• 14 août 2015 : Cuzco, capitale des Incas

     

    Pour notre première journée à Cuzco, nous n'avons pas d'excursion de prévue ; nous avons donc le temps d'aller explorer la forteresse de Sacsayhuamán qui surplombe la ville. Nous ne sommes plus qu'à 3400 m d'altitude et les effets du "soroche" (c'est ainsi que les péruviens nomment le mal des montagnes) commencent à s'atténuer, aussi nous décidons de grimper jusqu'au site à pied. C'est tout à fait faisable en prenant son temps, si on est déjà habitué à l'altitude, et plus sûr que le taxi.

    Dès l'arrivée sur le site nous sommes impressionné par les murs constitués d'énormes blocs de pierre parfaitement ajustés, dont certains font plusieurs mètres de haut.
     

    Sacsayhuaman

     

    Nous commençons la visite par le sentier qui fait le tour du site en surplombant la ville. On peut y observer tranquillement la végétation locale. Ci-dessous un lupin de l'espèce Lupinus mutabilis, très commun dans les Andes où il fut domestiqué il y a plus de 1500 ans. Ses graines sont appréciées pour leur haute teneur en protéine, mais sa forte concentration en spartéine, un alcaloïde lui donnant un goût amer, a freiné le développement de sa culture. Le lupin serait pourtant une bonne alternative au soja en particulier pour l'alimentation animale, tant en Amérique latine qu'en Europe. Grâce à cette alcaloïde au goût peu agréable, la plante résiste à de nombreux parasites. De plus comme toutes les légumineuses ses racines vivent en symbiose avec des bactéries qui fixent l'azote de l'air et enrichissent le sol. Cette caractéristique lui permet de pousser facilement sur des sols pauvres. Des procédés peu coûteux d'extraction des substances amères ont été mis au point. Sans aucun doute une plante qui devrait être plus présente dans l'agriculture actuelle.
      

    Lupin, Cuzco

     

    Voici maintenant un cousin du lupin, probablement un genêt à balais, espèce européenne considérée comme invasive en Amérique du Nord, Australie etc. mais malgré mes recherches je n'ai pas trouvé d'information sur sa présence en Amérique du Sud ...

    Genêt, Cuzco

     

    Un peu plus loin, nous tombons sur un boisement de Polylepis, de petits arbres typiques de la cordillère des Andes. Les polylepis poussent en altitude au dessus de la limite des arbres, ce qui en fait des plantes très particulières. Actuellement les boisements de polylepis sont de faibles surfaces, souvent séparés par les étendues semi-désertiques et herbacées de la Puna. On ne sait pas vraiment quelle était l'étendue et la répartition de la forêt de polylepis avant l'occupation humaine, mais la plupart des auteurs pensent qu'elle s'est fortement réduite et morcelée suite à son exploitation par les premières colonisations humaines dans la région. Ces petits arbres servent toujours de bois de chauffage, ainsi que de matériaux pour fabriquer des outils et des ustensiles divers.

    Des associations travaillent avec les populations locales pour préserver ce qui reste de la forêt de Polylepis, voir par exemple cette vidéo très instructive : http://www.notre-planete.info/actualites/4412-polylepis-Perou-Awely-Ecoan.

    Polylepis, Cuzco

     

    Ce sentier nous offre également de belles vues sur la ville de Cuzco, on en profite pour se reposer de l'ascension depuis le centre ville. Cuzco comporte de nombreuses églises, ici on peut remarquer l'église San Francisco et le couvent du même nom, et derrière l'église Santa Clara. 

    Cuzco

     

    Comme toutes les villes du Pérou, Cuzco possède sa "Plaza de Armas" ou Place d'Armes en français, bordée par des bâtiments religieux ou administratifs. Ici c'est la Cathédrale (à gauche de la photo) qui fait concurrence à l'église de la Compagnie de Jésus, au centre de la photo. La Place d'Armes des Espagnols a remplacé une esplanade plus grande qui constituait le cœur de l'empire Inca. Elle était bordée de palais, de temples et de bâtiments administratifs. 4 routes principales en partaient pour relier la capitale aux provinces de l'empire. 

    Cuzco, Plaza de Armas

     

    Revenons maintenant au site de  Sacsayhuamán. Comme pour beaucoup de constructions Inca, les historiens et les archéologues ne peuvent tout expliquer : les Incas ne possédaient pas d'écriture, et les premiers conquistadors étaient plutôt du genre "brutes épaisses", plus intéressés par le pillage que par la culture des peuples conquis. La forteresse avait probablement une vocation militaire, mais l'hypothèse du sanctuaire religieux n'est pas totalement exclue.

    La forteresse, mesurant plus de 500 m de long, est encore bordées sur un de ses côtés de 3 rangées de remparts dont le tracé en zigzag étonne le visiteur. Les historiens pensent qu'ainsi un assaillant qui tentait d'escalader les remparts présentait toujours une vulnérabilité d'un côté ou de l'autre.

    Devant les remparts, s'étant une vaste esplanade où est célébrée chaque année la fête de l'Inti Raymi ou fête du Soleil, lors du solstice d'hiver, le 24 juin. Du temps des Incas, cette fête était la plus importante de l'année, elle marquait le début de la nouvelle année et la renaissance du soleil. Longtemps interdite par l'Eglise, l'Inti Raymi a été réhabilité il y a quelques dizaines d'années et attire autant les habitants de Cuzco que les touristes.

    Sacsayhuaman

     

    Sacsayhuaman

     

    Sacsayhuaman

     

    Les détails des constructions sont très intéressants, ici on remarque une rangée de niche dont on ne connait pas l'usage :

    Sacsayhuaman

     

    Sacsayhuaman

     

    Lors de la visite, on peut s'amuser à compter le nombre d'angle que comporte chaque pierre, qui était taillée sur place de façon à s'ajuster parfaitement avec ses voisines : 

    Sacsayhuaman

     

    Des arches de pierres et des escaliers permettent de passer d'une rangée de remparts à l'autre : 

    Sacsayhuaman

     

    Après la visite, nous nous attardons sur l'esplanade pour observer les lamas. Nos yeux et nos oreilles sont bientôt attirés par quelques oiseaux bien bruyants qui cherchent leur nourriture dans l'herbe desséchée. Ce sont des Vanneaux des Andes (Vanellus resplendens), espèce que nous avons déjà observée à Amantani sur le lac Titicaca, mais cette fois-ci nous avons plus de chance, le dieu Soleil des Incas est avec nous, et les Vanneaux viendront même se poser à quelques mètres de nos objectifs. Pour en savoir plus sur cette espèce, vous pouvez aller lire sa fiche sur oiseaux.net : http://www.oiseaux.net/oiseaux/vanneau.des.andes.html.
     

    Vanneaux des Andes, Cuzco

     

    Vanneaux des Andes, Cuzco

     

    Vanneaux des Andes, Cuzco

     

    Vanneaux des Andes, Cuzco

     

    14 août 2015 : Cuzco, capitale des Incas

     

    Après cette pause ornithologique, nous redescendons passer l'après-midi à Cuzco. Nous y visiterons Coricancha, le temple du Soleil, ou plutôt ce qu'il en reste : détruit et pillé par les conquistadors, un couvent fut bâti au dessus, le couvent de Santo Domingo, et ce n'est qu'en 1950 à la suite d'un séisme que l'on redécouvrit les vestiges du temple. L'histoire de ce lieu et l'évocation des richesses qu'il contenait du temps des Incas est passionnante, mais les vestiges présentés ne sont pas très parlants, sans compter que c'est un lieu très fréquenté par les touristes. 

    Ici se termine notre première journée à Cuzco. A très bientôt pour la suite du voyage, qui nous amènera dans la vallée sacrée des Incas.


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 13 Mars 2016 à 08:07

    Woaw, cette forêt est splendide et je découvre de magnifique Vanneau des Andes grâce à toi.
    Il est tout aussi beau que ses cousins, j'adore !
    Merci et très belle journée. J'ai beaucoup aimé tout ton article, très dépaysant.

    2
    Mardi 15 Mars 2016 à 22:23

    Bonsoir Régine,

    Toujours aussi beau ce vanneau. C'est dramatique de voir des forêts diminuer de la sorte mais par endroits on pense avant tout à survivre. La mise en place des pierres est absolument géniale, chapeau à eux ! Mais en carré cela leur aurait peut-être économisé temps et énergie ;-)

    Bonne soirée Régine. La vie du refuge doit être agitée avec ce soleil ? 

    3
    Dimanche 20 Mars 2016 à 21:45

    Bonsoir,

    un superbe reportage sur Cuzco avec de magnifiques photos, j'aime beaucoup !

    bien amicalement

    claude smile

    4
    Jeudi 24 Mars 2016 à 19:46

    Un superbe site ! Un excellent souvenir que d'y revenir grâce à toi ! As-tu vu les dessins qui se cachent dans les pierres ?

    Pour les formes des pierres, afin de répondre à Nath, c'était pour éviter que les murs ne s'écroulent lors de séismes, quand on voit Angkor, avec ses pierres taillées "nickel" et posées en plus sans ruptures des joints, où tout s'ouvre et s'est progressivement effondré, ici  ce n'a été détruit que par les Conquistadors qui on démoli les murailles et bâtiments pour en construire la ville de Cuzco et les bâtiments de la colonisation. Sinon, ce site sublime serait encore debout, tel le Machu Picchu..

    Remarque les pierres et les joint,     Debout car restauré...

      • Jeudi 24 Mars 2016 à 20:33

        merci pour les explications, je n'avais pas vraiment cherché ;-).

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :