• 8 août 2014 : Arrivée à Reykjavik

     

    Cet article est le premier d’une série consacrée au récit de mon voyage ornitho-géologique en Islande, du 8 au 18 août 2014. J’y suis allée accompagnée de ma fille, et en effet on n’a pas choisi cette destination pour la plage et le soleil, mais plutôt pour les paysages volcaniques et la nature. Quoique cette été niveau météo on était aussi bien en Islande que dans la moitié Nord de la France : nous avons eu des journées ensoleillées où le thermomètre a culminé à 22°C, pour un minimum de 6,5°C un matin en fin de séjour …

    Les volcans Islandais sont célèbres à travers le monde, en particulier depuis l’éruption de l'Eyjafjöll en 2010. On connait moins l’Islande comme destination ornithologique, pourtant les chiffres parlent d’aux même : environ 320 000 habitants, plus de 3 millions de Macareux moine (Fratercula arctica) !

    Nous avons donc décollé de Roissy Charles-de-Gaulle le 8 août en début d’après-midi, pour atteindre notre destination l’aéroport de Keflavik environ 3h30 plus tard. Très peu de formalités car l’Islande fait partie de l’espace Schengen, nous partons rapidement en bus pour notre hôtel à Reykjavik (plutôt une guesthouse, les vrais hôtels étant rares et hors de prix en Islande).

    Nous atteignons la capitale de l’Islande (qui regroupe les 2 tiers des habitants du pays) après avoir traversé les champs de lave de la péninsule de Reykjanes. Un premier aperçu des paysages que nous rencontrerons pendant notre périple autour de l’Islande : pas un arbre à l’horizon, la végétation qui tente de coloniser tant bien que mal les sombres roches volcaniques se résume à des sortes de mousses.

    La guesthouse Sunna est simple mais fonctionnelle, située en plein centre de Reykjavik près de l’église Hallgrímskirkja qui surplombe la ville. Nous repérons rapidement la rue principale (Laugavegur), le supermarché (pour les provisions en prévision du lendemain), les magasins de souvenirs regorgeant de Macareux (en peluche, fabriqués en Chine) et un restaurant sympathique et délicieux pour dîner (le Solon Bistro, je recommande en particulier le steak d’agneau).

    Puis direction le lac Tjörnin afin de faire connaissance avec l’avifaune urbaine d’Islande. Le lac est situé tout près du centre historique (là où les premiers Vikings s’installèrent au IXème siècle).

    Les premières espèces rencontrées sont des classiques de l’ornithologie urbaine : une colonie bruyante d’Etourneaux sansonnets (Sturnus vulgaris) a élu domicile sur les corniches d’une façade, deux Pigeons bisets domestiques (Columba livia) se promènent sur les bord du lac. A noter que ce sont les seuls pigeons « de ville » qu’on verra durant tout notre séjour, et que leur densité semble bien faible par rapport à ce qu’on rencontre habituellement dans pratiquement toutes les agglomérations du monde.

    D’énormes Goélands bruns (Larus fuscus) sont perchés sur des lampadaires ou sur les berges, les adultes sont assez faciles à reconnaître : bec et pattes jaunes, dessus des ailes bruns foncés (en comparaison, le Goéland argenté de nos plages a les pattes rosâtres et le dessus gris clair). Pour identifier formellement les jeunes c’est une autre paire de manches …

    8 août 2014 : Arrivée à Reykjavik

    Beau spécimen de Goéland brun qui pose pour la photo.

     

    Sur le lac, il y a bien sûr des canards : tout d’abord les plus nombreux, des Canards colverts (Anas platyrhynchos), que je ne me suis pas attardée à prendre en photo, pour 2 raisons : on en trouve facilement de beaux spécimens sur la Seine à Paris et dans bien d’autres endroits, et de plus le mois d’août n’est pas la meilleure saison pour photographier les canards et en particulier le plumage coloré des mâles. En effet c’est à cette période de l’année qu’a lieu la mue complète de leur plumage, et étant incapable de voler la nature les a doté de couleurs ternes assez semblables à celles des femelles, ce qui leur permet d’échapper plus facilement aux prédateurs. On dit qu’ils sont en plumage d’éclipse. Je vous montrerai quand même des photos des autres espèces de canards rencontrées, surtout ceux que l’on ne voit que rarement en France.

    Revenons donc aux canards du lac Tjörnin : parmi les colverts, des canards sombres et bien plus petits, après vérification il s’agit de Fuligules morillons (Aythya fuligula) – je mets les noms latins entre parenthèse car c’est pratique pour s’y retrouver par exemple si on achète sur place un guide ornithologique en anglais. Voici une femelle : 

    8 août 2014 : Arrivée à Reykjavik

     

    Puis on aperçoit un Eider à duvet (Somateria mollissima) femelle accompagné de son jeune, qui se dirigent vers nous (on doit se trouver à un endroit stratégique de distribution de pain). Que sont devenus les frères et sœurs du petit (les canes pondent en général une douzaine d’œufs ) ? Probablement dans les premiers jours de leur vie ils ont servis de petit déjeuner à quelques goélands. C’est pour cela qu’au bord du lac un panneau stipule qu’il est interdit de distribuer du pain aux oiseaux entre le 15 mai et le 15 août, afin d’éviter d’attirer les goélands qui représentent un grand danger pour les canetons.

    Nos 2 eiders sont peu farouches, on peut les photographier facilement. Cela tombe bien, jusqu’à présent je n’en avait observé qu’une fois, un individu qui s’était égaré au lac de Créteil pendant la vague de froid de février 2012, mais qui s’obstinait à rester au milieu du lac. Donc voici les photos :

    8 août 2014 : Arrivée à Reykjavik

    Madame Eider à duvet

     

    8 août 2014 : Arrivée à Reykjavik

    et son petit.

     

    En faisant le tour du lac (du moins sa partie la plus urbaine) on peut également observer quelques autres espèces :

    Un couple de Cygnes chanteurs (Cygnus cygnus) reste trop éloigné des berges pour faire des photos correctes (en fin de séjour par contre ils viendront « au pain » ce qui me permettra d’en tirer quelques portraits).

    Quelques Mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus) juvéniles nagent, des Sternes arctiques (Sterna paradisaea) très bruyantes volent sur place au-dessus de l’eau avant de plonger pour attraper un petit poisson, un petit groupe d’Oies cendrées (Anser anser) broutent sur une pelouse. Parmi les nombreux canards présents on peut également identifier 2 ou 3 Fuligules milouinans (Aythya marila) et un groupe d’une dizaine d’Eiders à duvet qui nagent au milieu du lac. 

    8 août 2014 : Arrivée à Reykjavik

    Une Oie cendrée, ancêtre de nos Oies domestiques.

     

    8 août 2014 : Arrivée à Reykjavik

     Un Fuligule milouinan mâle. Cette espèce ressemble au Fuligule morillon, mais est un peu plus grande. Le dos du mâle est gris clair au lieu de noir, et il ne possède pas de huppe.

     

     Je vous dis à bientôt pour la suite du voyage : le Cercle d’Or.


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :