• Le tour de Charajaille

     

    La montagne de Charajaille domine le vallon de Glaise de ses 1813 mètres. Vu de ce petit hameau des Hautes-Alpes, son sommet paraît inaccessible, c'est pourtant une randonnée tout à fait abordable pour le marcheur moyen. La première fois que je l'ai faite c'était avec ma fille ainée alors âgée de 11 ans. Le départ se fait au parking de Glaise, petit hameau au nord de Veynes, que l'on rejoindra en voiture, comme pour la précédente randonnée qui nous a amenée au col de Pierrefeu, ou à pied pour qui ont la chance de loger au Chalet du Val de Glaise. Compter 3 à 4 heures de marche et 660 m de dénivelé. Le parcours est balisé en jaune, avec des panneaux indiquant les principales directions.

    Le tour de Charajaille

     

    En quittant le parking en direction du haut du hameau, une route forestière sur la gauche indique col de Berthaud, c'est dans cette direction que commence la randonnée. La piste serpente entre les pâturages et les zones arbustives, où l'on pourra admirer une végétation variée surtout aux abords des torrents qui descendent de Charajaille. Peu après le départ, avant un bâtiment agricole, ne pas rater le raccourci qui quitte la piste pour la rejoindre un peu plus loin. Le col de Berthaud se situe à 2 km de Glaise, c'est un bon spot pour observer les Circaètes Jean-le-Blanc à la belle saison. Une fois au col, prendre le sentier complètement à droite en direction de la source de la Doux et de Charajaille. Cette source alimente en eau potable le hameau de Glaise. On pourra y remplir nos gourdes. De la source, un sentier sur la gauche monte dans la forêt (panneau sommet de Charajaille). Ca commence à grimper sérieusement. On débouche ensuite sur un vaste pierrier que l'on traverse en lacet. On y fera une petite pause pour admirer le panorama en direction du sud-ouest, vers le département de la Drôme.

    Au sommet de Charajaille

     

    Au sommet de Charajaille

     

    En haut du pierrier, on entre à nouveau dans une zone boisée. La fin du parcours jusqu'au sommet se fait toujours à l'ombre en longeant la crête sud-ouest de Charajaille. Le sommet herbeux et visiblement fréquenté par des moutons une partie de l'année offre un panorama de 360° sur les montagnes environnantes : au nord, la Tête de Jarret (le jumeau de Charajaille) puis au fond ce qui doit être la Tête de Garnesier, au sud le vallon de Glaise et les montagnes plus modestes qui entourent la ville de Veynes, à l'est le massif de Bure et le Dévoluy…

    Au sommet de Charajaille

     

    Au sommet de Charajaille

     

    Au sommet de Charajaille

     

    Au sommet de Charajaille

     

    Au sommet de Charajaille

     

    Après une halte bien méritée pour admirer le panorama sous tous les angles possibles, on prend le sentier qui descend à l'opposé de celui par lequel on est arrivé (certains topos indiquent de faire le circuit dans l'autre sens, je ne le conseille pas car ici ça descend assez raide, à la montée ça doit être plus difficile que par le pierrier et la crête que l'on a pris à l'aller. Et la descente en forêt jusqu'au col des Flocardes est assez monotone je trouve, en descente ça passe plus vite même si les genoux n'aiment pas trop). Avant d'attaquer la descente proprement dite, la petite pente bien raide qui part du sommet Charajaille débouche sur une prairie arborée formant une sorte de plateau entre Charajaille et la Tête de Jarret que l'on voit au fond (les courageux pourront faire ce deuxième sommet mais attention il n'y a pas de chemin balisé). C'est un de mes endroits préférés le long de ce parcours, reposant et bucolique. A l'automne un magnifique sorbier des oiseleurs tout vêtu d'orange et de rouge contraste avec les conifères toujours verts.

     

    Au sommet de Charajaille

     

    Au sommet de Charajaille

     

    Au sommet de Charajaille

     

    Après le col des Flocardes on se retrouve sur une piste qui nous mènera à notre point de départ par le col de Glaise. On pourra saluer les patous aux Garcins de Glaise tout en restant vigilant et profiter des magnifiques vues sur le massif de Bure, la vallée de la Béoux et droit devant nous la Tête de Combe Rau (où je vous ai emmené lors de la précédente randonnée).

    Au sommet de Charajaille

     

    Au sommet de Charajaille

     

    Et voilà, notre tour de Charajaille est terminé. Une rando variée et sans difficulté particulière mis à part le dénivelé, avec un beau panorama à la clé. En été pensez à prendre suffisamment d'eau, ici on est presque en Provence il peut faire très chaud ! 


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 19 Novembre 2020 à 20:47

    BONJOUR

    Merci pour cette joli balade ! ça nous change du confinement

    et je crois que j'en ai ras le bol de faire le tour de mon jardin ,et de voir la neige qui arrive

    bonne semaine bises

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Jeudi 19 Novembre 2020 à 21:01

    Merci pour cette jolie balade. J'adore ça ! 

    Malheureusement, il n'y a pas ce genre de paysages chez moi. 

     

    3
    Jeudi 19 Novembre 2020 à 21:07

    Merci pour ce partage, u bon bol d'oxygène 

    4
    Dimanche 22 Novembre 2020 à 17:09

    Un superbe reportage Régine : j'aime ces panoramas où je peux admirer cette végétation particulière des hauteurs mélangées aux roches et puis ce petit sentier incite vraiment à le parcourir... merci, bise.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :