• Comment protéger les hirondelles ?

     

    Que seraient nos soirées d'été à la campagne sans la ronde des hirondelles au dessus de nos villages ? 

    Déjà deux à trois mois qu'elles sont revenues d'Afrique où elles passent l'hiver. Les oisillons de la première couvée sont envolés, il reste du temps pour en élever une deuxième avant le départ courant septembre.

    Deux espèces d'hirondelles se partagent l'espace dans nos villes et villages du nord de la France : l'Hirondelle rustique et l'Hirondelle de fenêtre. 

    L’Hirondelle rustique (Hirundo rustica) se distingue de l’Hirondelle de fenêtre par sa gorge rousse et sa queue prolongée par de longs filets. Elle niche en général dans les bâtiments (grange, garage, écurie etc.). Le nid est souvent construit contre une poutre et est plus ouvert que celui de l’hirondelle de fenêtre. Chez nous au refuge LPO de Grand-Rozoy, suivant les années un ou deux couples nichent dans le garage. 

    L’Hirondelle rustique, comme sa cousine l’Hirondelle de fenêtre, se nourrit exclusivement d’insectes volants (mouches, fourmis ailées, moustiques, libellules etc.). En échange de quelques salissures, les hirondelles vous assurent des soirées d’été paisibles et agissent comme un véritable insecticide gratuit et naturel.

    Les photos d'hirondelles rustique ci-dessous ont été prises dans la grange de notre précédente maison à Couvrelles (02). L'agencement de la maison  faisait que l'on passait dans cette grange plusieurs fois par jour. Les hirondelles avaient l'habitude de nous voir et n'étaient pas dérangées par nos allées et venues.
     

    Hirondelles rustiques

    De tous jeunes bébés hirondelles très affamés.

      

    Hirondelles rustiques 

    Nourrissage par un des parents.

     

    Hirondelles rustiques

    La nichée au complet quelques jours après la sortie du nid.

     

    L’Hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum) est la deuxième espèces d’hirondelle qui utilise les bâtiments de nos villages comme support pour construire son nid. Ce sont les angles de fenêtre et de porte qui ont sa préférence. Elle se différencie de l'hirondelle rustique par l'absence de roux dans son plumage, qui est bleu-noir sur le dessus et blanc sur le dessous. En vol on peut distinguer son croupion blanc pur et l'absence de filet à la queue. Le nid est beaucoup plus fermé que celui de l'hirondelle rustique : il possède uniquement une petite ouverture qui ne laisse passer qu'une hirondelle à la fois (du coup c'est beaucoup plus difficile de compter les jeunes se trouvant dans le nid).

    L’hirondelle de fenêtre niche dans notre refuge depuis 2015. Pour l’instant il y a un seul nid, mais nous espérons que la colonie va s’agrandir. Une autre petite colonie est installée sur la mairie de Grand-Rozoy. 

    L’Hirondelle de fenêtre est la championne de la vie en collectivité et de l’entraide : les colonies peuvent compter plusieurs dizaines de nids (exemple 46 nids observés sous un toit à Limé toujours dans l'Aisne), les couples s’entraident pour construire les nids, quitte à ce que certains ne se reproduisent pas. Une fois que les jeunes savent voler, tous les soirs la famille au complet s’entasse dans le nid pour passer la nuit au chaud.

    Hirondelles de fenêtre

     Au sol, à la recherche de matériaux pour leur nid. Photo prise à Couvrelles.

     

    Hirondelle de fenêtre

    Au sein de la colonie de Limé.

     

    Hirondelle de fenêtre

    Toujours à Limé. On distingue bien le croupion blanc de l'hirondelle.

     

    Hirondelle de fenêtre

    L'unique nid de notre nouvelle colonie à Grand-Rozoy en 2015.

     

    Les hirondelles, protégées en Europe comme le plupart des passereaux, doivent malheureusement faire face à de nombreuses menaces :

    • L'agriculture intensive et l'utilisation des pesticides chimiques a fortement réduit la nourriture disponible pour les hirondelles. 

    • Les destructions de nids sous prétexte de salissures ou lors de travaux de ravalement, et la fermeture des granges et garages où les hirondelles rustiques aiment nicher rend leur reproduction plus difficile.

    • Tout cela se rajoute aux dangers de la migration et à la détérioration de certains de leurs habitats sur leur lieu d'hivernage.

     

    Pour les aider, ne détruisez pas leur nid même après leur départ pour l’Afrique, bannissez les insecticides chimiques de votre jardin, s'il fait sec aménagez une petite flaque d'eau entourée de terre pour que les hirondelles puissent trouver des matériaux de construction, ou posez des nichoirs adaptés.

    Vous vous direz peut-être que ce n'est pas grave d'enlever les nids à l'automne. C'est pourtant interdit et fort pénalisant pour les hirondelles : en effet, reconstruire un nid à partir de zéro chaque printemps demande beaucoup d'énergie et de temps aux hirondelles déjà épuisées par leur migration. Détruire les nids l'hiver revient à enlever aux hirondelles la possibilité de mener à bien plusieurs couvées durant la belle saison.

    Vous trouverez plein d'autres conseils pour cohabiter avec les hirondelles sur le site de l'association Picardie Nature :  http://www.picardie-nature.org/protection-de-la-faune-sauvage/protection-des-hirondelles/.

    En particulier ne manquez pas les 3 fiches techniques très complètes que vous pouvez imprimer et utiliser pour sensibiliser vos voisins et vos amis :

    Fiche technique n°1 : Installer des nids artificiels (et une planchette)

    Fiche technique n°2 : Fabriquer un nid "fait maison"

    Fiche technique n°3 : Astuces pour un nid contre un volet ou une fenêtre

     

    Je vous souhaite de passer un bel été avec les hirondelles.


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 13 Juillet à 07:06

    Bon jour Régine,
    Un très beau plaidoyer pour la protection de ces oiseaux qui en effet rendraient notre environnement bien triste s'ils n'étaient plus là.
    Superbes tes photos, c'est toujours un plaisir de les voir au nid, en vol, elles sont tellement véloces.
    Quelle tristesse d'avoir besoin d'alerter sans cesse sur toutes ces espèces que nous devons à présent protéger faute de n'avoir pas compris plus tôt.
    Bises et belle journée à toi

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Jeudi 13 Juillet à 09:13

    bonjour Régine

    un bel article pour un beau plaidoyer....il y a peu, dans un gîte loué pour une semaine, un agriculteur ami des propriétaires m'a fait un vrai cours sur les hirondelles, me parlant de 7 espéces...un ornito cet agriculteur !!!

    bonne journée, bises, maurice

    3
    Jeudi 13 Juillet à 12:38

    Bonjour Régine,

    Un bel article, qui m'aura aussi permise d'identifier les hirondelles que j'ai photographié.

    Bonne journée. 

    4
    Vendredi 14 Juillet à 19:17

    Bonsoir Régine. Voici donc un article qui répond bien à quelques interrogations ! Sois-en remerciée ! Par chez nous (Drôme provençale) je pense que nous avons en majorité des hirondelles de fenêtre. C'est vrai qu'elles reviennent chaque année dans le mêmes nids. Je ne pensais pas qu'il y avait deux couvées dans l'été.

    Bonne soirée.

    5
    Mercredi 19 Juillet à 08:10

    Bonjour régine

    fabuleuses prises

    bel article aussi

    amitié et belle journée

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :