•  

    Situé dans l'état du Washington, au nord-ouest des Etats-Unis, le Mont Rainier est le volcan le plus dangereux des Etats-Unis (donc, du point de vue des américains, le plus dangereux du Monde). A l'instar de Crater Lake et du tristement célèbre Mont Saint-Helens, le Mont Rainier fait partie de la chaîne des Cascades, dont il est le plus haut sommet avec ses 4 392 mètres. C'est un stratovolcan toujours en activité et très surveillé, même si une grosse éruption semble exclue dans un futur proche. Sa dangerosité vient du fait qu'il n'est situé qu'à 80 km de Seattle, et qu'en cas d'éruption même modeste, des coulées de boues pourraient rapidement atteindre l'agglomération et ses presque 3,5 millions d'habitants.
     

    Mount Rainier National Park

     

    Mount Rainier National Park

     

    Le Parc National du Mont Rainier, créé en 1899, englobe toute la région entourant le volcan. Du fait des grandes variations d'altitude, les milieux naturels vont de la forêt à la zone alpine, royaume des glaciers et des roches. La faune et la flore sont ainsi très variées. De part sa proximité avec l’agglomération de Seattle, le parc est assez fréquenté en été, surtout sur les sentiers les plus faciles.

    Lorsqu'on vient de Portland dans l'Oregon, on arrive d'abord sur le site de Longmire, où l'on trouve un petit lodge et quelques services. C'est là que nous logions lors de notre visite en 2018. D'ici on aperçoit le Mont Rainier qui surplombe la forêt de conifères. 

    Mount Rainier National Park

     

    De l'autre côté de la route, un sentier nommé "Trail of the shadows" forme une petite boucle autour d'une zone humide peuplée de Canards colvert (Anas platyrhynchos) et de fougères. Une boucle beaucoup plus grande, le "Wonderland Trail", permet de faire le tour complet du Mont Rainier, en 10 à 14 jours.

    Mount Rainier National Park

     

    Mount Rainier National Park

     

    Mount Rainier National Park

     

    Mount Rainier National Park

     

    Plus au centre du parc, se trouve le site de Paradise, qui possède aussi un hôtel (en travaux lors de notre visite) et différents services pour les touristes. C'est d'ici que partent les randonnées d'altitude permettant d'atteindre les glaciers.

    Mount Rainier National Park

     

    Mount Rainier National Park

     

    Lorsque l'on grimpe, la forêt cède rapidement la place aux prairies fleuries, de plus en plus clairsemées au fur et à mesure que l'on approche des zones enneigées. Ici l'été est court, surtout en altitude. Le mois de juillet est idéal pour découvrir la flore de montagne, en pleine floraison.

    Mount Rainier National Park

     

    Mount Rainier National Park

     

    Mount Rainier National Park

     

    Mount Rainier National Park

     

    Même en prenant un sentier "facile" destiné aux familles, on arrive rapidement près des glaciers. Selon les conditions d'enneigement et de météo, une boucle peut se transformer en aller-retour, y compris en plein été. Ce fut notre cas, la suite du parcours n'étant pas praticable avec des chaussures de marche ordinaire. 

    Mount Rainier National Park

     

    Mount Rainier National Park

     

    Mount Rainier National Park

     

    A l'est du Parc, se trouve une autre route menant au site de Sunrise. Cette route n'est ouverte qu'à la belle saison. Ici la seule possibilité d'hébergement est le camping. C'est aussi le point de départ de nombreuses randonnées, qui offrent de magnifique panoramas sur le volcan et les montagnes alentours.

    Mount Rainier National Park

     

    Mount Rainier National Park

     

    Mount Rainier National Park

     

    Mount Rainier National Park

     

    Dans les prochains articles, nous ferons connaissances avec les habitants à poils et à plumes du Parc National du Mont Rainier. Nous avons attendu l'Ours avec un peu d’appréhension, à chaque pique-nique, mais ce n'est pas ici que nous le rencontrerons. Les espèces croisées seront bien moins dangereuses.


    5 commentaires
  •  

    Pour terminer cette série d'articles sur Long Beach, je vous propose quelques clichés pris sur le port de Rainbow Harbor tout au long de mon séjour. Pas de nouvelles espèces d'oiseaux cette fois, mais un réel plaisir de retrouver des oiseaux connus dans de très bonnes conditions de proximité.

    Les Goélands d'Audubon (Larus occidentalis) de tout âge traînent sur les pontons, un Cormoran à aigrettes (Phalacrocorax auritus) pêche dans le port, un magnifique Grand Héron (Ardea herodias) parade lui aussi sur un ponton.

    Rainbow Harbor - Western Gull

     

    Rainbow Harbor - Western Gull

     

    Rainbow Harbor - Western Gull

     

    Rainbow Harbor - Double-crested Cormorant

     

    Rainbow Harbor - Great-blue Heron

     

    Rainbow Harbor - Great-blue Heron

     

    Rainbow Harbor - Great-blue Heron

     

    Le Rainbow Lagoon Park est un espace vert situé de l'autre côté de la rue qui longe le front de mer. Un bassin rempli d'eau de mer y est aménagé, il comporte deux îlots inaccessibles au public. L'endroit doit être poissonneux, puisqu'on y observe couramment différentes espèces de héron comme l'Aigrette neigeuse (Egretta thula) et le Héron vert (Butorides virescens). Pour ce dernier c'est la première fois que je l'observe aux Etats-Unis. On avait pu l'admirer longuement au Parc Aquacole en Guadeloupe.

    Rainbow Harbor - Snowy Egret

     

    Rainbow Harbor - Green Heron

     

    Retour sur le port, avec l'inévitable Moineau domestique (Passer domesticus) et un Pélican brun (Pelecanus occidentalis) qui fait la sieste sur un bateau.

    Rainbow Harbor - House Sparrow

     

    Rainbow Harbor - Brown Pelican

     

    Parce que dans les voyages, il n'y a pas que les oiseaux, voici un bâtiment de Rainbow Harbor que j'ai trouvé intéressant. Démonstration que l'on peut ériger des constructions modernes qui ne soient pas laides, même lorsqu'il s'agit d'un parking.

    Rainbow Harbor

     

    Un petit dernier avant de partir à l'aéroport, ce Grand Héron vraiment pas farouche ! Dire que l'été dernier, plus au nord, on avait galéré pour avoir de bonnes photos de l'espèce. Une belle récompense avant de partir.

    Rainbow Harbor - Great-blue Heron

     

    Rainbow Harbor - Great-blue Heron

    Je vous retrouve bientôt pour de nouvelles découvertes, aux Etats-Unis, en Bretagne, dans les Alpes du Sud ou peut-être ailleurs ?


    7 commentaires
  •  

    Le Pic glandivore (Melanerpes formicivorus) est le premier oiseau que j'ai observé à Catalina Island, et quel oiseau ! Plusieurs individus s'affairaient bruyamment sur les troncs des palmiers, juste à la sortie d'Avalon en allant vers le terrain de golf. 

    En plus d'être très joli, cet oiseau grégaire n'est pas très farouche et son comportement est assez extraordinaire. Le Pic glandivore, comme son nom l'indique, se nourrit essentiellement de glands, en particulier en hiver. C'est un oiseau très prévoyant, qui stocke les glands dans de petits trous circulaires qu'il creuse dans les troncs d'arbre, les poteaux télégraphiques etc. Comme on peut le voir sur les photos ci-dessous, le tronc de ce palmier a été complètement remanié par les Pics glandivores. On aperçoit même un gland dans un des trous. Ces derniers servent aussi au stockage des insectes et autres mets de saison.

    Le Pic glandivore

     

    Le Pic glandivore

     

    Le Pic glandivore

     

    A Catalina Island, les Pics glandivores mettent de l'animation tout au long de la route d'Avalon au Jardin Botanique. Ce sont des oiseaux bruyants, qui défendent avec véhémence leur garde-manger. Par contre je n'en ai pas croisé dans la montagne, sans doute parce que les arbustes y sont trop chétifs. Les photos ci-dessous ont été prises au camping, désert à cette période de l'année, juste avant que je ne bifurque vers le sentier des Serpents à sonnette.

    Le Pic glandivore

     

    Le Pic glandivore

     

    Le Pic glandivore

     

    Le Pic glandivore

     

    Après ma randonnée dans la montagne, je retrouve les Pics glandivores au Jardin Botanique, et sur la route descendant vers Avalon. Leur comportement particulier ne s'arrête pas au stockage des glands, comme vous pourrez le lire sur la fiche de l'espèce : http://www.oiseaux.net/oiseaux/pic.glandivore.html. On y découvre que leur structure familiale et sociale est très originale : au moment de la reproduction, un groupe d'une quinzaine d'individus se crée autour d'une femelle dominante, qui peut avoir jusqu'à 4 partenaires mâles et être secondée par une autre femelle, qui pondra si elle y est autorisée dans le même nid. Les parents sont aidés par des individus plus jeunes pour l'élevage des poussins. 

    Le Pic glandivore

     

    Le Pic glandivore

     

    Je vous souhaite à tous un bel été, de bonnes vacances si vous en prenez et je vous donne rendez-vous d'ici quelques jours sur le port de Long Beach pour une dernière série de photos avant de partir vers d'autres aventures.

     


    6 commentaires
  •  

    Les Channel Islands forment un archipel de 8 îles au large de Los Angeles. Elles sont connues pour leur biodiversité unique et constituent un havre de nature et de paix face à la mégalopole californienne. Santa Catalina, appelée familièrement Catalina Island par les américains, est la plus accessible et la seule qui possède une population humaine permanente. On peut s'y rendre à la journée, depuis Long Beach, avec la compagnie Catalina Express. 

    Catalina Express

     

    Après environ une heure de traversée, on débarque sur le petit port d'Avalon. J'abandonne rapidement les touristes occupés à faire des selfies sur le port pour m'enfoncer à l'intérieur de l'île. Ici pas de voiture, il est cependant possible de louer une voiturette de golf ou un vélo si l'on veut découvrir l'île sans trop marcher. Il y a aussi des sorties organisées en véhicule tout terrain. Pour ma part j'avais repéré quelques sentiers pas trop longs, me permettant de ne pas rater le dernier bateau du soir.
     

    Catalina Island - Avalon

     

    Avant d'arriver vraiment dans la nature, on longe un terrain de golf. Qui dit terrain de golf, dit grandes étendues d'herbe, l'habitat rêvé des écureuils terrestres ! Et oui aux Etats-Unis les trous d'un terrain de golf ne sont pas forcément ceux prévus sur le parcours. Pas sûr que les gestionnaires du golf apprécient ces charmants rongeurs ! L'espèce présente ici est le Spermophile de Californie (Otospermophilus beecheyi) aussi appelé plus simplement Ecureuil terrestre de Californie. Il s'agit plus spécialement d'une sous-espèce, plus grande que celle présente sur le continent, comme on peut le lire ici : The squirrels get bigger...

    Catalina Island - California ground squirrel

     

    Catalina Island - California ground squirrel

     

    Après avoir longé le golf, on peut s'arrêter au Nature Center at Avalon Canyon, pour s'informer sur les sentiers et les richesses naturelles de l'île. Renseignement pris, je quitte la route après avoir traversé le camping et bifurque sur le Hermit Gulch Trail qui grimpe dans la montagne. Un panneau indique que l'endroit n'est pas très bien fréquenté, il est conseillé d'être vigilant.

    Catalina Island - Rattlesnakes

     

    En fin de compte, le sentier ne semble pas fréquenté du tout à cette période là de l'année, un lundi de la fin mai. En plusieurs heures de marche, je ne rencontrerai que 5 personnes dont un responsable de l'entretien des sentiers, équipé d'une cisaille et d'une hache.

    Catalina Island

     

    Catalina Island

     

    Niveau reptile c'est aussi assez calme, aucune trace des Serpents à sonnettes signalés au départ du sentier, mais seulement de gentils petits Lézards.

    Catalina Island - Lizard

     

    Le climat de Catalina island est de type méditerranéen, plutôt aride. On marche dans la garrigue, l'ombre est rare, il est donc prudent de prévoir chapeau, crème solaire et beaucoup d'eau. En mai les cactus sont en pleine floraison, les papillons sont de sortie.

    Catalina Island - Cactus

     

    Catalina Island - Cactus

     

    Catalina Island - Cactus

     

    Catalina Island - Butterfly

     

     Catalina Island - Flowers

     

    Sur la première partie de l'itinéraire, j'ai rencontré assez peu d'oiseaux. Pourtant je les entendais chanter, bien cachés dans les herbes et les buissons. Le seul que j'ai bien vu (mais pas très bien photographié, il était à contre jour) est ce petit Troglodyte de Bewick (Thryomanes bewickii) qui chantait au sommet d'un arbuste mort.

    Catalina Island - Bewick's Wren

     

    Du haut de la montagne, on a une belle vue sur le port d'Avalon. Un paquebot était amarré non loin, débarquant successivement des lots de touristes pour le selfie sur le port. Je n'ai pas l'impression que beaucoup d'entre eux s'aventurent plus loin dans l'île. Décidément la croisière, je crois que ce n'est pas le style de vacances qui me plairait. 
     

    Catalina Island

     

    Le sentier s'achève par un magnifique point de vue sur l'île. On est à plus de 300 m au dessus du niveau de la mer. Pour retourner vers Avalon, on prend ensuite une piste plus large, en direction du Jardin Botanique. Le trajet est moins bucolique mais les points de vue sont à couper le souffle.
     

    Catalina Island

     

    Catalina Island

     

    Catalina Island

     

    C'est sur cette partie de l'itinéraire que j'ai croisé le plus d'oiseaux. Le premier, un Tohi tacheté (Pipilo maculatus), chantait tranquillement au bord du chemin, et c'est là que mon appareil photo n'a pas voulu pas faire la mise au point ! Il n'a daigné déclencher que lorsque Monsieur Tohi s'est envolé (ça ennerve un peu quand même). Heureusement il s'est posé non loin, dans les herbes mais on fait avec. Les Tohis sont apparentés aux Bruants. Ils sont assez gros, de la taille d'une grive musicienne.

    Catalina Island - Spotted Towhee

     

    Catalina Island - Spotted Towhee

     

    En descendant, dans les virages qui mènent au Jardin Botanique, les buissons se font plus denses. De loin j'aperçois un passereau dans les tons bleus, il s'agit d'un Passerin azuré (Passerina amoena). J'en verrai un autre à l'entrée du Jardin Botanique, tout aussi furtivement. Photo très recadrée et pas très nette, mais c'est la première fois que j'observe l'espèce alors on ne fait pas les difficiles !

    Catalina Island - Lazuli Bunting

     

    J'ai un peu plus de chance avec les Chardonnerets mineurs (Spinus psaltria) déjà aperçu au Colorado Lagoon Park : toute une famille, avec Papa qui nourrit sa progéniture !

    Catalina Island - Lesser Goldfinch

     

    Catalina Island - Lesser Goldfinch

     

    Un petit dernier au détour du virage suivant, que je n'ai pas identifié tout de suite (de loin le bleu m'a fait penser au Merlebleu mais il est bien plus petit). Il s'agit d'un Gobemoucheron gris-bleu (Polioptila caerulea).

    Catalina Island - Blue-gray Gnatcatcher

     

    J'arrive ensuite à la grille du Jardin Botanique. Petite frayeur car de loin elle semble fermée, et il n'y a pas d'autre itinéraire pour rejoindre le port d'Avalon. En approchant, je vois un panneau indiquant de refermer derrière soit, ouf, on peut passer. Mais l'inquiétude m'a fait rater le Passerin indigo qui sautillait près de la grille.

    Le Jardin Botanique de Catalina Island présente une belle collection de Cactus de toutes les tailles et de toutes les formes, ainsi que d'autres plantes des milieux arides. En théorie l'entrée est payante, mais quand on arrive du sentier côté montagne il n'y a pas de guichet... Une fois dans le jardin j'essaie de retrouver le Passerin aperçu à l'entrée, sans succès. Je me console avec un Moqueur polyglotte (Mimus polyglottos) perché sur un magnifique cactus. 

    Catalina Island - Northern Mockingbird

     

    Nouvelle frayeur en voulant sortir par l'entrée officielle pour rejoindre la route : là aussi une grille barre le passage, il faut dire que le jardin ferme à 17h (ce que j'ignorais) et il est déjà 17h15. Heureusement elle est juste posée devant les tourniquets... Sous un banc devant l'entrée, un Tohi tacheté termine les miettes laissées par les visiteurs de la journée. 

    Catalina Island - Spotted Towhee

     

    En passant près du Nature Center où je m'étais arrêtée à l'allée, j'aperçois une tourterelle qui me semble différente des Tourterelles turques et des Tourterelles tristes communes en Californie. Et pour cause, il s'agit d'une Tourterelle tigrine (Spilopelia chinensis), une espèce originaire du sud-est asiatique. Elle fut introduite dans la région de Los Angeles au début du XXe siècle, mais contrairement à sa cousine européenne (la Tourterelle turque), la Tourterelle tigrine est ici en déclin depuis plusieurs décennies et ne représente donc pas une menace pour les espèces locales.

    Catalina Island - Spotted Dove

     

    Catalina Island - Spotted Dove

     

    La journée se termine, le soleil se couche sur le petit port d'Avalon. Il fait bien frais pour une fin mai en Californie, c'est sans hésitation que je commande un café dès qu'on embarque sur le bateau pour Long Beach.
     

    Catalina Island

     

    J'ai gardé pour le prochain article un autre oiseau bien sympathique découvert à Catalina Island, il s'agit d'un petit Pic au comportement original. Si vous avez une idée de son identité vous pouvez l'indiquer en commentaire. 


    7 commentaires
  •  

    Je vous avais promis dans l'article précédent de vous amener jusqu'au repère des Bec-en-ciseaux. C'est un endroit que j'ai découvert un peu par hasard en allant acheter mes billets de bateaux pour me rendre à Catalina Island. J'avais prévu de longer un peu la Los Angeles River vers le nord, mes billets en poche pour l'excursion du lendemain. Après avoir photographié des Moqueurs polyglottes sur un parking, et renoncé à immortaliser les hirondelles trop turbulentes, j'aperçois en contrebas un groupe de quelques dizaine d'oiseaux noir et blanc ... Je suis tombée sans le savoir sur une petite réserve naturelle, la Golden Shore Marine Reserve, gérée par la ville de Long Beach.

    Golden shore marine reserve

     

    Pour planter le décors, voici l'endroit vu de l'autre rive. L'ensemble est grillagé pour la tranquilité de la faune qui y fait halte. Un cordon de bouées sépare la réserve du fleuve, cela permet d'éviter l'échouage de trop nombreux déchets (mais certains passent quand même lors des crues). Au fond un parking de poids-lourds. Entre ce parking et la réserve, une belle piste cyclable remonte jusqu'à Los Angeles en longeant le fleuve. Les amis de la rivière organisent périodiquement un nettoyage du site.

    Golden shore marine reserve

     

    Une deuxième vue, cette fois depuis la piste cyclable devant les camions. Vu comme ça, on se dit que ce n'est quand même par un paradis pour la faune sauvage, mais pourtant ! Ce lieu protégé, reliquat des zones humides nombreuses dans la région avant l'urbanisation, a été recréé à l'emplacement d'un parking à bateau. La réserve ne fait que 2,5 hectares, cependant elle sert de halte à de nombreuses espèces.

    Golden shore marine reserve

     

    Quels sont donc ces oiseaux au plumage noir et blanc qui semblent se reposer au bord de l'eau, à l'opposé de mon point d'bservation ? Sans jumelles, j'ai pensé d'abord à des échasses ou des avocettes ... Mais en zoomant avec l'appareil photo, je découvre des Sternes et des Bec-en-ciseaux ! C'est donc là qu'ils passent la journée. Sur les photos, ont reconnait les Sternes caspiennes (Hydroprogne caspia), grandes, avec leur épais bec rouge, quelques Sternes élégantes (Thalasseus elegans), au bec jaune et à la calotte hirsute, et bien sûr les Bec-en-ciseaux noir (Rynchops niger), avec leur étrange bec. Je n'ai pas pu m'approcher (tant mieux pour les oiseaux), donc les photos sont très recadrées (ce qui m'a permis d'éliminer quelques détritus peu esthétiques). 

     

    Golden shore marine reserve

     

    Golden shore marine reserve

     

    Golden shore marine reserve

     

    Golden shore marine reserve

     

    Golden shore marine reserve

     

    Je suis restée un moment observer les Becs-en-ciseaux et leurs camarades de siestes, espérant que peut être ils se rapprocheraient ou feraient une démonstration de pêche. Puis je me suis décidée à poursuivre plus loin le long de la rivière, sur la piste cyclable. Après quelques centaines de mètres, j'ai eu la nette impression qu'en continuant sur les rives canalisées du fleuve, sans végétation ou presque, je ne découvrirai pas grand-chose d'intéressant. C'est au moment où je m'apprête à faire demi-tour que je vois passer en vol une paire d'Avocettes d'Amérique (Recurvirostra americana) ! Elles se dirigent vers l'Océan, je me dis qu'avec un peu de chance elles feront escale à la réserve. J'ai cependant peu d'espoir, mais comme c'est sur mon chemin ... j'y retourne de ce pas. Et voilà qu'elles se sont arrêtées pour se reposer, sur le rivage le plus proche de la piste cyclable, à portée de téléobjectifs ! J'ai donc testé avec succès la photo à travers le grillage. Les poses ne sont pas très variées, mais c'est un si bel oiseau, et c'est la première fois que je le rencontre !

     

    Golden shore marine reserve

     

    Golden shore marine reserve

     

    Golden shore marine reserve

     

    Golden shore marine reserve

     

    Golden shore marine reserve

     

    Golden shore marine reserve

     

    Avant mon départ, une Sterne élégante se décide à pêcher dans le lagon. Je n'aurai pas l'occasion d'approcher cette espèce de  sterne, alors je présente quand même la photo, elle aussi très recadrée.

    Golden shore marine reserve

     

    Le jour de mon départ, je suis repassée par la réserve. Les Becs-en-ciseaux étaient toujours là. Au début ils m'ont fait un peu peur, certains étaient étendus sur le sol dans une position assez étrange. Mais ils étaient bien vivants : au bout d'un moment ils se sont relevés. Après leur sieste, j'ai pu assister au bain des Becs-en-ciseaux. Toujours de loin, sauf pour un couple de Sternes caspiennes.

    Golden shore marine reserve

     

    Golden shore marine reserve

     

    Golden shore marine reserve

     

    Golden shore marine reserve

     

    Golden shore marine reserve

     

    Golden shore marine reserve

     

    Golden shore marine reserve

     

    Golden shore marine reserve

     

    La prochaine destination est indiquée en début de cet article, rappelez-vous j'ai acheté des billets de bateau ! A bientôt donc pour l'embarquement.


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique