• 15 août 2014 : Myvatn épisode 2 – Canards et volcans

     

    Pour ceux qui n’ont pas suivi, cet article est la suite d’une série consacrée au voyage en Islande que j’ai eu le plaisir de partager avec ma fille aînée l’été dernier. Ce voyage avait 2 thèmes principaux : la découverte des sites géologiques et volcaniques de l’île, et celle de la faune, en particulier des oiseaux. Voici donc les points forts de cette deuxième journée autour du lac Myvatn, paradis des ornithologues.

    En arrivant aux abords du site, nous faisons d’abord une pose près du pont qui enjambe la rivière Laxá. Le jour précédent, j’y avais aperçu différentes sortes de canards, mais le manque de lumière, le fait que tous les canards ou presque soient de couleur brune à cette saison (plumage d’éclipse) et aussi mon ignorance en la matière, m’ont obligé à réviser mon guide ornithologique avant de revenir. Et l’avantage des photos, c’est que l’on peut aussi chercher après coup à identifier les espèces.

    Revenons à la Laxá : c’est une rivière avec beaucoup de courant et de remous, surtout fréquenté par les canards plongeurs. On appelle ainsi les canards qui disparaissent entièrement sous la surface de l’eau pour trouver leur nourriture, contrairement aux canards dit « de surface » (Canard colvert ou siffleurs par exemple) qui basculent à la surface de l’eau en laissant dépasser l’arrière de leur corps hors de l’eau, et pour certains préfèrent même s’alimenter à terre.

    Voici en premier un Garrot d’Islande (Bucephala islandica) juvénile (ceux-ci ont l’œil brun alors que les adultes ont l’œil jaune brillant). Le Garrot d’Islande ressemble beaucoup à son cousin le Garrot à œil d’Or (que l’on trouve dans le nord de l’Europe, et parfois en petit nombre en France, et même à Paris : un individu a séjourné sur le Canal de l’Ourq fin novembre 2011 pendant plusieurs jours). Les différences entre les 2 espèces de Garrot sont assez subtiles, le plus courant en Islande est le Garrot d’Islande (étonnant non ?), pour connaître les détails je vous invite à consulter la fiche de cette dernière espèce sur le site Oiseaux.net : http://www.oiseaux.net/oiseaux/garrot.d.islande.html. Comme elle manquait, je l’ai rédigée à mon retour après avoir étudié le sujet. Vous pourrez aussi voir sur cette fiche à quoi ressemble le Garrot d’Islande mâle en plumage nuptial.

     

    15 août 2014 : Myvatn épisode 2 – Canards et volcans

    Garrot d’Islande juvénile – Rivière Laxá

     

    Un peu plus loin, il y a aussi des garrots d’Islande adultes, reconnaissables à leur œil jaune :

    15 août 2014 : Myvatn épisode 2 – Canards et volcans

    Possible que ce soit un couple, celui de gauche semble avoir quelques marques blanches à l’épaule, caractéristique du mâle même en plumage d’éclipse.

     

    Autre canard typique des régions arctiques, la Harelde boréale (Clangula hyemalis). A cet endroit il n’y en avait qu’un individu, juvénile également, qui plongeait dans les remous en compagnie de quelques Garrots d’Islande et Fuligules morillons.

    Pour voir les différents plumages de la Harelde boréale, suivre le lien
    http://www.oiseaux.net/oiseaux/harelde.boreale.html.

     

    15 août 2014 : Myvatn épisode 2 – Canards et volcans

    Harelde boréale juvénile – Rivière Laxá

     

    3ème espèce de canard identifiée ce matin-là : une femelle de Fuligule milouinan (Aythya marila). Cette espèce ressemble beaucoup au Fuligule morillon, mais s’en distingue une plus grande taille, une tête arrondie sans huppe et un dos plus clair même pour la femelle. Cette dernière a le bec entourée d’une tâche claire d’assez grande taille, et personnellement je lui trouve un air un peu prétentieux. Le Fuligule milouinan est un canard plongeur des régions arctiques (Europe, Asie, Amérique) qui était jusqu’au 19ème siècle l’espèce de canard la plus commune à Myvatn. Le Fuligule morillon arrivé justement en Islande à la fin du 19ème l’a maintenant supplantée. D’ailleurs à cette endroit de la rivière Laxa il y en avait plusieurs individus, des femelles et des juvéniles.

     

    15 août 2014 : Myvatn épisode 2 – Canards et volcans

    Fuligule milouinan femelle – Rivière Laxá

     

    Voici enfin la star des canards de Myvatn, l’Arlequin plongeur (Histrionicus histrionicus), un canard au plumage multicolore vivant dans les zones arctiques, dont la distribution européenne se limite à l’Islande. Niveau multicolore, la photo ci-dessous est un peu décevante, pourquoi me direz-vous ? et bien parce qu’en août Monsieur Arlequin est en plumage d’éclipse, comme tous les canards ! Pour le voir en habits de carnaval, rendez-vous sur oiseaux.net : http://www.oiseaux.net/oiseaux/arlequin.plongeur.html

     

    15 août 2014 : Myvatn épisode 2 – Canards et volcans

    Arlequin plongeur mâle – Rivière Laxá

     

    Après ce festival de canards, nous faisons route vers le site de Kalfastrond, au sud du lac Myvatn. Un sentier permet de voir de près d’étranges blocs de laves semi-immergés dans les eaux claires et peu profondes du lac. Le soleil s’est enfin décidé à se montrer, il fait presque chaud, ce qui ne gâche rien et permet de faire de jolies photos :

     

    15 août 2014 : Myvatn épisode 2 – Canards et volcans

     

    15 août 2014 : Myvatn épisode 2 – Canards et volcans

     

    15 août 2014 : Myvatn épisode 2 – Canards et volcans

     

    Petit effet secondaire de l’apparition du soleil, les moucherons de Myvatn se sont réveillés ; du coup nous décidons de déjeuner dans la voiture, malgré la richesse en protéine desdits moucherons.

    Nous partons ensuite pour le site proche de Dimmuborgir (à l’est du lac), qui présente également de nombreuses et étranges formations de lave, nommée les « Châteaux noirs », mais cette fois sur la terre ferme (vous noterez sur les photos que la courte apparition du soleil est terminée) :

     

    15 août 2014 : Myvatn épisode 2 – Canards et volcans

     

    En continuant le sentier, on arrive tout à coup dans une zone de dunes de sable colonisées par de robustes graminées. Un panneau explicatif nous apprend que les graminées ont été semées sur les dunes afin de les stabiliser et d’éviter que les « châteaux noirs » ne soient ensevelis sous le sable. Bel exemple de conservation d’un site !

     

    15 août 2014 : Myvatn épisode 2 – Canards et volcans

     

    Nous terminons la boucle dans Dimmurborgir sous la pluie, l’été dans le nord de l’Islande semble déjà fini. L’après-midi est déjà bien avancée, mais j’aimerais profiter du reste de la journée pour observer d’autres volatiles. Deux belles surprises m’attendent.

    La première, au bord de la rivière Laxa (même site que le matin) : la famille d’Arlequins plongeurs que je pensais avoir aperçue le matin sur la rive opposée se trouve maintenant près de la « plage » située près du parking.

     

    15 août 2014 : Myvatn épisode 2 – Canards et volcans

    Femelle d’Arlequin plongeur et ses 3 canetons.

     

    15 août 2014 : Myvatn épisode 2 – Canards et volcans

    Arlequin plongeur mâle (en plumage d’éclipse se distingue de la femelle par les plumes blanches sur le dos, et en imaginant (beaucoup) par les nuances colorées de son plumage brun).

     

    La deuxième surprise, c’est un Courlis corlieu (Numenius phaeopus) perché sur un poteau au bord de la route conduisant à notre hébergement. Les courlis sont des limicoles assez gros reconnaissables à leur bec recourbé. Celui-ci surveillait probablement ses jeunes cachés dans les hautes herbes, en tout cas il n’était pas commode et plutôt bruyant.

     

    15 août 2014 : Myvatn épisode 2 – Canards et volcans

    En vol d’un poteau à l’autre (tentative de diversion ?).

     

    15 août 2014 : Myvatn épisode 2 – Canards et volcans

    Après l’atterrissage.

     

    15 août 2014 : Myvatn épisode 2 – Canards et volcans

    Comme je reste près de la voiture, il se décide à revenir au poteau de départ, non sans manifester bruyamment sa désapprobation.

     

    Il est temps maintenant de rentrer se reposer à la ferme de Fossholl, près de la chute de Goðafoss.

    Je vous dis à bientôt pour la suite du voyage : L’hiver à Akureyri – l’été à Reykjavik


  • Commentaires

    1
    Mercredi 18 Février 2015 à 08:33
    Bonjour
    Un bon dépaysement !
    Bien d'accord de devoir se contenter des éclipse sinon pas de photo ! A Paris les especes manquent de couleurs comme le garrot et eider !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :