•  

    L'Urubu à tête rouge (Cathartes aura) fait partie avec les Condors et les autres espèces d'Urubus de la famille des Cathartidés ou Vautours du nouveau monde. Les scientifiques hésitent encore sur la place de cette famille dans la classification des oiseaux : la plupart des auteurs les considèrent actuellement comme des cousins des autres rapaces diurnes (aigles, buses ...) mais certains ont émis l'hypothèse d'une parenté avec les Cigognes ... C'est vrai qu'au niveau de l'allure, il a quelque chose de la cigogne vous ne trouvez pas ?


    L'Urubu à tête rouge

     

    L'Urubu à tête rouge est le seul vautour présent sur tout le territoire des Etats-Unis et dans la partie sud du Canada (au nord il fait trop froid pour les vautours). C'est un des rapaces les plus commun en Amérique du Nord. Lors de notre précédent séjour dans l'Ouest américain en 2010 nous l'avions déjà croisé du côté de Mesa Verde et de Monument Valley, mais nous ne l'avions pas observé dans d'aussi bonnes conditions qu'ici dans le Nord de la Californie. Perchés sur des fils, des poteaux ou des toitures, à l'entrée de petites bourgades côtières, ils n'attendaient que nous pour se montrer sous leur meilleur jour. Pourquoi étaient-ils si nombreux ici, je n'ai pas d'explication ... toujours est-il qu'à l'intérieur des terres on en verra aussi mais beaucoup moins, et seulement en vol.
     

    L'Urubu à tête rouge

     

    L'Urubu à tête rouge

     

    L'Urubu à tête rouge

     

    En anglais, ce vautour est appelé "Turkey vulture" parce qu'il fait penser à un dindon sauvage quand il est posé. C'est vrai qu'entre la taille, la couleur du plumage et la tête rouge dénudée, la ressemblance avec le dindon est peut être plus flagrante qu'avec la cigogne. Cependant je doute que l'Urubu à tête rouge soit au menu de Thanksgiving ...

    L'Urubu à tête rouge

     

    L'Urubu à tête rouge

     

    L'Urubu à tête rouge

     

    L'Urubu à tête rouge

     

    L'Urubu à tête rouge

     

    Lorsqu'on aperçoit un rapace en vol, la question de l'identification se pose toujours. Dans l'Ouest américain, les principaux rapaces que l'on est susceptible de rencontrer sont, outre l'Urubu à tête rouge, le Balbuzard pêcheur, le Pygargue à tête blanche, la Buse à queue rousse ... L'Urubu est assez facile à distinguer des autres car de loin il semble dépourvue de tête, tellement celle-ci est petite par rapport au corps. Assez grand, l'Urubu dépasse en envergure le Balbuzard, mais reste beaucoup plus petit que le Pygargue. Cependant en vol il est difficile d'estimer la taille d'un rapace surtout si l'on n'a pas de point de comparaison.

    L'Urubu à tête rouge

     

    L'Urubu à tête rouge

     

    Toutes les photos de cet article ont été prise entre San Francisco et Eureka en Californie, sauf la dernière, prise à Crater Lake dans l'Oregon.

    Dans les prochains articles, nous ferons connaissance avec les oiseaux du jardin du Little River Inn à Mendocino.


    5 commentaires
  •  

    Plus de 600 km séparent San Francisco de Crescent City, la dernière ville de Californie avant d'arriver dans l'Oregon. Trajet que nous avons fait en 3 jours, finalement trop court pour découvrir cette région peu peuplée mais riche en curiosités naturelles.

    Après avoir traversé le pont du Golden Gate, nous avons opté pour la route n° 1, itinéraire pittoresque qui nous fait longer un bras de mer puis chemine en bordure d'une des plus belle côte d'Amérique du Nord. De temps à autre, la route quitte l'Océan pour un écart dans une campagne hors du temps, où une épicerie semblant sortie des années 1950 nous permet de nous ravitailler.

    Au sud de l'itinéraire, la Baie de Tomales s'étend tout en longueur, parallèle à la route. Une colonie de Phoques veau-marin (Phoca vitulina) - et oui les mêmes que chez nous en Baie de Somme - se repose en attendant la marée haute. Au fond, on aperçoit quelques Urubus à tête rouge, les vautours locaux, qui se régalent sur une carcasse de mammifère marin. D'autres oiseaux profitent des lieux, mais ils sont trop loin pour faire de belles photos : Héron, Aigrettes, Courlis, Cormorans et Goélands.

    Sur la route, en Californie du Nord

     

    Sur la route, en Californie du Nord

     

    Sur la route, en Californie du Nord

     

    La côte très découpée offre de magnifiques points du vue, que nous avons surtout admirés depuis la voiture. La beauté sauvage de cette partie de la Californie aurait certainement mérité plus de photos ...

    Sur la route, en Californie du Nord

     

    Le premier soir, nous nous arrêtons à Little River, petite bourgade au sud de Mendocino. Notre hôtel a vue sur la mer et possède un jardin fleuri peuplé de nombreux oiseaux (plusieurs articles à venir).

    Le lendemain, nous atteignons les premières forêts de Séquoias, un des objectifs de notre séjour. Ces arbres majestueux auront aussi le droit à leur article. Nous nous laissons tenter par une attraction touristique un peu kitsch, un séquoia dont on peut traverser le tronc en voiture. Un peu lassé par les groupes de touristes qui bloquaient le passage avec leurs scéances photo et selfie interminables, nous nous rabattons sur la sympathique boutique de souvenirs (où l'on peut acheter des bébés séquoias) et l'étang adjacent, où nous repérons une Grande Aigrette et un Grand Héron.
     

    Sur la route, en Californie du Nord

     

    Sur la route, en Californie du Nord

     

    Sur la route, en Californie du Nord

     

    Sur la route, en Californie du Nord

     

    Sur la route, en Californie du Nord

     

    Sur la route, en Californie du Nord

     

    Nous passons notre 2ème nuit à Eureka, une petite ville côtière. Le jour suivant nous consacrons la matinée au marais d'Arcata (plusieurs articles à venir), puis nous nous enfonçons à nouveau dans les forêts de Séquoias. Entre les zones boisées, des prairies où l'on peut facilement observer des Wapitis (Cervus canadensis), le cousin américain de notre Cerf élaphe ...

    Sur la route, en Californie du Nord

     

    Sur la route, en Californie du Nord

     

    Sur la route, en Californie du Nord

    Dans le prochain article, je vous présenterai un oiseau qui nous a accompagné tout au long de la côte californienne, celui que l'on a aperçu au début de ce billet, j'ai nommé l'Urubu à tête rouge. 


    8 commentaires
  •  

    J'ai gardé pour la fin l'oiseau que j'ai probablement préféré au Golden Gate Park : un Grèbe à bec bigarré (Podilymbus podiceps) observé dans de très bonnes conditions en arrivant au bord de Stow Lake. L'occasion de se reposer les yeux après les Colibris, les Mésanges et les Hirondelles de Lily Pond.

    Le Grèbe à bec bigarré est un grèbe assez petit (mais tout de même plus grand que notre Grèbe castagneux), très rond, avec une grosse tête et un cou assez fort. En période de reproduction, le plumage gris brun est rehaussé de marques noires à la gorge et au front, tandis que le bec blanc est orné d'une bande centrale noire. C'est le Grèbe américain le plus largement répandu, on le trouve sur presque tout le continent sauf en Amazonie.

    Le Grèbe et l'écrevisse

     

    Le Grèbe et l'écrevisse

     

    Le Grèbe et l'écrevisse

     

    Lorsqu'on observe un Grèbe nageant tranquillement sur un plan d'eau, il faut toujours s'attendre à le voir disparaître sous l'eau ... et réapparaître plusieurs mètres plus loin avec une proie. Ici c'est une écrevisse de belle taille que notre Grèbe a capturé. Le crustacé nécessite d'être étourdi avant d'être avalé entier, sinon ça pince !

    Le Grèbe et l'écrevisse

     

    Le Grèbe et l'écrevisse

     

    Le Grèbe et l'écrevisse

     

    Le Grèbe et l'écrevisse

     

    Le Grèbe et l'écrevisse

     

    Le Grèbe et l'écrevisse

     

    Nous quittons le Grèbe repu et content de son repas en lui souhaitant une bonne digestion, et entamons le tour du lac que je vous ai relaté dans le billet précédent. Après les Foulques, Grands Hérons, Buse et Blackbirds, nous auront la chance d'apercevoir à nouveau quelques Grèbes à bec bigarré dont le juvénile ci-dessous, qui a déjà perdu les rayures caractéristiques des bébés grèbes.

    Le Grèbe et l'écrevisse

     

    Voilà, c'était les dernières photos des oiseaux de San Francisco. Rendez-vous dans quelques jours pour la suite du voyage, la côte nord de la Californie ...


    8 commentaires
  •  

    Stow Lake est le plus grand plan d'eau du Golden Gate Park de San Francisco. Je vous ai déjà présenté quelques espèces de passereaux rencontrés sur ses berges, voici maintenant des oiseaux d'eau et quelques jolies surprises.

    Comme dans la plupart des parcs urbains de l'hémisphère nord, la première espèce de canard que l'on rencontre est le Canard colvert (Anas platyrhynchos), ici une cane avec un jeune. Dans le même secteur, il y avait un grèbe, mais celui là je le réserve pour le prochain article ...

    Mallard - Stow Lake

     

    L'Amérique du Nord possède aussi son espèce de Foulque, la Foulque d'Amérique (Fulica americana). Elle ressemble beaucoup à notre Foulque macroule, la différence se situant au niveau du bec, qui est orné de deux petites taches sombres à son extrémité et est surmonté d'une petite protubérance pourpre.

    American Coot - Stow Lake

     

    Amercian Coot - Stow Lake

     

    American Coot - Stow Lake

     

    Sur un îlot, quelques pins, et dans les pins, une belle surprise : une petite colonie de hérons, les fameux Great blue Herons comme on dit là bas ! En français on l'appelle tout simplement Grand Héron (Ardea herodias), ce qui est tout à fait approprié : c'est une des plus grandes espèces de héron, surpassant de loins nos Hérons cendrés et Grandes Aigrettes. D'après mes recherches, le Grand Héron niche à Stow Lake depuis 1993. Un seul regret, les photos sont à contre-jour et un peu ternes, par manque de soleil ....

    Great blue Heron - Stow Lake

     

    Great blue Heron - Stow Lake

     

    Great blue Heron - Stow Lake

     

    Great blue Heron - Stow Lake

     

    Au pied de l'îlot, des Goélands d'Audubon (Larus occidentalis), déjà observés sur le port (voir ici l'article consacré à l'espèce), et une Bernache du Canada (Branta canadensis) se reposent sur des branches de pins tombées dans l'eau. La Bernache du Canada aurait mérité plus de photo, mais cette espèce est maintenant tellement commune en France qu'on ne s'est pas attardé.

    Western Gull - Stow Lake

     

    Canada Goose - Stow Lake

     

    Le centre du lac est occupée par une île boisée formant une colline appelée Strawberry Hill, c'est là que nous allons observer notre premier rapace californien. Après vérification dans les guides ornitho, il s'agit d'une des epèces les plus communes en Amériques du Nord, une Buse à queue rousse (Buteo jamaicensis). Comme notre Buse variable, cette buse existe en différente phase plus ou moins claire. Les adultes ont toujours la queue rousse, mais les juvéniles, comme l'individu présenté ici, ont la queue brun clair fortement barrée de brun foncé (ça serait trop simple sinon).

    Red-tailed Hawk - Stow Lake

     

    Red-tailed Hawk - Stow Lake

     

    Red-tailed Hawk - Stow Lake

     

    Red-tailed Hawk - Stow Lake

     

    Pour terminer le tour du lac, voici un canard que l'on connait bien en Europe comme canard d'ornement : le Canard carolin (Aix sponsa), espèce indigène d'Amérique du Nord. Comme beaucoup de canard en été, ce mâle n'arbore pas son plus beau plumage mais un plumage d'éclipse, plus discret, le temps de la mue et de la repousse des plumes des ailes.

    Wood duck - Stow Lake

     

    Wood duck - Stow Lake

     

    On se retrouve bientôt pour un dernier article au Golden Gate Park, avant de partir vers le Nord de la Californie et de nouvelles découvertes.


    5 commentaires
  •  

    Dans l'article précédent nous avons parcouru le Golden Gate Park de San Francisco dans toute sa longueur jusqu'à la plage d'Ocean Beach. Aujourd'hui nous allons nous attarder sur les oiseaux rencontrés au bord de la petite mare de Lily Pond dans la partie ouest du parc.

    La végétation autour de la mare est assez sauvage. Il y a en particulier pas mal de ronce, en fleur à cette période de l'année, pour le plus grand bonheur des Colibris. Ces fleurs bien connues de tous permettent de se rendre compte de la taille minuscule des Colibris, dont la tête n'est pas plus grosse qu'une mûre. Voici donc notre deuxième espèce de Colibri californien : le Colibri d'Allen (Selasphorus sasin). Difficile à différencier de son homologue le Colibri roux qui niche plus au nord, on l'en distingue essentiellement par son dos vert. Les juvéniles et femelles sont quasiment indifférentiables du Colibri roux.

    Allen's Hummingbird - Lily Pond

     

    Allen's Hummingbird - Lily Pond

     

    Allen's Hummingbird - Lily Pond

     

    Allen's Hummingbird - Lily Pond

     

    Déjà aperçues furtivement dans les alignements d'arbres au bord des rues de San Francisco et au Yerba Buena Gardens, voici enfin nos premières photos de mésanges californiennes : il s'agit de la Mésange à dos marron (Poecile rufescens), une espèce qui n'est présente que dans la partie ouest de l'Amérique du Nord. Les deux premières photos présente un juvénile au plumage encore terne, la troisième un adulte aux joues bien blanches mais en vue de face, du coup on ne voit pas son dos marron ... Quelque soit le continent, les mésanges c'est toujours un peu compliqué à photographier ...

    Chestnut-backed chickadee - Lily Pond

     

    Chestnut-backed chickadee - Lily Pond

     

    Chestnut-backed chickadee - Lily Pond

     

    Parmi les mésanges, un autre petit passereau que l'on identifie grâce à sa façon originale de parcourir les branches la tête en bas : vous l'aurez deviné, il s'agit d'une sittelle, la Sittelle pygmée (Sitta pygmaea), bien plus petite que notre Sittelle torchepot elle est plutôt du format mésange bleue. 

    Pygmy Nuthatch - Lily Pond

     

    Pygmy Nuthatch - Lily Pond

     

    Dans la série oiseaux difficiles à photographier, je vous présente maintenant les hirondelles en vol. Pour ne rien vous cacher, c'est Pascal, mon mari, qui a réussi à les immortaliser, pour ma part j'ai beau essayer je n'ai toujours pas réussi ... L'hirondelle en question est l'Hirondelle à face blanche (Tachycineta thalassina) dont je trouve le nom anglais plus parlant "Violet-green Swallow" puisqu'il fait référence aux couleurs verte et violette du plumage. Une espèce que l'on retrouvera avec bonheur ailleurs dans l'Ouest américain.

    Violet green swallow - Lily Pond

     

    Violet green swallow - Lily Pond

     

    Pour finir cette séquence d'observation à Lily Pond, voici de nouvelles photos d'espèces que vous ai déjà présentées : en premier, un Tohi de Californie (Melozone crissalis), espèce que l'on a observée plus longuement à l'autre extrémité du parc, ensuite un Bruant chanteur (Melospiza melodia), et enfin un Moucherolle noir (Sayornis nigricans).

    California Towhee - Golden Gate Park

     

    Song sparrow - Golden Gate Park

     

    Black Phoebe - San Francisco

     

    Dans le prochain article, nous ferons le tour du Stow Lake, toujours au Golden Gate Park de San Francisco, à la découverte de nouvelles espèces d'oiseaux.  


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique