• 8 août 2015 : Le col de Patapampa - en bus à 4900 m

     

    Ce matin du 8 août nous profitons encore un peu d'Arequipa, depuis la terrasse de l’hôtel (celle-ci est en travaux mais on peut quand même y accéder pour admirer la vue et prendre quelques photos). Le trajet jusqu'à la gare routière nous montre que l'on aurait pu rester un jour ou deux de plus à Arequipa, la ville regorge de monuments plus beaux les uns que les autres ...

    Arequipa

     

    Mais ce n'est pas ce qui est prévu. Nous nous installons donc pour 3h30 de voyage dans un bus pour Chivay à l'entrée du Canyon de Colca. Le voyage en bus permet d'admirer le paysage mais on ne s'arrête pas quand on veut, cela peut être un peu frustrant si l'on veut prendre des photos ou observer la faune. D'un autre côté les chauffeurs sont expérimentés et connaissent bien les dangers des routes péruviennes (la location de voitures dans ce pays est fortement déconseillée, on comprend assez vite pourquoi).

    Certaines des photos ci-dessous sont prises à travers les vitres du bus, mais j'ai quand même voulu les montrer car elle reflète bien l'atmosphère du voyage.

    Rapidement nous prenons de l'altitude et c'est notre premier contact avec les étendues quasi désertique de l'Altiplano. Ci-dessous un de nos premiers troupeaux de lamas : 

    Lama

     

    Plus loin, quelques vigognes broutent (les vigognes sont des camélidés sauvages de la familles du lama) : 

    Vigogne

     

    L'Altiplano s'étend à perte de vue, de temps en temps un troupeau, parfois aussi des habitants de la région qui arrêtent notre bus pour faire un petit bout de chemin ...

    Altiplano

     

    Au cours d'un arrêt pour faire monter ou descendre quelques un de ces passagers, nous avons la chance de pouvoir observer des oiseaux sur des mares qui bordent la route. Ci-dessous une famille de Canard huppé (Lophonetta specularioides) :

    Canard huppé

     

    Et une Foulque géante  (Fulica gigantea), oiseau de la famille de nos Poules d'eau et Foulques macroule, mais en grand format (près de 60 cm de l'extrémité de la queue au bout du bec, contre 40 cm pour la Foulque macroule) :

    Foulque geante

     

    A cet endroit on verra aussi des Mouettes des Andes et des Ibis de Ridgway, qu'on aura la chance d'observer dans de meilleures conditions quelques jours plus tard.

    Je ne me lasse pas de ces paysages désolés, c'est juste magnifique :

    Altiplano

     

    Au loin on aperçoit les volcans Ampato (au centre, 6 288 m d'altitude, actuellement endormi) et Sabancaya (à droite, 5967 m, toujours en activité) :

    Ampato et Sabancaya

     

    Après avoir passé le col de Patapampa, à 4900 m d'altitude (plus haut que le Mont Blanc), nous arrivons en vue de Chivay, grosse bourgade porte d'entrée du Canyon de Colca : 

    Chivay

     

    Nous logeons à quelques kilomètres de là, dans le village de Yanque, à l'hôtel Eco Inn, composé de bungalows jaunes au toit de chaume, face à la rivière Colca qui coule en contrebas. Très calme et idéal pour s'adapter à l'altitude. Ici nous ne sommes qu'à 3400 m, on n'en ressentira pas trop les effets.

    Nous passons l'après-midi à observer les paysages et la faune locale, aux alentours de l'hôtel. 

    Un nouvelle espèce de minuscule colombe attire notre attention grâce au vrombissement de ses ailes lorsqu'elle décolle. Elle est beaucoup plus difficile à voir qu'à attendre, car elle se confond avec les rochers et le sol sur lequel elle passe la majeure partie de son temps. Il s'agit en fait de la Colombe de Cécile (Metriopelia ceciliae), reconnaissable à la zone de peau nue orange vif qui entoure son œil :

    Colombe de Cécile

     

    On retrouve bien sûr les Bruants chingolos qui sont très nombreux ici : 

    Bruant chingolo

     

    Le village de Yanque et la vallée de la Colca sont entourés de montagnes. Sur la photo ci-dessous, on distingue au premier plan des terrasses, datant de l'époque Inca. Les arbres sont des Eucalyptus, introduits par les Espagnols. L'eucalyptus est rapidement devenu l'arbre le plus commun dans les vallées Andines. Apprécié pour sa croissance rapide et son tronc rectiligne, il sert en particulier de poutres dans les constructions traditionnelles.

    Canyon de Colca

     

    Plusieurs espèces de rapaces survolent la vallée, certaines espèces typiques de la région des Andes, d'autres que l'on retrouve dans toutes les régions du monde, comme ce Faucon pélerin (Falco peregrinus) :

    Faucon pelerin

     

    La végétation de la vallée de la Colca comprend aussi plusieurs espèces de cactus, dont voici un spécimen : 

    Cactus - Yanque

     

    Sur les toits de chaume des bungalows, de petits passereaux jaunes rappelant les Serins profitent des derniers rayons du soleil en chantant. Ils ont bien raison car les nuits sont très froides ici (n'oubliez pas de mettre votre doudoune dans la valise avant le départ). Ces petits oiseaux se nomment les Sicales olivâtres (Sicalis olivascens). Je n'ai déterminé l'espèce qu'après notre retour, le guide "Birds of Peru" présentant sur une même page 6 espèces ressemblantes, il a fallu comparer les critères d'identification avec nos photos ...

    Plus d'information sur cette espèce et les critères d'identification en suivant le lien : http://www.oiseaux.net/oiseaux/sicale.olivatre.html

    Sicale olivatre

     

    Sicale olivatre

     

    Le téléobjectif permet aussi de voir le volcan Sabancaya de plus près sans prendre de risque :

    Volcan Sabancaya

     

    Pas encore en éruption, le volcan est le siège de dégazages importants en ce moment, d'après ce que j'ai pu lire sur des sites spécialisés en vulcanologie.

    La nuit tombée, vers 18h, il est temps d'aller dîner et de se mettre au chaud. Le lendemain nous partons pour la matinée à la Croix des Condors au bord du Canyon de Colca. Ceci sera l'objet d'un prochain article.

    A bientôt pour d'autre découvertes. 

     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 22 Octobre 2015 à 23:46

    Bonsoir Régine,

    Je suis allée voir les photos du Sicale olivâtre ce matin ;-) Belle coïncidence. Ce petit Bruant chingolo me plait vraiment. Je vais aller voir sa fiche. La colombe est aussi très jolie. Mais qu'est ce que c'est que ces foulques "OGM" ? lol 

    Et ces paysages, je suis d'accord, on ne s'en lasse pas. La photo 8 est vraiment impressionnante. 

    Merci pour ces découverte Régine. Et bonne rédaction, je suis aussi en plein dedans avec les oiseaux de la Réunion et de Mayotte. Les photos sont sur mes deux sites. 

    À bientôt et au plaisir. 

    2
    Vendredi 23 Octobre 2015 à 15:48

    Bonjour Nathalie,

    Pas tout à fait une coïncidence pour le Sicale olivâtre, j'essaie de rédiger les fiches qui manquent sur Oiseaux.net au fur et à mesure que je trie mes photos du Pérou ;-).

    Pouvez-vous me dire si vous recevez ce message, je ne sais pas trop comment ça marche pour ceux qui ne sont pas sur Eklablog ? Merci. 

    Régine

      • Vendredi 23 Octobre 2015 à 17:31

        Bonjour Régine,

        Et si on passait au "tu"? plus sympa non ?

        Alors non je ne reçois rien quand tu me postes une réponse car il faudrait que je mette mon adresse mail. Ce que je ne fais pas car les boites sont déjà bien saturées.

        Bonne soirée :)

         

    3
    Lundi 8 Mai à 18:07

    Bonjour. Je suis ton voyage en parallèle au mien. C'est plutôt amusant de reconnaître les paysages vus sous un autre angle, sans oublier le chapitre oiseau hors de mes compétences, mais je découvre.

    Je vois que tu as mieux supporté que moi le passage au col à 4900 mètres.

    Vous avez pris les transports en commun, nous aussi pour la dernière partie du voyage, ce qui permet de voyager avec les locaux. Mais le bus privé permet de s'arrêter quand on le désire...

      • Lundi 8 Mai à 19:07

        Bonjour Michel, c'est après qu'on a eu dû mal à supporter l'altitude, surtout à Puno et au lac Titicaca. Quel soulagement quand on est redescendu à Cuzco quelques centaines de mètres plus bas ! Le bus qu'on a pris n’était pas vraiment un transport en commun avec des locaux, au départ d'Aréquipa il me semble qu'il n'y avait que des touristes à bord. A mon avis le chauffeur se faisait des "extras" en embarquant des locaux en cours de route (et ça nous permettait de petites pauses qui aidaient à supporter la montée). Bonne soirée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :