• Il fait froid, remplissez les mangeoires !

     

    Si vous mettez parfois le nez dehors, vous avez dû remarquer que notre pays traverse en ce mois de janvier 2017 une période de grand froid.

    Pour résister à ces températures, nos amis les oiseaux ont besoin de manger plus qu'à l’accoutumée. En effet, contrairement à de nombreux mammifères qui passent cette période délicate en hibernant au fond d'un terrier, les oiseaux restent actifs tous l'hiver. L'entretien du plumage, qui agit à cette saison comme une véritable doudoune, et le maintien de la température corporelle de l'oiseau requièrent beaucoup d’énergie. De plus l'agriculture intensive et la disparition des haies dans les campagnes ont eu pour résultat de diminuer les ressources alimentaires disponibles pour les oiseaux dans les zones rurales.

    Que vous habitiez en ville ou à la campagne, vous pouvez aider les petites boules de plumes qui peuplent nos jardins en leur fournissant de quoi manger, surtout s'il gèle ou que la neige recouvre le sol. En cas de gel, pensez aussi à fournir de l'eau propre régulièrement.

    On peut trouver des mangeoires toutes faites dans le commerce, ou les fabriquer soi-même. Celles avec un toit sont préférables, cela permet de maintenir la nourriture au sec et d'éviter qu'elle se gâte et rende malade les oiseaux. Il faut installer la mangeoire en hauteur de façon à la rendre inaccessible aux chats. Même s'ils ont croquettes et chauffage à la maison, ils seront tentés de profiter de l'aubaine. Les oiseaux doivent aussi avoir la possibilité de quitter rapidement la mangeoire en cas d'attaque d'Épervier. Lui aussi a faim l'hiver mais il n'y a pas de raison qu'il soit le seul à pouvoir terminer son repas et que la mangeoire des passereaux deviennent sa mangeoire privée ! Un buisson ou une haie à quelques mètres de la mangeoire pourra servir d'abri aux convives en cas de danger.

    Mangeoire fait maison

    Mangeoire fait maison, fixée sur un poteau. 
    Imaginée et construite par Pascal (je suis nulle en bricolage).
    Les graines sont stockées dans un tiroir et descendent sur le plateau 
    par des bouteilles en plastique que l'on a découpées spécialement.

     

    Mangeoire suspendue

    Mangeoire du commerce, suspendue dans un arbre. 
    Moins accessible aux rongeurs (rats, écureuils) que le modèle précédent.

    Quels aliments proposer ?

    Surtout des graines (tournesol, mélange de graines pour oiseaux, arachides), des boules ou pains de graisse agrémentés de graines ou d'insectes, que l'on trouvera dans le commerce ou que l'on fabriquera soit même. Pensez à enlever les filets autour des boules de graisses, des accidents peuvent se produirent. Les Merles, les Grives et les Étourneaux apprécieront les pommes disposées sur le sol. Le riz cuit (non salé) plaira aux Corvidés et aux Étourneaux (ne donner que la quantité mangée dans la journée pour éviter qu'il ne s’abîme). Fruits sec et noix compléteront le repas de ces derniers. A proscrire pour la bonne santé des oiseaux : le pain et les aliments salés.

    Qui sont les invités ?

    Il y a d'abord les habitués, qui sont là dès l'ouverture du restaurant, au mois de novembre, et que l'on voit tout l'hiver. En général se sont des oiseaux sédentaires, qui nichent sur place au printemps.

    Dans notre refuge, mais aussi dans notre précédent jardin, tous deux situés dans le sud de l'Aisne, nous observons surtout les espèces suivantes :

    • Tous les jours ou presque : Mésanges bleues et charbonnières, Verdier d'Europe, Pinson des arbres, Rougegorge familier, Merle noir, Moineau domestique, Tourterelle turque.

    • Régulièrement : Sittelle torchepot, Mésange nonnette.

    • Plus rarement : Accenteur mouchet, Étourneau sansonnet, Chardonneret élégant, Geai des chênes, Pic épeiche.

    Ci-dessous, quelques photos des convives de notre cantine hivernale :

    Mésange bleue

    Mésange bleue sur un panier pour pain de graisse.
    Le panier peut aussi s'utiliser pour y empiler des boules de graisse débarrassées de leur filet.

     

    Mésange charbonnière

    Mésange charbonnière tenant une graine de tournesol dans sa patte.

     

    Verdiers et Pinsons à la mangeoire

    Les piliers de mangeoires : Verdiers d'Europe et Pinsons des arbres mâle et femelle.
    Souvenir de notre première mangeoire faites maison, posée au sommet du portique des enfants.
    Photo prise en mars 2013 à Couvrelles.

     

    Rougegorge familier dans la neige

    Rougegorge familier dans la neige.
    Bon client de la mangeoire mais toujours vu à l'unité car il a du mal à supporter ses congénères.

     

    Merle noir

     Le Merle noir raffole des pommes, qu'il considère comme une propriété privée
    (mais il ne fait pas le poids contre une bande d’Étourneaux)

     

    Tourterelle turque

    La plupart des mangeoires sont étudiées pour empêcher l'accès aux oiseaux plus gros 
    comme les tourterelles et les pigeons.
    Qu'à cela ne tienne, la Tourterelle turque viendra picorer les restes sous la mangeoire.
    On peut mettre un récipient au sol pour les tourterelles, mais cela a l'inconvénient d'attirer les rats.

    Sittelle torchepot

    Sittelle torchepot et Mésange charbonnière.
    La sittelle vient chercher des graines de tournesol qu'elle cachera dans une fente d'un tronc d'arbre ou une fissure de mur.

     

    Mésange nonnette

    Comme ses cousines bleues et charbonnières, la Mésange nonnette apprécie les graines de tournesol.

     

    Accenteur mouchet

    L'accenteur mouchet, avec son bec fin d'insectivore, préfère les petites graines. Faute de mieux, il viendra picorer les débris de tournesol que les autres oiseaux font tomber sous la mangeoire. 

     

    Chardonneret élégant

    Chardonneret élégant visitant notre ancienne mangeoire, mars 2013.
    A l'époque, on laissait les boules de graisses dans leur filet.
    Nous n'avons jamais eu d'accident chez nous, mais par prudence on préfère maintenant les disposer dans un panier après avoir enlevé les filets (voir photo de la mangeoire tout en haut de l'article).  

     

    Etourneau sansonnet

    L'hiver, l'Étourneau sansonnet vit en groupe.
    Chez nous ils ne viennent pas très souvent à la mangeoire, mais s'ils le font, c'est à une quinzaine.
    Alors il vaut mieux ne pas être très loin pour renouveler le stock de graines (et de pommes) après leur passage.

     

    En plus des habitués, nous avons parfois la visite d'oiseaux moins communs qui ne se rapprochent des habitations et des mangeoires qu'en cas de grand froid, ou qui viennent des régions du Nord de l'Europe pour retrouver un peu de chaleur chez nous. Ainsi nous avons pu observer certaines années le Grosbec casse-noyaux, le Tarin des aulnes, la Grive litorne et les Pinsons du Nord. En cet hiver 2016-2017, nous n'avons vu que les Grives litornes pour l'instant ...

    Grosbec casse-noyaux

    Grosbec casse-noyaux,  janvier 2016.

     

    Pinson du Nord

     Pinson du Nord,  janvier 2011.

     

    Tarin des aulnes

     Tarin des aulnes, mars 2013.
    Sur la photo, boules de graisse dans leur filet : il vaut mieux les enlever pour éviter les accidents !

     

    Les invités de la mangeoire

    Tarins des aulnes et Mésange bleue, mars 2016.
    Nous avons depuis remplacé le filet à arachides par des paniers grillagés, voir ci-dessous.
     

    Mésange bleue et distributeur à arachides

    Mésange bleue sur un panier à arachides, janvier 2017.

     

    Et au printemps, faut-il continuer à nourrir les oiseaux ?

    Surtout pas, et cela pour plusieurs raisons : au printemps, c'est la saison de la reproduction, les oiseaux ont des besoins alimentaires différents. Les nourrir avec de la nourriture "hivernale" peut amener des carences chez les oisillons. La plupart des espèces de passereaux nourrissent leur petits avec des insectes, des larves et des vers, riches en protéines nécessaires à la croissance des jeunes. En plus ils débarrasseront votre jardin des parasites : les moineaux consomment de nombreux pucerons, les mésanges toutes sortes de petits insectes, araignées, chenilles, les merles et étourneaux nourrissent leur progéniture avec des vers, des larves et des limaces, les grives se sont spécialisées dans les escargots ... C'est aussi la saison de l'apprentissage pour les juvéniles sortis du nid : ils doivent devenir autonomes et capables de trouver leur nourriture par eux-mêmes. Leur mettre des mangeoires à cette période là en ferait des assistés incapables de se débrouiller tout seul ! Enfin lorsque les températures augmentent, la forte concentration de nourriture et d'oiseaux sur une mangeoire favorise l'apparition d'épidémie.

     

    En résumé, voici les 5 règles à respecter pour un nourrissage réussi :

    1. Ne pas donner de pain ni d'aliments salés

    2. Enlever les filets autour des boules de graisse

    3. Proposer de l'eau en cas de gel

    4. Rendre la mangeoire inaccessible aux chats

    5. Nourrir seulement en hiver

     

    N'hésitez pas à laisser des commentaires si vous avez d'autres conseils à donner, et si vous observez d'autres espèces sur vos mangeoires. 

    Je vous souhaite un bel hiver et de belles observations. 


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 20 Janvier à 09:45

    Bon jour Régine,
    Un super article, de très jolies photos avec du beau monde aux mangeoires.
    C'est bien de rappeler les gestes à faire et aussi ceux à ne pas faire pour aider un peu ces oiseaux qui traversent une rude saison.
    Merci à toi pour tout cela en espérant que ton article soit lu de beaucoup de monde.
    Bises et bonne journée

    2
    Samedi 21 Janvier à 09:04

    bonjour Régine

    un super article, bien documenté en conseils judicieux...bravo...et quelle panoplie de passereaux...il y du choix, un régal

    bon WE, bises, maurice

    3
    Samedi 21 Janvier à 22:20

    Excellente ta première mangeoire ! Je vais piquer l'idée si tu me le permets et montrer ça à mon bricoleur lol !!! Comme si il n'avait pas assez de boulot ;-) Et c'est pas comme si les oiseaux n'avaient déjà pas tout ce qui leur fallait :)

    Je peux t'assurer que même en hauteur les rongeurs sont assidus et ne manquent pas d'imagination, ce sera le garde manger dans le tas de bois encore au printemps hihihi ... Le nombre d'oiseau est tristement en chute cette année :(

    Je t'embrasse et te souhaite une bonne soirée :)

    4
    Dimanche 29 Janvier à 11:16

    Bonjour Régine,

    Un article vraiment complet et qui a répondu à l'une de mes hésitations: certains me disait que oui il fallait continuer à nourrir au printemps pour les oisillons, car justement les parents étaient fatigués. Ici je lis le contraire et tu dis pourquoi. J'aurai aussi lu que les merles aiment les pommes, je l'ignorais.

    Tes photos sont très belles et tu as une belle diversité dans ton jardin. 

    Merci pour cet article ou j'ai appris des choses.

    Bon dimanche. 

    5
    Dimanche 12 Novembre à 17:59

    Merci pour ces conseils, je vais en installer une au jardin !

      • Dimanche 12 Novembre à 18:09

        Très bonne idée !

    6
    Mardi 14 Novembre à 08:48

    Bonjour...

     Je viens de chez Pascale MD. Caroline passion nature..

    Article très complet pour que les petits oiseaux  passent un bon hivers...

    Merci pour tous les conseils et ces belles photos..

    Amitié de la Bretagne.

     

    7
    Mercredi 15 Novembre à 16:53

    Bonjour, j'ai suivi le lien de Nath et je comprends mieux pourquoi il ne faut pas donner à manger aux oiseaux au printemps... je faisais donc une erreur en pensant que les petits seraient plus fort avec la nourriture d'hiver. Quelle variété d'oiseaux dans votre jardin. De très belles photos.

    Bonne soirée

    chatou

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :