

    2
    Samedi 22 Août à 11:42

    Un lieu empreint d'une grande émotion...Je me souviens avoir découvert l'existence de ce magnifique monument commémoratif sur ta page FB il y a de cela quelques mois. Tu alertais sur un projet d'implantation d'éoliennes... A se demander comment un tel choix a même seulement pu être envisagé...Témoins muets mais d'une incroyable puissance évocatrice, ces Fantômes méritent qu'on les laisse en paix.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :